Regardez gratuitement et illimité

Inscrivez-vous

POSER LES CLOTURES AVEC ROGER

Roger nous a déjà appris comment installer une clôture, comment construire un portail et comment entretenir une porte en bois.

Transcription 

Construire une clôture avec un portail et entretenir l’ensemble, vous pouvez parfaitement le faire vous-même. Dans cette émission de compilation, nous énumérons encore les principaux détails intéressants. A commencer par la construction de la clôture.


Avant tout, informez-vous bien afin de savoir jusqu’où doit venir votre clôture. Vous pouvez placer une clôture dans un matériau mort, tel que le bois ou une clôture grillagée, en concertation avec les voisins contre la limite de la parcelle. Pour une haie, par contre, vous êtes obligé de rester à cinquante centimètres de votre côté. Du reste, vous êtes également obligé d’entretenir vous-même aussi bien votre côté que le côté des voisins.

En ce qui concerne la hauteur, vous pouvez allez jusqu’à deux mètres sans permis. Pour tout ce qui excède, vous devez demander un permis.
Si vous optez pour une clôture en bois, en métal ou en composite, une première étape consiste à ancrer la structure portante dans le sol.

Si vous optez pour une clôture avec une plaque de béton, vous devrez commencer par creuser une tranchée de quelque trente centimètres de profondeur pour y déverser plus tard du stabilisé, afin d’éviter que les plaques de béton s’affaissent.
Puis vous placez avant tout les poteaux d’appui de votre clôture. S’ils se posent sur une terrasse en pierre, vous les placez dans un support de poteau, que vous ancrez dans la terrasse avec des chevilles à clou.
Dans la terre, vous devrez creuser des trous dans lesquels vous pouvez placer les poteaux d’appui avec un tiers de leur longueur totale.
En tout cas, vous devez enfoncer dans e sol quelques poteaux en bois auxquels vous fixez une corde de maçon pour aligner votre poteau initial et votre poteau final. Avec une tarière, vous enlevez aisément la terre à l’endroit où vous voulez placer les poteaux. C’est nettement mieux pour votre dos que devoir à chaque fois déterrer tous les trous avec la bêche. Il existe aussi quelque chose comme une pelle croisée pour trous à poteaux. Elle vous permet de pelleter aisément une terre meuble sans trop solliciter votre dos.
Pour enfoncer les poteaux en bois dans le sol, une sonnette à bras est utile. Une alternative classique est naturellement le marteau à poteau en bois. Commencez par enfoncer un peu le poteau manuellement dans le sol et vous enfoncez le reste en tapant avec le marteau.


Si vous n’avez pas de laser, vous pouvez aussi toujours utiliser un niveau à eau. En versant de l’eau dans le flexible et en l’étirant d’un point à un autre, l’eau se stabilisera à la même hauteur aux deux extrémités par la loi des vases communicants.


