Regardez gratuitement et illimité

Inscrivez-vous

Poser du stratifié avec Roger

Ces dernières années, Roger nous a donné beaucoup d'astuces sur la pose d'un stratifié à encliqueter. Cet épisode donne un aperçu de tout ce que vous devez prendre en compte lors de la pose d'un sol stratifié

Transcription 

Ces dernières années, Roger nous a donné de nombreuses astuces pour poser le stratifié. Le stratifié est un revêtement de sol populaire, car il existe dans toutes sortes de styles et est facile à entretenir. Bien qu’il existe des sortes que vous devez coller et qui se posent donc moins facilement, un bricoleur peut bel et bien se mettre au travail avec un stratifié à encliqueter. C’est pourquoi nous survolons encore dans cette émission tout ce que vous devez savoir sur la pose d’un sol stratifié à encliqueter.
Le stratifié a ceci de plaisant que le choix est si vaste que ce type de sols s’harmonise avec toutes sortes d’intérieurs. Vous pouvez opter pour un stratifié qui imite le parquet mais par exemple aussi toutes sortes de dalles. En vue d’un résultat extrêmement moderne, il existe aussi des panneaux avec une finition brillante qui sont du plus bel effet dans des habitations épurées.
Bien que l’aspect décoratif ait naturellement de l’importance, vous devez aussi tenir compte d’aspects objectifs lors de l’acquisition de votre stratifié. Posez-vous par exemple la question de l’utilisation intensive éventuelle du stratifié car il existe plusieurs classes de qualité qui déterminent la durabilité. La résistance à l’usure est un point mais un stratifié plus qualitatif est aussi plus épais, de telle sorte qu’il est plus stable et émet un bruit de pas plus joli. La finition de la couche supérieure est aussi souvent plus jolie, par exemple par l’imitation d’une structure de bois tangible en vue d’un effet encore plus réaliste.
Par ailleurs, tous les stratifiés ne résistent pas à l’humidité. Un panneau de stratifié standard est constitué d’un panneau HDF qui est recouvert d’une couche de stratifié décorative. Mais si vous voulez poser un stratifié dans une pièce humide, comme un sauna ou une salle de bains, il existe des sortes hydrophobes adaptées.
Si l’isolation acoustique est un aspect important, par exemple parce que vous habitez dans un appartement, vous avez encore des sortes de stratifié qui sont dotées d’une structure alvéolaire dans le bas. Celle-ci peut réduire le bruit jusqu’à 50%.
Si vous avez fait votre choix, vous pouvez passer commande. Afin de savoir de combien de paquets de stratifié vous avez besoin, vous commencez par calculer la surface totale de l’espace à recouvrir. Puis vous ajoutez encore 10% en raison de la perte de sciage. Commandez aussi d’emblée le sous-plancher, qui se pose sous votre stratifié, car vous ne posez jamais un stratifié à encliqueter flottant directement sur la chape. Le sous-plancher compensera les petites irrégularités et assurera l’amortissement et l’isolation mais cependant, il est important avant tout de veiller à un sol aussi propre et plane que possible.
Avant de poser le sous-plancher, le sol doit être propre et plane. Aussi, aspirez et balayez jusqu’à ce que toute la poussière et la saleté ont disparu. Parfois vous pouvez laisser l’ancien plancher mais dans bien des cas, celui-ci est si usé qu’il n’est plus égal à certains endroits et vous devez donc bel et bien l’enlever. S’il s’agit d’un ancien sol vinyle d’avant l’année 1993, soyez prudent car un tel sol peut encore contenir de l’amiante. Encore un conseil: coupez l’ancien sol en bandes, il se détache plus facilement et vous pouvez aussi le porter vers l’extérieur plus facilement.
Vous enlevez les plinthes dans la pièce au moyen d’un couteau à enduire, d’un pied-de-biche ou d’un marteau à panne fendue. Si vous voulez les replacer plus tard, enlevez-les avec prudence et numérotez aussi bien les plinthes que le mur. Aux endroits difficilement accessibles, vous pouvez utiliser un multitool pour enlever les plinthes. Coupez-les sous un léger angle, de telle sorte qu’elles s’ajusteront à nouveau aisément plus tard.
Maintenant que la chape est mise à nu, vous grattez les irrégularités et vous rebouchez les trous éventuels avec un peu de ciment rapide. Si des restes de colle durcis subsistent sur la chape, vous les poncez si elles sont plus épaisses que le nombre de millimètres que votre sous-plancher peut égaliser selon son emballage. Si vous travaillez d’emblée avec un mortier d’égalisation parce que le plancher n’est pas de niveau, vous devez en tout cas éliminer les restes de colle car autrement le mortier ne pourra pas adhérer à la chape sur ces endroits. Vous pouvez enlever les restes de colle avec une ponceuse à béton, raccordée à un aspirateur. En tout cas, portez un masque antipoussière et aérez bien la pièce car ce petit travail dégage pas mal de poussière. Ensuite vous éliminez la poussière la plus épaisse et la plus rugueuse avec une brosse à poussière. Vous pouvez enlever ce qui reste dans les interstices et les petites irrégularités avec l’aspirateur.
