Regardez gratuitement et illimité

Inscrivez-vous

DECORER UN STUDIO AVEC ROGER

Lorsque vous installez un petit studio ou une chambre (d'étudiant), vous devez prendre des dispositions supplémentaires afin de pouvoir utiliser de manière optimale le peu d'espace disponible. Ces projects de bricolage de Dobbit peuvent vous aider dans ce domaine.

Transcription 

Un studio ou une chambre d'étudiant, c’est parfois fort petit, mais vous pourrez malgré tout décorer de manière confortable et fonctionnelle. Bien entendu, vous devrez prévoir quelques dispositions supplémentaires, afin de pouvoir profiter de votre espace de manière optimale. On revient sur quelques astuces “Dobbit TV” qui pourraient vous aider dans votre démarche.


Un lit occupe beaucoup de place. C'est pourquoi les gens optent parfois pour un lit pliant, comme dans cette chambre. Un placard intégré a déjà été réalisé. A droite, on avait déjà prévu de la place pour le lit pliant, qui peut être rangé derrière cette porte coulissante.
Nous fabriquons nous-mêmes le lit pliant au moyen d'un sommier à lattes ordinaire et d'un système de pliage. Commencez par déterminer la position des pieds arrières. Vous devez vous assurer que l'arrière de votre sommier à lattes ne touche pas le sol. Indiquez avec un marqueur où se trouvent les trous et vous pourrez fixer le système sur le sommier à lattes.
Poinçonnez les trous. Cela facilitera l'utilisation de votre mèche. Si vous ne le faites pas, votre mèche glissera sur le métal lisse et vous endommagerez votre sommier.
Le perçage d'un cadre de lit à base de métal se réalise bien entendu avec une mèche à métal, pas avec une mèche à bois. Vous travaillez aussi avec des boulons. Si vous disposez d’un cadre de lit en bois, il est alors préférable d’opter pour des vis.
En haut, on ne peut pas desserrer les boulons, alors on choisit de tarauder le filetage. Pour ce faire, vous devez d'abord percer avec un diamètre inférieur à celui de votre boulon. Ensuite, on taraude le filetage. De cette façon, vous pouvez solidement fixer le système de pliage.
Entre le boulon et le cadre métallique, vous rajoutez un petit anneau. De cette façon, vous vous assurez que le cadre métallique du lit se soit pas trop endommagé.
Faites maintenant la même chose avec les pieds arrière: marquez, poinçonnez, percez et taraudez.
Le cadre doit encore être ancré dans le sol. Mettez-le en place et indiquez où se trouvent les trous. Testez déjà si vous pouvez complètement déplier le cadre.
Une fois que vous avez indiqué la position, vous pouvez commencer le pré-perçage. Ici, nous travaillons avec des boulons filetés en bois, car le sol est entièrement en bois, y compris la sous-structure. Mais si vous avez un autre sol, ou si vous disposez d’un revêtement en béton sous votre plancher en bois, veillez à utiliser des chevilles.
Avec votre jeu de clés à douille, vous vissez tout. Le lit se retrouve fermement ancré et ne bougera plus qu’on l'ouvre ou qu’on le plie.
Vous pouvez alors commencer à utiliser le système. Pratique pour un studio ou une chambre d'étudiant avec un espace limité.
S'il s’avère impossible de placer un lit pliant, vous pouvez toujours exploiter l'espace sous votre lit au moyen d'une planche à roulettes. Vous pourriez même le dérouler sous une armoire ou un canapé.

 

 


Une table, c’est un meuble qui, à l’instar d’un lit, prend beaucoup de place. Vous pouvez toutefois réaliser une table pliante. La table pliante que nous fabriquons ici servira également de miroir une fois fermée.
Vous pouvez faire cette table en MDF ou en contreplaqué, comme ici. Bien sûr, vous adaptez les dimensions du bois au miroir que vous voulez accrocher. Commencez par indiquer sa position sur le bois.
Maintenant, percez les coins. Ensuite, enlevez toute la pièce à la scie sauteuse. Vous pouvez fixer une règle en bois sur votre élément pour vous assurer que vous sciez bien droit. Utilisez une lame de scie qui offrira une belle coupe des deux côtés. Après avoir scié le cadre, découpez quelque peu les coins pour qu'ils soient bien droits. Poncez-les aussi un peu. L’avant est terminé ; le miroir se verra plus tard à l’arrière. Poncez également le panneau arrière.
Ôtez la poussière du ponçage et dégraissez le bois. Nous passons maintenant à la pulvérisation de la couleur. Prévoyez une cabine de pulvérisation tout en carton.