Si nécessaire, vous ajustez encore un peu la profondeur du trou avec des pierres. En tout cas vous devez faire reposer votre poteau sur un support dur, afin qu’il ne s’affaisse pas. Une dalle peut par exemple également fonctionner.
Si vous travaillez avec des poteaux en bois, il est utile de placer une petite protection au pied du poteau, afin de ne pas avoir d’eau stagnante à la base. Quoique vous puissiez aussi appliquer un enduit.
Les poteaux d’angle doivent être les plus solides et reçoivent donc ici un bloc de béton de quelque 50 centimètres sur 50, à une profondeur de 50 cm. Pour les poteaux intermédiaires, on peut réaliser un pied plus petit.
Pour fixer le poteau dans la position correcte contre la corde de maçon, vous pouvez soit le fixer d’abord avec des planches d’ajustement et des serre-joints, soit corriger tandis que le béton durcit; avec un béton à prise rapide, vous devez seulement attendre une dizaine de minutes. Coulez un peu de ciment et ajoutez de l’eau. Damez bien pour éliminer les bulles d’air; autrement vous auriez des fissures des béton pendant le séchage, ce qui aurait des conséquences pour la solidité de la construction. Ajoutez à nouveau une couche de ciment et puis un peu d’eau. Damez à nouveau.
N’oubliez pas de laisser une couche de terre damée au-dessus du béton à prise rapide, afin que l’herbe pousse encore plus tard autour du poteau.
Contrôlez suffisamment avec le niveau afin que le poteau soit certainement bien positionné.
Lorsque le premier poteau est placé, vous faites de même avec les autres poteaux d’angle. Pour terminer, vous les reliez avec la corde au poteau final, afin d’avoir une référence pour la hauteur des poteaux intermédiaires. Pour placer ces derniers, vous procédez de la même manière que pour les poteaux d’angle.
Songez à respecter les poteaux de délimitation de votre parcelle. Aussi ne les dépassez pas si vous voulez éviter les discussions avec vos voisins.
Lorsque tous les poteaux sont en place, vous pouvez d’abord placer les panneaux en béton.
Nous fixons les panneaux en béton avec une couche de stabilisé, qui évite les affaissements et qui est en outre perméable à l’eau.
Combien de stabilisé commandez-vous? Calculez de combien de mètres courants vous avez besoin et multipliez ceci par la largeur et la profondeur de la tranchée.
Vous achetez le stabilisé ou vous le préparez vous-même. Vous le faites en mélangeant 1 part de ciment à 8 parts de sable. La part de ciment est sciemment la plus faible possible afin que l’eau de pluie puisse encore s’infiltrer dans le sol. Vous pouvez mélanger dans une bétonnière mais tout autant avec une pelle. Pour contrôler que le mélange est bon, vous pouvez prendre une poignée de matière dans vos mains. Pétrissez ensemble et si cela ne s’effrite pas vous avez la bonne structure de stabilisé. Si cela se décompose, il y a trop peu d’eau. Si l’eau ruisselle entre vos doigts, il y en a trop.
Commencez par bien damer le support et déversez le stabilisé par-dessus. Insérez les panneaux de béton et tapez-les pour bien les enfoncer. Une corde de maçon vous sert de ligne directrice pour pouvoir conserver la bonne hauteur.
Ici les poteaux sont placés devant les plaques mais vous pouvez aussi les placer entre les poteaux. Dans ce cas, vous devez utiliser des espaceurs, si bien qu’ici aussi vous devez déjà tenir compte d’un peu de jeu supplémentaire lors du placement de vos poteaux.
Pour votre clôture, qui se positionne entre vos poteaux d’appui, de nombreux matériaux sont possibles. Dans ce cas-ci se placent des panneaux grillagés, qui peuvent simplement reposer sur les panneaux de béton. On distingue deux sortes; les panneaux 2D, qui descendent tout droit, et les panneaux 3D, qui disposent d’une avancée.
Ils sont fixés à différents endroits dans les poteaux avec des brides et des vis. Encore un capuchon de protection par-dessus et c’est terminé. Quoique vous puissiez bel et bien encore regarder à travers les ouvertures naturellement. Vous pouvez créer une plus grande intimité en y plaçant des lamelles. Il existe des types de flexibles que vous coupez sur mesure, tressez entre les tiges filetées, repliez dans le haut et dans le bas, et sur lesquels vous placez un clip. Mais il existe aussi des systèmes que vous faites glisser dans les panneaux grillagés par le haut et que vous laissez reposer sur des clips dans le bas. Dans le haut, vous terminez par un profil final afin que tout soit bien fixé.
Naturellement une clôture ne doit pas forcément être constituée de métal; par exemple, vous pouvez placer des panneaux en bois, en PVC ou en composite bois. Le composite est un mix entre la farine de bois et le PVC, ce matériau ne nécessite pas d’entretien et ne pourrit pas.
Les panneaux sont glissés dans des profils. Dans le haut est déposé un profil en U. Et tous les poteaux reçoivent encore une plaquette de recouvrement. Vous construisez ainsi une clôture très robuste qui vous garantit aussi l’intimité requise.
Mais si vous cherchez plutôt une clôture de jardin ou de pièce d’eau charmante et décorative, une clôture en pieux de bois est par exemple une option plaisante. Etant donné que la rigidité est ici moins importante, vous ne devez pas non plus forcément ancrer les poteaux avec du béton. Il suffit de bien les enfoncer dans le sol. Vous utilisez un peu de béton à prise rapide uniquement pour les poteaux d’appui du portail, qui doivent quand même porter un certain poids.
Si vous voulez encore quelque chose de totalement différent, vous pouvez aussi fabriquer un gabion.