Comme relevé, non seulement vous devez veillez à ce que votre sol soit lisse mais également de niveau. Ne partez pas de l’idée que c’est forcément le cas mais contrôlez la planéité au moyen d’un simple truc que Roger démontre ici. Il place un long niveau sur le sol et regarde si sa latte de mesure en bois de 3 millimètres d’épaisseur s’intercale. C’est en fait la largeur de tolérance maximale. Si la différence excède 1 latte de mesure, le sol penche trop et vous devez égaliser.
Déplacez à chaque fois le niveau jusqu’à ce que vous avez mesuré le sol complet et noté quelle est la différence à chaque fois. Sur cette base, vous décidez quel est le mortier d’égalisation que vous utiliserez. Sur l’emballage du mortier d’égalisation est indiqué le nombre de millimètres maximal que le mortier égalise. Déposez les sacs de mortier environ un jour à l’avance dans la pièce où vous en aurez besoin afin qu’ils puissent s’acclimater. Ceci est important, certainement en hiver quand ils sortent d’un magasin froid. Quoi qu’il en soit, on doit d’abord appliquer un primer sur le support, de telle sorte que celui-ci reçoit une capacité d’absorption stable.
Vous appliquez le primer avec un pinceau plat, jusque contre le mur, comme vous appliqueriez de la peinture. Après avoir fait les chants, vous poursuivez avec un rouleau fixé sur un manche télescopique, ce qui rend le travail plus rapide et plus agréable, et est meilleur pour votre dos.
Lorsque le primer a séché suffisamment, vous pouvez appliquer le mortier d’égalisation. Protégez d’abord les endroits où le produit ne peut pas adhérer. Pour utiliser le mortier d’égalisation, il vous faut ce qui suit: le mortier proprement dit, une cuve de maçon, un mélangeur au choix, une perceuse, un peigne à colle et un rouleau de désaération. Celui-ci sert à éliminer les bulles d’air et à rendre la surface encore plus plane.
Versez maintenant la bonne quantité d’eau dans la cuve de mélange. Vous lisez sur l’emballage la quantité d’eau nécessaire pour respecter les proportions. Ce n’est qu’ensuite que vous ajoutez le mortier.
Mélangez le mortier jusqu’à faire disparaître les grumeaux. Laissez-le reposer 3 minutes et mélangez encore un peu. Puis vous pouvez verser le mortier de la façon la plus uniforme possible sur le sol. Répartissez l’égalisation avec un peigne à colle. Vous ne pouvez naturellement pas y marcher, aussi travaillez bande par bande. Puis repassez par-dessus avec un rouleau hérisson pour éliminer les bulles d’air. Vous obtenez un lit de mortier plus ferme et un résultat égal.
Lorsque le mortier d’égalisation est apte à supporter la marche, vous pouvez encore contrôler la surface. Si l’on trouve encore une différence de profondeur de plus de 3 millimètres à un certain endroit, vous pouvez encore appliquer une couche supplémentaire. Indiquez les points les plus profonds avec un marqueur et reliez-les afin de bien savoir où se situe la zone problématique. Si vous voulez attendre avec la seconde couche de mortier que la première couche est entièrement sèche, tenez compte du fait que vous devrez à nouveau appliquer un primer.
Une fois que le support est joliment égal et propre, vous pouvez passer à l’étape suivante: poser le sous-plancher.
Bien que vous ayez rendu votre support le plus égal possible, un sous-plancher compense encore les plus petites inégalités. Par ailleurs, il se charge de l’insonorisation. Il existe des variations de carreau mais la plupart des sortes sont des bandes que vous déroulez. Si vous craignez l’humidité ascensionnelle provenant du support, il existe aussi des sous-planchers avec au-dessous un film qui freine l’humidité. Si vous avez l’intention de poser le stratifié sur système de chauffage par le sol, veillez certainement aussi à un sous-plancher adéquat qui offre la résistance requise.
Etant donné que votre stratifié doit être posé d’équerre sur le sous-plancher tout à l’heure, il est important de décider d’ores et déjà du sens de pose de vos panneaux de stratifié. D’une part, cela dépend de votre goût personnel mais il y a quand même deux aspects dont vous devez tenir compte: l’incidence de la lumière et la perpendicularité de la pièce.
Si vous avez décidé du sens de pose de votre stratifié, vous commencez par poser le sous-plancher dans l’autre sens. Vous déroulez le sous-plancher sur le sol et vous le coupez sur mesure avec un cutter. Vous juxtaposez ainsi une bande après l’autre. Certains sous-planchers sont pourvus d’une bande autocollante et vous ne devez donc pas coller. Dans un sous-plancher non adhésif, vous devez encore coller les joints entre les bandes avec un ruban adhésif aluminium. Vous obtenez ainsi un ensemble étanche à la vapeur.