Même lorsque vous pulvérisez de la peinture, travaillez dans deux directions afin d’obtenir un résultat le plus uniforme possible.
Ensuite, montez le miroir sur le panneau arrière. Pour cela, vous pouvez acheter une colle spéciale pour miroir. Mesurez à nouveau la distance aux bords pour vous assurer que le miroir soit bien placé, avant de presser plus fort.


Vissez aux points marqués. Maintenant que les deux panneaux sont suspendus ensemble par des charnières, vous pouvez les mettre en place avec un support. Représentez les charnières sur la table et sur le mur. Pré-percez les points dans le mur et munissez-vous de chevilles. Ensuite, vous pouvez visser les charnières. Enfin, vissez les autres charnières dans le plateau de la table.


Percez et insérez à chaque fois une cheville et un crochet.

 


Combiner des fonctionnalités en un seul objet, voilà un moyen pratique pour gagner de la place. C'est pourquoi un dressing a été construit dans cette pièce, tout en servant de cloison. Grâce à cette séparation, malgré le peu d'espace, vous créez une atmosphère plus intime.
Roger en fabrique deux à partir de panneaux agglomérés mélaminés. Les longs côtés sont déjà achevés. Le dos peut déjà se recouvrir d'une couche d'apprêt.
Les côtés sciés des plaques disposent d'un adhésif pré-collé, que l'on appose avec un fer à repasser chaud. Ensuite, vous les pressez à nouveau avec un bloc. A l’aide d’un cutter ou d’une lime, vous pouvez alors facilement éliminer les bordures saillantes. Un ponçage ultérieur vous offrira un résultat encore plus beau.


Percez plusieurs trous à différentes hauteurs afin de pouvoir déplacer ultérieurement les étagères en fonction du matériel que vous souhaitez y placer.


Avec ce type de vis, vous devez d'abord percer sept millimètres. Tournez la tête de vis avec un tournevis juste à la hauteur de la plaque uniquement, pas davantage, sinon le bouchon ne s'adapterait pas.


Il est préférable de fabriquer une latte comme celle-ci un millimètre plus petite que l'intérieur du cadre de votre armoire; de cette façon, vous pourrez ensuite facilement la visser. Vous la placez dans la direction opposée aux panneaux que vous placez contre elle. Si vous voulez que les panneaux soient verticaux, alors vos lattes seront horizontales. Roger monte ici une latte supplémentaire pour y accrocher la table de chevet mobile.
Le panneau MDF apprêté peut maintenant se visser au cadre par l'intérieur, avec un peu de jeu de chaque côté. Fermez les joints entre le MDF et la mélamine avec un mastic acrylique pouvant se peindre. Plâtrez également tous les trous de vis.
Une fois sec, vous achevez l’armoire. Roger applique ici de la laque.


Pour les chevilles, vous percez des trous au bon diamètre, bien droits dans le bois et juste un peu plus profondément que nécessaire pour y introduire toute la longueur des chevilles.

Pour transposer la position exacte de ces trous de perçage à l'autre élément, utilisez des goupilles. En appliquant de la colle à bois et en resserrant ensuite, vous obtenez de la sorte un joint très solide.
La paroi qui sert de cloison, ou dans ce cas également de tête de lit, doit s’achever avec des panneaux MDF. Avec le système appliqué par Roger, vissez la première pièce du panneau et fixez le reste avec des clips.
Les extrémités des panneaux muraux sont encore visibles sans finition, il y aura donc un encadrement de même couleur. Avec de la colle de montage, vous pouvez le fixer de manière invisible. Et coupés de biais, ils s'adaptent parfaitement.
Les tables de chevet peuvent se visser au mur, par l'arrière. Grâce aux éléments excédentaires de l’encadrement, vous pouvez joliment les relier aux parois. Avec quelques vis, ces tables de chevet mobiles resteront bien en place.
Pour faciliter le déplacement des armoires, Roger ajoute en dessous des pastilles coulissantes en plastique.
Avant de tout placer, il est préférable d'installer les étagères et de fixer le cintre dans l'autre dressing.


