Inscrivez-vous au magazine en ligne gratuit et bénéficiez d'un accès en ligne limité

Inscrivez-vous

TOUT SUR LES BORDURES VEGETALES

Si vous commencez par aménager un jardin, vous ne devez pas subir, vous devez anticiper. Vous devez penser à l’avance aux plantes que vous utiliserez, vous devez rechercher leur taille finale. Quelle sera la taille de ces hortensias? Qu'en est-il de notre copain, ici? Quelle taille va-t-il avoir? Et combinez cela avec des plantes plus basses à l’avant de votre parterre et vous pourrez alors anticiper leur floraison. Découvrez plus sur les bordures végétales dans cette vidéo.

Transcription 

Si vous commencez par aménager un jardin, vous ne devez pas subir, vous devez anticiper. Vous devez penser à l’avance aux plantes que vous utiliserez, vous devez rechercher leur taille finale. Quelle sera la taille de ces hortensias? Qu'en est-il de notre copain, ici? Quelle taille va-t-il avoir?

 


Et combinez cela avec des plantes plus basses à l’avant de votre parterre et vous pourrez alors anticiper leur floraison, par exemple. Je vous garantis qu'à partir du mois de février, au moment de la floraison de l’Hellébore, jusqu'au plein été, lorsque ces hortensias commencent à fleurir -oui- c'est déjà un régal à admirer ici et puis le sol est si bien recouvert de toute cette verdure que peu de mauvaises herbes en sortent.