Ne placez certainement pas les bandes l’une sur l’autre, autrement le sous-plancher sera trop épais à cet endroit. Si vous devez pratiquer un évidement quelque part, vous le coupez simplement avec votre cutter.
Avant de commencer la pose de votre stratifié, il est toutefois conseillé de laisser les paquets de panneaux s’acclimater dans la pièce où vous les poserez de telle sorte qu’ils s’adaptent à la température et à l’humidité. En effet, le stratifié est un produit de bois et il est donc vivant. Pour cette raison, on prévoit à chaque fois un joint de dilatation de 1 centimètre sur les parois, qui sera plus tard recouvert avec des plinthes.
Mesurez maintenant le côté de la pièce jouxté par la largeur des panneaux et calculez si vous pouvez commencer et terminer par un panneau entier. Vous le faites en divisant la surface de la pièce par la largeur des panneaux. Si vous obtenez un chiffre avec une virgule, vous devrez scier pour obtenir un résultat proportionnel. Pour tracer le stratifié dans la longueur, Roger a une astuce pratique: posez un panneau au-dessus du dernier panneau que vous avez posé, avec les extrémités l’une sur l’autre. Posez encore un panneau par-dessus et glissez-le jusqu’à l’endroit où vous placerez le dernier panneau contre la paroi, compte tenu du joint de dilatation naturellement. Tracez la bordure du panneau le plus haut sur le panneau médian. Ainsi vous savez où vous devez scier le panneau médian et vous recevez automatiquement un morceau ayant la bonne dimension.
La façon la plus rapide de raccourcir les panneaux est de le faire avec une tronçonneuse. Mais naturellement vous pouvez aussi utiliser un coupe-stratifié, une scie sauteuse ou une scie à dos.
Nul besoin de coller ou de visser un stratifié à encliqueter. Les panneaux sont fabriqués de telle sorte que vous pouvez aisément les encliqueter l’un dans l’autre. Vous pouvez utiliser éventuellement un peu de colle à bois dans la rainure du panneau précédent que s’il vous reste un morceau de panneau plus petit. Lors de la pose des panneaux, un tire-lame et un bloc à frapper peuvent vous être bien utiles. Avec le tire-lame, vous tirez joliment les panneaux qui jouxtent les parois dans le chant en bout des panneaux adjacents. Vous frappez encore un petit peu au moyen du bloc à frapper, pour ne pas abîmer le plancher. Vous encliquetez les panneaux rangée par rangée. N’oubliez pas à chaque fois de placer des espaçateurs contre la paroi pour le joint de dilatation. Si la longueur de la pièce excède 8 mètres et que vous travaillez dans la largeur, ou si la longueur dépasse 12 mètres et que vous travaillez dans la longueur, vous devez prévoir un joint de dilatation supplémentaire au milieu.
Si vous avez une chute de moins de 30 centimètres, il vaut mieux poursuivre avec une nouvelle planche, car des morceaux trop petits ne sont pas jolis. Le modèle de pose le plus usité avec le stratifié est un appareillage sauvage, ce qui veut dire que les joints visibles entre les panneaux dans chaque rangée se situent à un autre endroit.
Encore un conseil: utilisez indifféremment des panneaux de différents paquets .Si les panneaux devaient présenter de subtiles différences de couleur, celles-ci seront moins marquantes.
Voilà pour la base de la pose du stratifié. Si vous avez posé quelques rangées, vous maîtrisez vite ce petit travail. Toutefois, il se peut que vous devez faire face à un petit défi ici et là, comme lorsque vous devez réaliser un évidement avec un angle bizarre, sous une porte ou autour d’une conduite. Mais vous pouvez assez facilement vous en charger si vous savez comment faire.
Si la pièce dans laquelle vous travaillez a une forme irrégulière, vous devrez réaliser ici et là un évidement dans vos panneaux. Pour le faire, vous glissez d’abord votre panneau jusque contre l’angle saillant. Mesurez la longueur de l’évidement que vous devrez réaliser, compte tenu du centimètre de joint de dilatation. Reportez la longueur sur votre panneau, en suivant le bon angle. Pour la largeur, ajoutez aussi 1 centimètre pour le joint de dilatation. Vous réalisez l’évidement de préférence avec une scie sauteuse, sur laquelle vous placez une semelle de protection pour ne pas rayer votre panneau. Si vous n’avez pas de semelle de protection, vous collez simplement un peu d’adhésif sur votre scie sauteuse.
Il est facile d’obtenir un angle droit mais si vous êtes confronté à un autre type d’angle, vous utilisez de préférence une fausse-équerre et une équerre. Ainsi vous reportez l’angle le mieux possible. Naturellement vous pouvez bel et bien avoir un petit peu de jeu, étant donné qu’une plinthe y sera encore placée plus tard.
Lorsque vous placez un nouveau sol, les moulures de porte risquent fort de se situer trop bas. Donc vous devrez un peu les scier de telle sorte que le stratifié s’insère en dessous. Pour y parvenir, vous placez d’abord la bande de stratifié jusque contre la moulure de porte. Tracez un trait de crayon le long du bord. A cette hauteur, vous sciez la moulure de porte; une scie multifonctionnelle se révèle bien utile car celle-ci est en mesure de réaliser des incisions aux endroits difficilement accessibles. Mais vous pouvez aussi simplement utiliser une scie à dos.