Dans une pièce aux murs bien droits, vous avez toujours la liberté de placer de longues armoires. Mais si vous aménagez une chambre mansardée, ces murs en pente deviennent des espaces perdus. Heureusement, vous pouvez les exploiter grâce à une armoire de grenier.


L'armoire que nous fabriquons ici ne dispose pas seulement d’étagères de rangement, mais à l'arrière dispose également d’une plaque sur laquelle vous pouvez conserver des choses peu utilisées, rangés à l'abri des regards.
Les panneaux nécessaires ont déjà été découpés, sur mesure, dans un magasin local.
Commençons par assembler le chassis. Prenez les planches nécessaires et indiquez celles qui disposent des mêmes dimensions. Vous faites cela avec des signes d’établissement.
Pour le montage, vous avez le choix entre des vis, ou des clous et un marteau. De toute façon, vous appliquerez toujours de la colle à bois.
Commencez par placer toutes les pièces du châssis. Percez deux trous directement à l'endroit où les vis vont entrer et vissez les deux parties ensemble.
Entre chaque joint, prévoyez un peu de colle à bois avant de visser. Cela fortifiera la liaison qui ne devrait plus pouvoir se défaire.
Au milieu, nous fixons une règle supplémentaire. Cela garantit que le chassis ne se plie pas tout en disposant d’une capacité de charge suffisante. Encore une fois, travaillez avec de la colle à bois et des vis.
Maintenant que le cadre est prêt, vous pouvez l'attacher à la plaque inférieure. Pour ce faire, il faut fabriquer une latte supplémentaire sciée sur mesure et fixée par des vis.
Ensuite, prépercez la latte dans deux directions, une fois pour la visser à la plaque inférieure et une fois pour la visser au cadre. Collez la latte sur le côté et en dessous également.
Vous pouvez visser la plaque supérieure, mais vous pouvez aussi choisir d’établir une connexion au cadre à l’aide de clous. Ensuite, assurez-vous d'appliquer suffisamment de colle à bois entre les deux parties.
Nous achevons avec une plinthe, pour occulter les vis.
Nous ponçons quelque peu afin que la plinthe soit adaptée au châssis, ainsi qu’à toutes les bordures visiblent. Non seulement c'est plus beau, mais cela vous évitera de vous couper.
Nous devrons encore pouvoir déplacer ce chassis par la suite. Pour cela, nous ajoutons quelques roues. Nous les fixons avec des vis et des rondelles. Placez les roues suffisamment haut pour que le cadre ne traîne pas à même le sol. Attachez-les à la partie inférieure de votre plaque.
La plaque inférieure se termine par l'application d'un apprêt, puis se peint avec un vernis.
Jetez un œil dans la seconde partie de cette compilation, vous verrez comment nous procédons avec l’armoire elle-même.

Et une fois notre armoire de grenier terminée, nous disposons encore de trois autres bricolages pratiques, et surtout peu encombrants. Tout de suite, dans la deuxième partie!

Dans la première partie de cette compilation concernant l'ameublement d'un studio ou d'une chambre d'étudiant, nous avons illustré une solution pour ranger aussi bien un lit qu’une table. Comment? En le repliant ! Pour le lit, l'important consistait à fixer le système de pliage au sommier à lattes et de l'ancrer ensuite dans le socle.

 


Et pour ce qui est de la table pliante, vous pouvez la fabriquer vous-même en MDF ou en contreplaqué, et avec quelques charnières. La version que nous avons réalisée ici sert également de miroir une fois repliée.

 


Puis ce fut le tour de ce dressing, qui fait en même temps office de cloison. Ainsi, en plus d'un espace de stockage supplémentaire, vous créez également davantage d'intimité.

