Inscrivez-vous au magazine en ligne gratuit et bénéficiez d'un accès en ligne limité

Inscrivez-vous

Autoconstruction - épisode 48

Plâtrage et finition de la façade extérieure - Ep. 48 - Avec l'isolation des murs et l'étanchéité des joints, nous pouvons passer à une étape qui va beaucoup changer l'intérieur de notre maison: le plâtrage. Une fois réalisé, et pendant que nous laissons sécher, nous finirons la façade extérieure. Nous prévoyons un treillis en bois et la balustrade en verre, qui complèteront l’ensemble.

Transcription 

Dans l'épisode précédent, nous avons abordé un certain nombre de petits bricolages.

Nous avons installé les conduits de toit pour notre ventilation, fait brancher la boîte à fusibles et installé les boîtes d'encastrement sanitaires.

 

 

 

 


Dans cet épisode, nous entamons les travaux de finition de notre maison. Nous enduirons tous les murs et prévoyons le treillis sur le mur extérieur ainsi que la balustrade en verre.

 


Nous faisons réaliser ces travaux importants par des professionnels. Pourtant, nous pouvons travailler environ 8 heures pour la préparation du plâtre. De cette façon, nous pouvons encore économiser 320 euros.

 

 

 

 


Avec l'isolation des murs et l'étanchéité des joints, nous pouvons passer à une étape qui changera beaucoup l'intérieur de notre maison: le plâtrage.

 


Avant de commencer, il est important d'y réfléchir attentivement. Ceci en fonction, par exemple, des portes intérieures qui seront placées plus tard ou des finitions des plafonds…

Ça ne peut certainement pas faire de mal de revoir tous les détails avec l'architecte.

 


Nous devons maintenant d'abord faire un certain nombre de préparations avant de pouvoir procéder au plâtrage lui-même.

 


Nous commençons par la préparation de la surface de base. Il peut être trop absorbant, ce qui empêchera votre plâtre d'adhérer.

Nous testons si un apprêt est nécessaire, en éclaboussant un peu d'eau contre le mur.

 


Lorsque l'eau n'a pas le temps de couler jusqu'en bas et qu'elle est donc rapidement absorbée par la surface de base, elle est trop absorbante et il faut appliquer un primaire, ce qui est nécessaire dans notre cas.

 


Pour ce faire, nous dépoussiérons d'abord le mur à l'aide d'une brosse, afin que nous puissions partir d'une surface propre.

 


Ensuite, nous pouvons appliquer le primer.

Nous le faisons simplement avec un rouleau sur une poignée télescopique.

 


Le type de support détermine le type de primer et dans quelle proportion il faut l'appliquer.

Sur l'emballage, vous trouverez la quantité d'eau dont vous aurez peut-être besoin pour le diluer.

 


Sur le béton, par exemple, un autre type de primer est nécessaire, reconnaissable à sa couleur différente.

 


D'ailleurs, vous n'avez pas besoin de mettre du primer sous la barrière d'eau, parce qu'il n'y a pas de plâtre de toute façon.

 


Pendant qu'il sèche, nous mettons des morceaux de papier dans nos boîtes d'encastrement.

Cela permet de les retrouver plus facilement et de ne pas les fermer avec du plâtre.

En principe, vous pouvez aussi laisser les boîtes ouvertes, mais il sera alors beaucoup plus difficile de les contourner.

Alors on plâtre dessus et on enlèvera le papier plus tard.

 


Voici maintenant une étape très importante, à savoir l'extension des profilés d'angle.

Il est très important que vous le fassiez avec soin, car cela détermine en grande partie la rectitude de vos murs.

 


Alignez d'abord les murs selon votre plan! Une corde de maçon est certainement utile ici.

Lorsque plusieurs murs doivent être sur la même ligne, vous pouvez l'utiliser comme référence.

Ces pièces d'angle ne sont placées que sur les angles extérieurs et cela permet de les enduire hermétiquement.

 


Placez maintenant les profilés d'angle sur vos murs avec quelques petits points de plâtre.

Environ 4 points de fixation suffisent, car les profilés sont suffisamment résistants pour combler l'espace entre eux.

 


Nous poussons ensuite notre profilé dans le plâtre et vérifions avec précision à l'aide du niveau à bulle dans différentes directions.

Ces profilés d'angle sont en quelque sorte des conducteurs qui délimitent notre mur et doivent donc être parfaitement droits!

 


Frotter doucement l'excès de plâtre afin de ne pas affecter la position de votre profil.

 


Il ne faut pas passer le peigne sur ces morceaux de plâtre. En raison de leur faible surface, ils n'affecteront pas l'adhérence de la couche supérieure.