Les gabions sont des clôtures métalliques que vous remplissez de pierres ou d’un autre matériau. Vous commencez par disposer les panneaux métalliques tels que vous les installerez. Superposez les côtés des panneaux et et fixez les agrafes au moyen d’une pince spéciale, fournie dans le colis. Commencez au milieu, puis les deux côtés extérieurs et ensuite tout ce qui est intercalé. Les extrémités des agrafes doivent être orientées vers l’intérieur du panier, afin que rien de tranchant ne fasse saillie. Montez ainsi tous les côtés d’un gabion avec l’agrafe circulaire dans chaque ouverture de fil.
Naturellement vous ne fixez pas encore complètement le couvercle du gabion, 1 côté suffit, afin de pouvoir encore l’ouvrir pour le remplir.
Une chouette astuce: en subdivisant les paniers par des cloisons, vous pouvez alterner les différentes sortes. Vous fixez aussi ces cloisons avec des agrafes circulaires.
Ce type de gabion est placé entre des profils en U et des profils en H métalliques.
Creusez un trou pour placer le profil de départ. Si vous commencez contre le mur, vous le fixez avec des chevilles à clou. Tendez une corde directrice et mesurez à l’aide d’un gbion l’emplacement du premier profil en H. Positionnez-le perpendiculaire et teniez compte aussi de la hauteur correcte. Avec du béton à prise rapide et quelques lattes de soutien, un tel profil est déjà suffisamment solide en à peine un quart d’heure. Maintenant vous pouvez poursuivre le travail.
Dès que la fondation en gravats, gravier ou stabilisé est parfaitement horizontale, vous pouvez vérifier si les gabions s’ajustent joliment entre les profils.
Puis vous pouvez remplir les paniers. Vous placez les ancres de serrage toutes les trois rangées de quadrillage que vous avez remplies. Vous le faites dans la même rangée par quatre quadrillages. Si nécessaire, vous pouvez placer à chaque fois deux ancres de serrage au milieu d’une seule.
Vous poursuivez ainsi jusqu’à ce que le gabion soit rempli. Grâce au fait que vous ne devez pas visser, ceci est un travail qui est assez vite réalisé en réalité.
Votre clôture est placée désormais mais il est probable qu’un portail vous soit utile. Et pourquoi ne pas en fabriquer un vous-même?

Nous montrons tout à l’heure, dans la partie 2, comment procéder.

Dans la première partie de cette émission sur la construction de clôtures, nous avons vu avant tout comment placer des poteaux d’appui. Pour cela, vous devez creuser des trous suffisamment profonds, et y ancrer les poteaux avec du béton. Vérifiez qu’ils sont certainement perpendiculaires. A partir des poteaux d’angle, vous tendez une corde, le long de laquelle vous devez placer la clôture. Si vous placez des panneaux grillagés, vous pouvez éventuellement les laisser reposer sur des panneaux de béton. Pour décourager les regards indiscrets dans le jardin, vous insérerez plus tard des lamelles dans les panneaux grillagés.
Par ailleurs, nous avons aussi survolé brièvement une alternative à une clôture métallique, à savoir une clôture en panneaux de PVC, que vous placez dans des profils. Et l’installation d’un gabion est également abordée.
Ce dont notre clôture a encore besoin, c’est un portail. Roger en a déjà fabriqué un précédemment.


Roger nous a déjà montré précédemment comment construire un portail de jardin durable sans bois dur. Il entame son travail avec les deux piliers latéraux, afin de pouvoir ensuite prendre les mesures intermédiaires et réaliser ainsi le portail sur mesure. Pour cela, on utilise du bois d’épicéa, qui a déjà subi un traitement thermique, ce qui lui assure une durabilité accrue. C’est une alternative valable au bois dur tropical, qui est nettement plus cher et en outre pas écologique.
En principe vous pouvez utiliser un bois d’épicéa sans traitement thermique à l’extérieur mais puisque la partie qui s’enfonce dans le sol est plus sensible à la pourriture du bois, Roger protège encore avec un produit d’imprégnation. Par-dessus vient un enduit de caoutchouc liquide, jusqu’au niveau du sol.
Dans le haut des poteaux est scié un petit toit pyramide’, afin que l’eau ne puisse pas y stagner.
Puis les trous pour les poteaux sont creusés, de quelque 50 centimètres sur cinquante et d’environ un mètre de profondeur. Au moyen d’une corde de maçon, Roger indique la position des poteaux. Ils sont fixés de façon provisoire avec des étançons et des serre-joints. Etant donné qu’un portail est passablement lourd et penche spontanément vers l’intérieur, Roger ne les place pas 100% de niveau mais il les laisse légèrement s’incliner vers l’extérieur. Ensuite il ancre encore le poteau dans le mur. Pour fixer totalement les poteaux maintenant, Roger remplit les trous avec du béton à prise rapide.
Maintenant qu’il peut déduire les dimensions de son portail, Roger construit le cadre dans l’atelier. Il utilise du bois imprégné, donc du bois de conifères chimiquement imprégné. II scie tous les éléments sur mesure d’après son plan et les dépose. En réalisant le cadre sur le sol, tout est certainement plane.