 


Réaliser des armoires pour des murs en pente comme dans ce grenier, c’est un peu moins évident, mais ce placard adapté nous offre une solution. Dans la première partie de cet épisode, nous avons déjà réalisé le châssis. Vous pouvez y placer des objets saisonniers, que vous conservez sous le toit en pente.
Pendant que la structure sèche, nous travaillons l'armoire elle-même. Comme il faut souvent déterminer le milieu de l'épaisseur d'une plaque, nous profitons ici d’un accessoire, avec lequel vous pouvez indiquer rapidement et facilement la moitié de l'épaisseur d'une plaque, quelle que soit son épaisseur.
Prenez d'abord toutes les étagères et indiquez dessus des signes d’établissements. Choisissez ensuite l'une des extrémités des planches où vous souhaitez placer les chevilles. Vous devez transposer ces points aux autres plaques. Alignez donc les étagères les unes par rapport aux autres. Transposez d'abord les marquages aux extrémités des autres planches à l'aide d'une équerre. Ensuite, tournez une des planches de 180° et transposez les points de l'autre côté. Faites-le jusqu'à avoir transféré tous les points aux extrémités des étagères.
L'étagère supérieure de l'armoire se place sur les parois latérales et ne comporte pas de raccordement par chevilles sur le côté, mais en dessous. Par conséquent, transférez ces marquages vers le bas avec une équerre.
Vous devez à présent transposer ces points sur la paroi latérale pour compléter le raccordement des chevilles. Décidez à quelle hauteur vous souhaitez disposer des étagères et transférez la ligne d’une équerre sur toute la largeur de la paroi latérale. Refaites les raccordements. Pour ce faire, appuyez-vous des marquages sur les côtés des planches.
Le centre de la plaque se détermine à l'aide de votre accessoire, permettant à toutes vos étagères de se situer exactement au même niveau.
Poinçonnez tous les trous pour vous assurer de ne pas glisser avec votre mèche. Puis, percez-les. Veillez à ne pas percer le côté de la plaque; si nécessaire, collez un morceau de ruban adhésif sur votre mèche vous indiquant la profondeur à laquelle percer.
Percez d'abord tous les trous des chevilles dans les côtés du panneau. Percez ensuite les extrémités. Déterminez la profondeur des raccordements en insérant une cheville dans l'un des trous.
Poncez les côtés à l'avance. Non seulement c'est plus beau, mais vous éviterez aussi de vous blesser.
Ensuite, vous pouvez peindre l’armoire. Recouvrez le joints des cheville avec du ruban adhésif. Ensuite, appliquez une couche de base sur toutes les zones de l'armoire. Vous sautez les extrémités des planches pour optimiser l'adhérence de la colle à bois. Après cette couche de base, appliquez une ou deux couches de finition jusqu'à ce que vous disposiez d’un revêtement complètement uniforme. Poncez toujours légèrement entre deux couches.
Enlevez maintenant le ruban adhésif à l'endroit où le raccordement doit se trouver sur les côtés de la plaque. Fixez la paroi arrière au reste de l'armoire à l'aide de vis. Commencez par un prépercer.
Collez à présent toutes les connexions, y compris l'espace entre les chevilles. Placez les chevilles et, si nécessaire, enfoncez-les davantage avec un marteau. Ensuite, rassemblez toutes les plaques. Avec un bloc de frappe, on martèle un peu ces raccordements.
N'oubliez pas de bien resserrer toute cette connexion sous tension, car c'est ce qui donne de la résistance. Grâce à ces accessoires, vous répartissez la tension de manière optimale dans les coins. Fixe-les un moment pour qu'ils restent en place. En frappant un clou, vous empêchez le ruban de glisser des blocs.
En bas, à l'endroit où l'armoire viendra sur le châssis, il y a un espace libre. Placez-y une latte, aussi large que votre armoire, puis reserrez la sangle.
Pendant que la colle sèche, vous pouvez travailler la paroi dorsale. Il suffit de la visser à l'armoire, suffisant pour l'ancrer solidement. Connectez également les planches à la paroi arrière, afin qu'elles ne s'affaissent pas avec le temps.
Une fois la colle séchée, vous pouvez ôter la tension. Il sera plus pratique de déjà apporter ces deux éléments dans votre grenier. Une fois assemblés, il vous faudrait une trop grande porte pour les monter au grenier. Mettez-les alors ensemble, mais de manière aussi invisible que possible, à l'intérieur du plateau.
Lorsque les deux parties sont ensemble, votre armoire est prête, vous pouvez la mettre sur roulettes, la placer sous le mur incliné et en profiter.