 


Ce qui nécessite une finition spécifique, et qui est aussi notre dernière étape préparatoire, c'est la transition entre les différentes couches de support.

 


Nos murs contiennent par exemple du béton, ou nous avons encore des morceaux de vieux mur de la maison d'origine.

Parce que ces transitions entre différents matériaux peuvent causer des fissures dans notre plâtre, nous devons d'abord les armer.

 


Nous allons donc plâtrer du tissu de fibre de verre sur ces pièces de transition pour les renforcer.

 


Après avoir coupé un morceau et appliqué une couche de plâtre, nous l'enfonçons délicatement dans le plâtre.

Nous le frottons encore avec la truelle, afin qu'il soit complètement recouvert.

 


Si vous décidez de placer d'abord toute l'armature avant de commencer avec le plâtrage même, vous devez alors les peigner horizontalement.

 


De cette façon, votre surface est rendue rugueuse et vous obtiendrez une bonne adhérence de votre couche de plâtre, sans avoir à appliquer un apprêt supplémentaire sur celle-ci.

 


Si vous enduisez ce filet immédiatement, et que vous travaillez donc avec du mouillé sur du mouillé, ce n'est pas nécessaire. Alors vous avez encore assez de lien.

 


Une fois l'apprêt, les profilés d'angle et les tissus en fibre de verre installés, les travaux majeurs peuvent commencer.

 


Un installateur spécialisé dispose d'un pulvérisateur qui mélange automatiquement le plâtre avec de l'eau.

Si vous faites tout vous-même, vous devrez faire le plâtre à la main, ce qui est un travail qui prend beaucoup de temps!

 


La première phase est l'application d'une couche de plâtre sur le mur.

Au rez-de-chaussée, vous devez vous assurer que cette couche ne passe pas sous la barrière d'eau! Parce que cela pourrait absorber l'humidité et causer des problèmes plus tard…

 


Le plâtre que nous utilisons ici est un plâtre à grain plus fin, car il est appliqué à l'aide d'une machine à projeter.

Demandez à votre fournisseur quel type est le plus approprié pour votre maison. Si vous travaillez avec un professionnel, il saura bien sûr quelle solution utiliser.

 


Si tout votre mur est couvert, vous allez devoir lisser pour la première fois.

 


En d'autres termes, avec une règle de finition, vous lissez la couche.

Cela vous permet de bien tirer le plâtre et de remplir la couche plus uniformément.

 


Le plâtre que vous récupérez sur votre latte est ensuite recueilli dans un bac. Vous pouvez aussi l'utiliser pour remplir des morceaux trop fins, afin que votre couche soit finalement bien lisse.

 


Cela peut se faire en plusieurs étapes, car il n'est pas possible de tout lisser en même temps.

Procéder dans les deux sens horizontal et vertical.

Il est important, cependant, de travailler avec rigueur et avec soin maintenant, afin que vous puissiez continuer à travailler sur une couche de base solide.

 


Un plâtrier expérimenté lisse sans aides, au toucher.

Cependant, si vous n'êtes pas habitué à ce mouvement en tant que bricoleur, il est difficile de réaliser un mur droit comme celui-ci.

Il est alors conseillé d'installer des guides en plâtre sur votre mur, le long desquels vous pourrez lisser.

 


Dans cette phase, nous retirons également tout notre papier des boîtes encastrées. Parce que le plâtre est maintenant appliqué et que nous ne risquons plus d’oublier où se trouvent les boîtes.

 


Lorsque vous avez rempli toutes les inégalités et les petits trous, il est nécessaire d'attendre un peu et de laisser sécher un peu le plâtre.

 


Après la prise, le plâtre colle légèrement mais est suffisamment dur pour passer à l'étape suivante: le ponçage.

 


Vous voyez qu'il y a maintenant des petits trous et des cloques dans le plâtre. Nous allons les enlever avec un couteau à poncer.

C'est beaucoup plus petit qu'une latte de lissage, ce qui permet d'obtenir une finition plus fine.

 


Pour le ponçage, nous revenons sur toute la surface.

 


En frottant, il reste un peu de plâtre avec lequel vous pouvez fermer tous les trous.

De cette façon, vous obtiendrez un mur lisse.

 


Quand nous aurons poncé tout le mur, nous passerons l'éponge. Pour ce faire, nous commençons par tout bien mouiller.

 


Avec une éponge abrasive, nous faisons maintenant des mouvements circulaires sur le plâtre humide.

 


Ceci rend la couche supérieure encore plus douce, de sorte que vous puissiez la terminer plus finement.