Lors de la réalisation du cadre, vous disposez aussi les poutres de telle sorte que les anneaux de croissance du bois se situent dans le sens opposé. Vous évitez ainsi que le bois se déforme.
Appliquez la colle pour bois de construction là où deux parties doivent être réunies, hormis les angles dans lesquels doivent venir les étançons. Placez les parties de façon égale et vissez-les ensemble. La combinaison des vis et de la colle à bois garantit un assemblage de bois solide.
Puis vous réalisez les étançons. Ajustez un morceau à l’endroit où ils doivent se placer et indiquez où vous devez scier une partie. Vous le faites avec une scie à l’onglet ou une scie à dosseret.


Maintenant reliez toutes les parties qui ne sont pas encore fixées avec de la colle à bois et des vis. Avec le premier cadre prêt, vous pouvez aussi réaliser le second battant. Ce battant est précisément identique.


En principe il ne faut pas pré-percer dans le bois tendre mais près du bord il vaut quand même mieux le faire afin de ne pas fendre le bois à cet endroit.
Pour l’habillage du cadre, Roger commence par appliquer une toile de façade protectrice. Celle-ci est résistante aux UV, contrairement au film plastique ordinaire. Il agrafe la toile au cadre, avec le côté sombre vers l’extérieur et un peu de recouvrement des deux côtés. Vous pouvez plier une partie de recouvrement dans le haut. Ainsi celle-ci est d’emblée protégée contre l’eau. Il coupe l’excédent de toile de façade à côté du cadre. Puis ceci se produit aussi de l’autre côté du cadre.
Contre la toile viennent des panneaux à rainure et languette, que vous sciez sur mesure sous un léger onglet pour éviter l’eau stagnante. Posez les planches sur le cadre afin qu’elles soient joliment égales dans le haut et clouez-les avec un pistolet cloueur. Pour cela, vous pouvez utiliser des clous galvanisés mais comme les têtes des clous restent exposées ici, Roger utilise des clous en inox. Ainsi des taches de rouille ne peuvent pas apparaître sur le bois.
Vous sciez la dernière planche sur mesure dans la longueur avec une scie de table. Et pour que le dessous soit également bien égal, une scie circulaire se révèle bien utile.
Le long d’une règle, vous sciez toutes les planches en même temps. Vous pouvez aussi le faire sous un angle, afin d’obtenir un larmier pour les gouttes de pluie.
Afin de pouvoir suspendre le portail tout à l’heure, il doit disposer d’une ferrure. Ici Roger place trois gonds, qui s’insèrent précisément dans les poutres du cadre. Il aligne leurs positions et pré-perce aux endroits qui sont prévus pour les tirefonds. Vous pouvez simplement les enfoncer avec une clé ou une clé à cliquet, ou les fixer avec une perceuse-visseuse et un embout à tête hexagonale. Par ailleurs, vous pouvez aussi placer encore des verrous de sol, qui aident à retenir le portail par grand vent.
Ensuite vous pouvez placer le portail.


Dans le cas de notre portail de propre fabrication, Roger dépose un battant sur de petits blocs pour obtenir la bonne hauteur. Il fixe les cames dans lesquelles les gonds s’accrochent. Il glisse ceux-ci dedans et il les fixe aux poteaux à l’aide de solides vis.
Ensuite est monté le second battant. Roger utilise des coussins de montage, que vous pouvez gonfler jusqu’à la hauteur souhaitée. Pour faire descendre le portail, il dégonfle un peu. Lorsque le portail est bien en place dans le haut, il monte aussi les cames de l’autre côté.
Pour le placement d’un portail métallique, vous procédez quelque peu autrement. Vous utilisez les matériels fournis pour la fixation.