Pas de place pour une petite table dans votre salon? Une table d’appoint vous serait bien utile. Vous pouvez facilement la déplacer vers vous, ou la repousser en arrière si nécessaire.
Nous fabriquons ici cette table pour canapé à partir d'un panneau de meuble en chêne. Indiquez les mesures et suivez la ligne avec une latte bien droite.
Vous devez couper un certain nombre de pièces de biais, ce que vous pouvez faire plus facilement avec une scie circulaire que vous réglez à 45 degrés. Ajoutez une règle pour travailler droit. Une bonne quantité de poussière va se libérer, alors protégez-vous bien.
Vous devez également scier un certain nombre de pièces droites, pour cela partez sur le même principe, sauf que maintenant votre scie circulaire sera bien droite.
C'est au tour du raccordement. Pour être le plus précis possible, utilisez une butée de forage. Réglez-la à un peu plus d'un cm. Si vous n'avez pas de butée de forage, collez un morceau de ruban adhésif sur votre mèche de forage pour indiquer la profondeur maximale. Nous fabriquerons plus tard des chevilles d'une taille de 2 cm. Ajoutez toujours un petit extra pour laisser de l'espace à la colle à bois. Veillez à ce que les chevilles ne traversent pas le panneau de l'autre côté.
Vous transposez les trous percés de l'autre côté à l'aide de marqueurs. Mettez-les dans les trous et poussez l'autre panneau contre eux. Vous obtenez alors une marque qui indique l'endroit exact où vous devez percer pour réaliser l'autre partie de votre raccord. Si vous n'avez pas de marqueur, optez pour un petit clou.
Une fois que vous aurez percé les deux côtés, vous obtiendrez un raccord en biais. Indiquez d'abord où doivent se trouver les connexions droites. Ne mesurez pas, passez plutôt pour la référence par la planche qui se trouve entre les deux. Avec l'épaisseur de la planche, vous indiquez l'autre extrémité. Faites également une ligne au milieu. C’est là que viennent les chevilles.
Percez ensuite tous les trous et repassez à nouveau par les marqueurs.
Et puis il suffit de percer directement aux extrémités. Une astuce consiste à aligner votre mèche sur la longueur de la plaque, avec l'extrémité dans ce cas, et de la soulever comme ceci. C'est visuellement la façon la plus simple de forer droit.
Si vous avez réalisé tous les raccords, faites des chevilles sur mesure. Sciez 2 cm de bâtonnets à chaque fois. Vous ne pouvez pas prendre la longueur standard des chevilles, car nous travaillons à une extrémité. Si vous gardiez la longueur standard, ils passeraient de l'autre côté.
Ensuite, collez le tout. Evitez une colle à séchage rapide, car elle n'est censée sécher qu'après le montage.
Frappez les chevilles avec un marteau. Une fois en place, fixez l'autre partie. Travaillez toujours connexion par connexion. Avec un marteau en bois, vous frappez une nouvelle fois pour que les panneaux s'emboîtent bien.
Il faut donc encore resserrer les raccordements. Ici, nous le ferons avec une sangle. Mettez-la autour de la table et placez une autre planche dans la partie ouverte, afin de ne pas rapprocher les deux côtés. Pour fixer les panneaux en forme de U, des pinces à colle vous suffiront.
Une fois la colle sèche, remplissez les petits trous avec un mastic à bois de même couleur que votre bois, en l'occurrence du chêne clair. Là où les panneaux disposent d’une petite ouverture à leur raccordement, remplissez également de mastic à bois.
Poncez un peu et appliquez du vernis. Optez pour un pinceau et un rouleau. Le vernis aidera à protéger votre table des taches; si vous renversez un verre de vin, vous pouvez facilement nettoyer la table. Vous pouvez appliquer deux couches de vernis, en égalisant autant que possible.
Après avoir encore ajouté des pieds sous votre table, elle est prête à l’emploi. De cette façon, vous aurez toujours un verre, une télécommande ou un magazine à portée de main. Elle sera pratique dans tous les salons, surtout dans ceux qui manquent un peu de place.