N'attendez pas trop longtemps après le ponçage pour le faire, afin que le plâtre ne soit pas encore trop dur.

 


La crème libérée par l'éponge ne contient plus de grains et est idéale pour remplir les derniers trous.

 


Il faut d'abord attendre que le mur soit à nouveau mat - et donc qu'il ne brille plus - avant de pouvoir polir. L'eau est ainsi ramenée dans le mur, ne laissant qu'une pâte crémeuse.

 


Avec un couteau à polir, nous frottons le mur pour pouvoir fermer les derniers petits trous.

 


Quand le mur aura enfin un peu plus séché, vous pourrez le repolir.

Mouillez légèrement le mur et passez une dernière fois avec votre couteau à polir sur toute la surface.

 


Ces dernières étapes semblent superflues, mais elles sont indispensables si l'on veut un mur bien enduit.

 


De cette façon, vous allez maintenant procéder au plâtrage de tous les murs qui ont besoin d'être enduits.

 


Il va sans dire que le plâtrage est un travail de bénédictin qui prend beaucoup de temps et qui est très difficile.

Il n'est donc certainement pas honteux qu'un professionnel s'en charge. Parce que tout le monde veut une maison avec de beaux murs bien droits!

Il y a beaucoup de sites Web où vous pouvez chercher un plâtrier approprié!

 


Il est préférable de laisser sécher votre plâtre maintenant avant de continuer à l'intérieur. Assurer une ventilation adéquate et, au besoin, installer un séchoir de chantier.

 


En attendant, nous pouvons continuer à finir la façade à l'extérieur. Parce qu'à certains endroits, un treillis en bois doit encore être installé. Cela donne un aspect élégant et contemporain à la maison.

 


Sur ces pièces au deuxième étage, l'isolation PIR était déjà placée contre le mur. Mais bien sûr, cette couche d'isolation doit encore être finie de manière étanche.

 


Les lattes assureront une faible humidité - à moins qu'il n'y ait de la pluie battante - sur le mur à l'arrière et l'isolation est possible. Pourtant, il est nécessaire de prévoir une protection supplémentaire.

 


Avant de commencer l'assemblage du treillis, les menuisiers installent d'abord un tissu sur l'isolant.

Ce film mural est perméable à la vapeur, résistant aux UV et imperméable à l'eau, ce qui assure une protection idéale de notre isolation pour cette construction de façade à joints ouverts.

 


Comme le rouleau n'est pas assez large, vous devez travailler en deux bandes. Celles-ci sont placées horizontalement.

Ils commencent par la rangée du bas. De cette façon, la bande au-dessus peut la chevaucher et l'humidité ne peut pas couler sous votre tissu.

 


La bande adhésive intégrée permet de fixer les deux bandes l'une sur l'autre.

Veillez à ce qu'il y ait suffisamment de chevauchement pour que cela ne devienne pas un point faible.

 


Nous optons également pour un tissu noir. La finition derrière les lattes sera ainsi plus agréable, ce qui en fait le meilleur choix tant sur le plan pratique que sur le plan esthétique.

 


Le film est fixé temporairement sur les côtés à l'aide d'un certain nombre de lattes, mais il sera fixé de façon permanente une fois que les lattes seront en place.

 


Ces lattes sont coupées sur mesure et doivent être montées entre nos profilés en Z.

Des encoches ont été prévues le long de la partie supérieure pour permettre de visser les lamelles.

Mais par le bas, ils doivent s'adapter aux lamelles intégrées.

 


Pour ce faire, des fentes ont été fraisées dans le bois à l'arrière et en-dessous. De cette façon, ils peuvent être glissés sur la lamelle sans qu'il ne soit visible. Une fixation invisible donc.

 


Il s'agit maintenant de placer les lamelles entre les profilés.

Les trous de montage et les lamelles sont parfaitement perpendiculaires les uns par rapport aux autres, car ils ont été placés les uns au-dessus des autres à l'aide d'un fil à plomb.

 


Cependant, il est nécessaire de vérifier que chaque latte est perpendiculaire avant de la fixer définitivement. De cette façon, vous obtenez un ensemble parfait.

 


L'évidement en-dessous est d'abord rempli avec un adhésif d'assemblage approprié avant que la latte ne glisse sur la lamelle.

 


En haut, il suffit de visser les profilés.

 


Avec une planche et un certain nombre de cales, les lamelles peuvent maintenant être fixées dans la bonne position.

En dessous, il y a également un joint de dilatation sous le treillis, afin qu'il y ait de la place pour se dilater ou se rétracter, sans affecter la rectitude de l'ensemble.