Sur un gond vient une rondelle fournie. Sur celle-ci reposera encore un capuchon de protection, que vous placez dans l’ouverture dans le portail.
Ne serrez pas encore trop ce gond, car cela doit encore pouvoir glisser. Ceci n’est définitivement serré que quand le portail est suspendu.
Avec quelques mains en supplément, vous posez joliment le portail sur la barre. Et il ne vous reste qu’à serrer la seconde barre dans le haut. Maintenant que le portail est fermement monté dans les gonds, vous pouvez la placer de niveau en corrigeant le serrage de la barre dans le haut. Une fois que la position est correcte, vous serrez définitivement les écrous et vous avez terminé.
Une clôture et un portail en métal, cela nécessite peu d’entretien, voire aucun. Mais vous devez bel et bien traiter une clôture en bois avec des produits spécialement adaptés. Nous survolons encore ici comment procéder.


Vous pouvez également entretenir votre clôture et votre portail en bois pour éviter les dépôts verts, mais aussi pour combattre le grisonnement, ou justement pour veiller à un grisonnement bien uniforme.
Commencez par enlever tout ce qui s’est détaché, ainsi vous ne devez pas masquer ces éléments. Il vaut mieux d’abord poncer le bois ancien. C’est possible avec un grain grossier. Si vous y apposez une couleur blanche, il vaut mieux le faire aussi profond que possible. Mais si vous y apposez une couleur foncée, il n’est pas nécessaire de poncer le bois totalement à nu.


Vous appliquez un éliminateur de dépôts verts avec une brosse. Après l’avoir bien étalé, vous laissez le produit agir de quinze minutes à une demi-heure. Puis vous éliminez les dépôts verts avec une brosse grossière. C’est maintenant plus facile parce que le produit les a détachés. Si c’est parti, vous rincez tout encore bien à l’eau. Attendez que ce soit sec avant de poursuivre.
Si vous voulez teinter du bois neuf, il est certainement conseillé de poncer. Les fibres du bois s’ouvrent et le produit sera mieux absorbé tout à l’heure. Pour cela, utilisez un grain 120. Puis éliminez toute la poussière.
Avant de pouvoir commencer à teindre, nous appliquons un ruban de masquage sur les parties que nous ne voulons pas recouvrir, telles que les charnières du portail. Vous appliquez la teinture, aussi appelée lasure, avec la brosse. Agitez bien le produit et répartissez-le bien égal sur le bois. Faites-le toujours dans le sens du nerf du bois. Vous diminuez les risques de formation de rayures après séchage.


Après avoir entièrement traité le bois, vous le laissez sécher suivant les indications sur l’emballage de la teinture. Ensuite vous pouvez appliquer une seconde couche.


Faites aussi toujours attention aux coulées. Vous pouvez encore les éliminer pendant l’application mais une fois que la teinture sèche, c’est trop tard.
Ici Roger traitera la clôture avec un produit à base d’eau, contrairement à la teinture grisonnante qui s’applique sur le portail.


Un conseil: enveloppez les brosses pendant le temps de séchage dans un film alimentaire afin qu’elles ne dessèchent pas dans l’intervalle. Ainsi vous pouvez les réutiliser.
Une lasure à base d’eau sèche rapidement donc en principe vous pouvez traiter la surface entièrement en une seule journée.


Ne faites pas l’impasse de l’application d’une seconde couche; en effet, celle-ci sert à protéger le bois mais aussi à lui donner une couleur plus égale.
Nous avons maintenant vu un certain nombre de possibilités pour le placement et l’entretien des clôtures et des portails. Si vous aimez regarder aussi d’autres travaux à réaliser dans ou autour de la maison ou si vous cherchez des conseils de jardinage pratiques, fouinez certainement parmi nos innombrables vidéos sur le site internet. Et n’oubliez pas non plus de vous inscrire à notre magazine en ligne!

Vous pourrez lire l'intégralité de cet article après vous être enregistré

Répondre

Kleurenschema
Aantal tegels per rij
Beeldverhouding
Weergave
Hoeken afronden
0

Bienvenue chez Dobbit 

Dobbit utilise des cookies pour optimiser et personnaliser votre expérience utilisateur. En utilisant ce site web, vous acceptez La gestion de confidentialité et des cookies.