Lorsque vous placez votre panneau stratifié sous la porte, gardez encore une distance de 1 centimètre jusqu’à la transition vers la pièce suivante. Là vient encore plus tard un profilé de transition.
Rencontrer un tube de chauffage sur votre chemin est un autre défi. Dans ce cas, le plus joli est de réaliser un évidement rond dans votre panneau. Pour cela, mesurez la distance du centre du tube jusqu’à un espaçateur contre le mur. Indiquez ce point et raccourcissez votre panneau. Découpez le demi-cercle; ceci est le plus facile avec une scie sauteuse. Retournez maintenant ce morceau sur le reste de votre panneau et tracez la moitié en miroir Vous la sciez aussi. Si vous faites coïncider maintenant les deux morceaux, le cercle se place joliment autour du tube de chauffage. L’évidement ne doit pas être entièrement précis car pour une belle finition, une plaquette de recouvrement viendra encore recouvrir l’évidement.
Après avoir recouvert de stratifié le sol complet, il est temps de s’occuper de la phase de finition. Les espaçateurs contre le mur peuvent être retirés afin de pouvoir placer les plinthes. Il existe des plinthes dans le même style et la même couleur pour chaque stratifié, de telle sorte que tout forme un bel ensemble. La façon la plus rapide de fixer les plinthes est tout simplement d’utiliser un mastic de montage.
Dans les angles, vous sciez les plinthes à l’onglet, de telle sorte qu’elles s’ajustent proprement. Faites-le avec une tronçonneuse, ou avec une scie égoïne et avec l’aide d’un bac à onglet.
Si votre mur n’est pas totalement plane, il vaut mieux utiliser des tenons de moulure dans lesquels vous encliquetez les plinthes; si vous utilisez un mastic de montage, vous pouvez avoir des interstices dans ce cas. Placez un tenon dans le mur tous les 40 à 50 centimètres. Vous le placez à la bonne hauteur au moyen du gabarit correspondant. Un autre système consiste à utiliser des clips; leur aspect pratique est de vous permettre d’y loger aussi des câbles.
Afin que le plancher soit parfaitement imperméable, vous mastiquez le joint entre les plinthes et le plancher avec un silicone transparent. Eventuellement, vous pourriez recouvrir les joints plus grands en y collant des plinthes en quart de rond.
N’oubliez pas non plus de prévoir un profilé de transition à la porte. Cela sert à masquer le chant en bout des panneaux dans les espaces adjacents et également à conserver un centimètre de jeu afin que les panneaux puissent encore se dilater. Vous pouvez coller un tel profilé de transition ou le fixer au moyen de chevilles qui s’insèrent dans la fente sous le profilé et se serrent dans les trous de perçage quand vous les frappez.
Dès que cette phase de finition est achevée, votre sol stratifié est prêt. Si vous désirez revoir cette émission et toutes les étapes nécessaires à la pose du stratifié à encliqueter, surfez sur www.dobbit.be.

Vous pourrez lire l'intégralité de cet article après vous être enregistré

Répondre

Kleurenschema
Aantal tegels per rij
Beeldverhouding
Weergave
Hoeken afronden
0

Bienvenue chez Dobbit 

Dobbit utilise des cookies pour optimiser et personnaliser votre expérience utilisateur. En utilisant ce site web, vous acceptez La gestion de confidentialité et des cookies.