Une autre façon d’envisager une petite table dans une petite pièce consiste à récupérer une vieille table en bois, en la découpant en deux et à la fixant contre le mur.
Pour la remise à neuf, il suffit de soigner l’élément que vous comptez récupérer. Traiter l'autre partie serait une perte de temps.
Ôtez tout d’abord l’ancienne peinture. Pour cela, vous pouvez utiliser un décapant. Veillez à porter des gants appropriés et à bien ventiler la pièce. Laissez agir le produit pendant une quinzaine de minutes, puis enlevez les résidus à l'aide d'un grattoir ou d'un couteau à mastic.
Sous l'ancienne couche de peinture se trouve encore une autre couche de fond, que vous pouvez enlever en appliquant aussi une seconde couche de décapant et en grattant à nouveau. Vous faites cela jusqu'à ce que vous retrouviez un bois clair.
Commencez à poncer le bois, en passant d'un grain grossier à un grain plus fin. Avec du papier de verre souple, vous pouvez facilement faire le tour des pieds et travailler les recoins. Vous pouvez également passer par un ciseau à bois pour vous débarrasser des restes. Et pour travailler rapidement, une ponceuse vous sera très utile. N'oubliez pas votre masque à poussière!
La table ici toujours en cours d'amélioration est pourvue d’un tiroir pour y ranger de petites choses. Pour l'intérieur, on opte pour du MDF découpé sur mesure. Il faut encore réaliser des encoches. Ce qui peut également se faire avec une scie à tronçonner.
Quelle doit être la profondeur du sillon? C'est un peu arbitraire. Tant qu'ils disposent de la même profondeur pour chaque paroi. Vous pouvez configurer la profondeur adéquate. Sciez une rainure sur chaque paroi du tiroir.
Vous disposez maintenant de trois murs et une plaque de base. Dépoussierez et collez dans les fentes. Ensuite, il reste à tout glisser ensemble.
Un tiroir ne sera considéré comme un tiroir que lorsqu'il y aura quatre parois, et pour rendre l'ensemble plus solide, une latte en MDF est ajoutée. Il y aura un front de tiroir en bois similaire à celui de la table.
Pré-percez le MDF, sinon il risquerait de se scinder. Puis vissez dans le côté. On enfonce les têtes de vis.
Limez les coins de la pièce frontale. Indiquez ensuite où elle sera située. Appliquez beaucoup de colle. Pendant le séchage, serrez la pièce avec des pinces à colle pour qu'elle adhère bien.
Il faut maintenant une ouverture au devant de la table. Marquez la position centrale et percez pour pouvoir ensuite insérer la scie sauteuse. Encore une fois, enlevez soigneusement les éclats avec une lime.
Pour les tiroirs, vous pouvez prendre un bois résiduel, que vous fixez avec des profilés en L. Quelques lattes peuvent alors servir de guide sur lequel le tiroir peut glisser pour entrer et sortir. Si ce sont de fines lattes comme celles-ci, il vaut mieux les coller plutôt que de les clouer ou de les visser - sinon le bois risquerait de se fendre.
Vissez maintenant les tiroirs à travers les profilés en L situés sous le plateau de la table. Veillez à ce qu'il y ait un certain jeu entre les deux, de sorte que le tiroir puisse facilement entrer et sortir, et que vous n'ayez pas à tirer fort pour l'ouvrir.
Entre les deux, vous pouvez également combler les fentes avec un mastic de bois.
A l’arrière, il y a maintenant une latte qui sert de support pour que la table repose contre le mur. Après avoir coupé la table en deux, il ne reste plus que deux pieds. Vous devez donc savoir où votre planche sera posée contre les poutres. Si vous avez marqué cela sur le plateau de la table, ajoutez la largeur de la lame de scie à son cadre. Fixez une latte à cette distance qui guidera la scie. Ajustez également la profondeur de la lame. Ici, une scie à tronçonner n’a pas pu scier assez profondément, alors on a opté pour une scie à main.
Votre table est divisée en deux. Il faut encore ajouter une latte à l'arrière. Comme il y a encore quelques éléments sur le chemin, nous optons ici pour un Multitool avec une scie.
Découpez la planche sur mesure, marquez où elle doit arriver, puis pré-percez. Ensuite, vissez la planche. Poncez quelque peu le bord scié.
Il est alors temps de peindre. Recouvrez les pièces nécessaires avec du ruban adhésif. Une peinture à la craie a été choisie, ici un vert sauge, ce qui offre un résultat contrasté. Ensuite, un vernis incolore y a été appliqué.
Comme cerise sur le gâteau, on ajoute au tiroir une jolie poignée. Marquez le centre frontal et percez. La tête de la vis doit s’enfoncer. Dès lors, à l'intérieur, vous percerez un peu plus épais que la tête de vis elle-même. Puis vissez la poignée sur le boulon correspondant... Et votre table est prête. En réduisant de moitié le volume d’une table existante, vous économisez beaucoup d'espace, idéal pour une salle compacte. Grâce à la latte située à l'arrière, vous pouvez, si vous le souhaitez, l'enfoncer dans le mur par des raccords.