 


Nous avons choisi le padouk un bois dur. Il s'agit d'un bois très durable qui ne nécessite aucun entretien et qui est stable, ce qui le rend idéal pour cette application extérieure.

 


La couleur du bois va encore s'estomper, ce qui lui donnera une couleur finale grisâtre.

 


Pendant qu'ils sont occupés au deuxième étage, les menuisiers travaillent également au plafond de la terrasse.

C'est un travail de précision, alors faites-le faire par des professionnels.

 


Des lattes sont prévues sur le pare-vapeur, sur lesquelles les plaques de bois peuvent être fixées.

 


Les plaques noires HPL - ou stratifié haute pression - sont choisies. Elles s'intègrent dans l'ensemble étanche et sont à nouveau très résistantes aux intempéries.

 


Ces panneaux en fibres de bois sont recouverts d'un revêtement qui rend le produit très durable.

 


Dans les endroits où il n'y a pas de treillis sur la terrasse, il y aura une balustrade de verre, pour la sécurité.

Il y a quelques mois, le verrier est venu noter les détails techniques nécessaires avec l'architecte.

 


Le type de fixation a été discuté, car il doit bien sûr correspondre aux profilés en Z en acier qui sont en-dessous.

 


Les mesures ont également été effectuées et la rectitude du sous-sol a été vérifiée afin que le plan final puisse être défini.

 


Les profilés de fixation étaient déjà placés devant les lattes par les installateurs, alors qu'ils étaient encore en mesure de tout bien atteindre.

 


Il s'agit ici de profilés en U, où le verre de la balustrade sera inséré.

Ceux-ci ont été raccourcis sur place à la bonne taille et montés contre les lamelles des profilés en Z.

Les trous nécessaires ont été fraisés à l'avance, puis percés dans les profilés de la balustrade.

 


Enfin, la fixation a été dotée de boulons et d'écrous.

 


Entre-temps, toutes les pièces en verre ont également été produites et la finition de l'installation peut être réalisée.

 


Tout d'abord, ils posent une bande en caoutchouc sur les bords extérieurs des profilés en U déjà fixés.

Le profilé et le caoutchouc sont coordonnés de manière à pouvoir s'emboîter les uns dans les autres.

 


Ils servent à prévenir le bris de verre parce que leur nature flexible absorbe les chocs ou les vibrations.

Ils assurent également un serrage supplémentaire entre le verre et les profilés.

 


Avec une plate-forme de travail en hauteur, les installateurs peuvent ensuite monter les petites pièces en verre sur le dessus.

 


En les glissant dans les profilés en U et avec des accessoires de serrage spéciaux, ils peuvent être fixés.

 


Une fois correctement positionnés, ils poussent les blocs de serrage entre le verre et le profilé et vous obtenez un résultat solide.

 


Les grandes pièces en verre doivent être montées avec la grue.

Il s'agit d'un verre de sécurité feuilleté qui peut facilement peser 160 kg.

 


Grâce à des ventouses sur la grue, il peut être installé en toute sécurité et sans dommage.

 


Une telle surface vitrée est lourde et difficile à déplacer, il est donc nécessaire de guider le grutier, afin que le verre puisse être soigneusement mis dans la bonne position.

 


Si la plaque est suffisamment bien enfoncée dans la rainure, l'unité de levage peut être retirée et ils peuvent ajuster à nouveau le verre.

Il est important qu'elle soit parfaitement perpendiculaire et alignée avec les lattes en bois.

 


Si tel est le cas, les blocs de serrage peuvent finalement être enfoncés plus profondément dans le profilé.

 


Ils se ferment en utilisant également une bande de serrage en caoutchouc au bord intérieur du profilé. Ceci assure une finition propre et sûre du verre.

 

 

 

 


Dans cet épisode, nous avons économisé 320 euros en préparant nous-mêmes les plâtres. Avec le montant provisoire de 57.390 euros, l'économie réalisée s'élève à 57.710 euros.

 

 

 

 


Dans le prochain épisode, nous commencerons par la construction du plancher. La première étape consiste à appliquer une couche isolante. Nous le faisons avec une chape isolante et des plaques EPS.

 

 

 

 

 

Vous pourrez lire l'intégralité de cet article après vous être enregistré

Répondre

 

Kleurenschema
Aantal tegels per rij
Beeldverhouding
Weergave
Hoeken afronden
0

Bienvenue chez Dobbit 

Dobbit utilise des cookies pour optimiser et personnaliser votre expérience utilisateur. En utilisant ce site web, vous acceptez La gestion de confidentialité et des cookies.