C'est ainsi que nous arrivons à notre dernière idée, peu encombrante, surtout pour ceux qui n'ont pas de garage ou de couloir pour y entreposer leur vélo. Une solution originale consiste à l'accrocher au mur à l'aide de ce porte-vélo très pratique. Le système est également équipé d'un clapet, ce qui permet d'y ranger de petits accessoires.

Lorsque vous déterminez les dimensions, assurez-vous que la largeur de votre porte-vélo soit supérieure à la moitié de la largeur de votre guidon. De cette façon, il évitera de cogner le mur.

Sciez les deux côtés sur une plaque de bois. C'est là que l’ouverture devrait se situer. Choisissez un diamètre qui permettra d'accrocher facilement le vélo. Indiquez sur la plaque de bois l'endroit où vous comptez scier ; tenez compte, là encore, de la distance de la moitié de votre guidon.


Sciez avec la scie sauteuse, puis limez si nécessaire. Si vous avez complètement terminé un côté, marquez simplement l'ouverture de l'autre côté.

Ensuite, réalisez la partie inférieure et arrière du porte-vélo à la taille voulue.


Sciez le panneau avant de biais afin qu'il s'insère bien dans le renfoncement.

Ici, nous travaillons avec des charnières invisibles. Pour ce faire, vous indiquez le centre sur votre planche. Après l'avoir percée, vissez la charnière.

Pour pouvoir facilement ouvrir la protection, vous devez percer un trou par lequel faire passer une attache.


A présent, vous pouvez visser les charnières. Ensuite, collez une plaque de protection au-dessus du porte-vélos. Une fois fait, vous pouvez encore nourrir le bois avec une huile à base d'eau.

Pour l’attache, qui ouvre le couvercle, vous pourriez choisir un cuir que vous récupérez simplement, par exemple, d'un vieux sac à main. Vous pouvez le couper à la taille voulue avec des ciseaux pour textiles. Pour pouvoir le percer sans que le cuir ne se recroqueville, on place le morceau entre deux planches. Fixez fermement et percez. Fixez dans la protection à l'aide d'un boulon.

Il suffit enocre de percer un trou à l'endroit où le boulon se place… et votre porte-vélo est prêt.
Si vous souhaitez découvrir davantage de bricolages aussi pratiques, n'oubliez pas de vous abonner à notre magazine en ligne gratuit. Vous serez toujours au courant de nos dernières idées. Par ailleurs, retrouvez tous les épisodes sur dobbit.be.

Vous pourrez lire l'intégralité de cet article après vous être enregistré

Répondre

Kleurenschema
Aantal tegels per rij
Beeldverhouding
Weergave
Hoeken afronden
0

Bienvenue chez Dobbit 

Dobbit utilise des cookies pour optimiser et personnaliser votre expérience utilisateur. En utilisant ce site web, vous acceptez La gestion de confidentialité et des cookies.