Oui, si vous comptez planter au printemps, vous devez au préalable vérifier la qualité du sol, et j’ai remarqué que le sol ici est assez maléable, très sablonneux, il y a des morceaux d’argile entre, que nous pourrions laisser se décomposer, mais la première chose dont ce sol a réellement besoin, c’est d’améliorer sa rétention en eau et que nous allons faire en ajoutant un améliorant pour sol et un bon produit pour le sol, vous trouverez plusieurs bonnes marques sur le marché, que vous pouvez reconnaître comme ceci: un améliorant pour sol dispose d’une structure maléable, ne contient pas de mottes dans le sac, et si vous versez le contenu, que vous ramassez une poignée pour essayer d’en faire une boule – quelle que soit le force exercée – cette boule devrait aussitôt se défaire une fois la poigne relâchée. C’est très spongieux, ce qui favorise la rétention en eau, par laquelle les bactéries dans le sol bénéficieront d’un meilleur développement, du coup les racines se fixeront et se développeront beaucoup plus rapidement, et de la sorte le sol deviendra beaucoup plus sain et améliorera encore mieux sa rétention d'eau.
Oui, il est temps de planter, le premier arbuste que je vais placer, ici contre la paroi, est un Choisya, un Choisya fera facilement deux mètres de haut, c’est presque aussi élevé, donc, je devrais presque choisir de le placer au milieu du parterre, afin de laisser l’ensemble plus tard joliment se garnir; ne placez jamais un arbuste si proche d’une clôture parce qu’il va alors ne se développer que de moitié; oui, il s’agit d’une plante qui fleurit de mai à juin-juillet, en fait c’est une printanière un peu tardive, mais qui reprend souvent à l’hiver, et c’est ce que nous voyons ici, qu'il s’agit d’une deuxième floraison, donc on en profite deux fois plus. Nous allons la mettre quelque part par ici.
La seconde que nous allons planter, c’est cette Potentilla, qui vient de potentia/puissance, ce sont des arbustes qui recouvrent le sol sans trop prendre de hauteur, et qui sont parfaits pour recouvrir ce couvercle ou encore également la zone, là, on a ici un puit en-dessous, nous disposons à peu près de six ou sept centimètres de terre solide, oui, ce n'est pas suffisant pour planter, nous allons donc continuer autour, et nous laisserons le soin à ces plantes de recouvrir le sol ici, et assurer une belle floraison en été. Regardez, c'est les anciennes floraisons que vous distinguez maintenant, car elle a déjà fleuri depuis quelques mois, elle fleurit vraiment jusqu'à fin septembre, mi-octobre, et les abeilles en raffolent.
Et pour le dernier arbuste contre cette clôture, oui, nous disposons déjà d’une plante printanière, d’une estivale, ceci c’est une floraison plus tardive en automne et en hiver, et une floraison plus précoce au printemps, tout se combine très bien, ceci c’est une viorne, mais une viorne qui fleurira très tard, qui fleurira sur les branches dénudées en hiver et continuera ensuite à fleurir jusqu'au printemps, si ça ce n'est pas beau! Elle fera environ la taille de la clôture, c’est un peu pour cela que je l’ai choisie, la plupart des viornes deviennent beaucoup plus élevées, mais elle pourrait alors devenir gênante pour les roses de nos voisins, c’est pourquoi elle ne doit pas être plus élevée que cette clôture, elle sera environ tout aussi haute, un mètre vingt, trente maximum, par contre elle va se développer en largeur, du coup je ne vais bien sûr pas la placer tout contre la fenêtre, mais plutôt ici dans le milieu.
Mais comment allez-vous planter? Rappelez-vous qu'un trou de plantation doit disposer du double volume de celui de la taille du pot. Ce qui signifie que le trou doit être une fois plus profond, et une fois plus large. J’expliquerai un peu plus tard pourquoi. Je jette un coup d'œil à notre pot, voila, et puis je mesure avec ma pelle, voilà un demi-pot, ici, là, et là, et c'est à peu près la taille du trou de plantation. Voila.
Le trou de plantation est assez grand, environ la double surface du pot, et aussi beaucoup plus profond que le pot, c’est que vous vous en sortez bien. Ce que nous allons faire maintenant, c'est de prendre un améliorant pour le sol et de en mélanger deux doses avec une dose du sable que j'ai creusé, et ça va former une bonne base de terre.
Nous n’allons pas jeter ça hé, c’est juste une estimation que l’on fait, vous devez toujours vous assurer que vous disposez de plus d’améliorant pour le sol que de sable, et nous pouvons à présent tout bien mélanger, ce que je fais toujours à la main, nous n’allons pas planter des arbres , il ne s’agit pas de quantités importantes, regardez, une fois le mélange de sable avec l’améliorant de sable bien prêt, on l’étale ensuite tout simplement dans le fond du trou. Et plus tard, lorsque la plante y sera, nous allons alors compléter les bords. Tout d’abord, nous allons voir si elle se défait facilement, ce que l’on fait en donnant une bonne tape sur le bas, ce qui fait qu’elle se libère généralement bien, et vous n’allez casser aucune racine, voila, là on voit qu’elle a déjà bien grandi, on ne doit plus s’en préoccuper, et on place tout simplement la plante dedans.
Faites cela soigneusement, afin de ne rien endommager. Appuyez bien, d'abord à la main, puis à nouveau avec vos pieds, en rajoutant de l’eau.
Un petit coup dans le pot, regardez, par ces trous, si vous achetez vers la fin de saison, vous disposerez souvent via ces ouvertures de racines qui ont poussé, et ce que vous devez faire, c’est juste les couper avec un couteau pour que le reste des racines soit intact. Voila, c’est une belle plante, hé, on rajoute un peu là, n’oubliez pas la profondeur du pot, c’est la profondeur de la plante, pas un centimètre de plus ou de moins, c’est très important pour la bonne croissance de la plante.
Donc, quand vous êtes par dessus, il suffit de presser ici avec ses doigts, c'est tout simple. Un peu avec le pied. Assurez-vous d’avoir une petite rigole, pour ne pas répandre ni gaspiller trop d'eau.
Voila, nous avons maintenant planté, 1,2,3 ... 5 arbustes. À bonne distance de la clôture, il s'agit maintenant de combler le reste avec un revêtement végétal, et pour cela j'ai choisi une Vinca Minor, c'est-à-dire la petite pervenche, que vous connaissez certainement, ces plantes qui poussent très vite, et se portent aussi bien au soleil qu’à l'ombre, mais qu’il faut toutefois bien tailler d'une manière spéciale pour les laisser fleurir très fortement dans le bleuté chaque année, on obtient vraiment un tapis bleu.
Combien faut-il en placer par mètre carré? Eh bien, cela dépend de la taille de la plantation, puisqu’ici nous disposons de grands pots, oui, ce sont des pots d'un diamètre de dix-huit centimètres, vous les avez aussi en beaucoup plus petits, ils sont un peu moins chers, même si ceux-ci aussi ne coûtent pas cher, mais avec cette forme, cette taille, nous allons nous limiter à quatre plantes par mètre carré. Je vous garantis déjà qu'après un an, toute la surface sera recouverte.

Il s’agit ici d’un parterre sur lequel je n’ai normalement pas de travail à faire en été, et c’est grâce à une réflexion sur le choix de ses plantes. Le rôle principal est tenu par cette plante-ci. Elle est originaire de Chine, et fabrique d’énormes et belles feuilles. c'est le Tetrapanax.

 


Le Tetrapanax ne résiste pas 100 % à l’hiver, mais survit toujours dans le sol, tout comme sa souche. Peu importe à quel point il gèle, l'année suivante, il en ressort à partir des boutons qu'il forme sur son tronc, plusieurs nouvelles souches.

 


Vous voyez, c'est tout de cette année. C’est là où il a commencé, et ici c’est tout nouveau, c’est aussi de cette année, et vous pouvez voir qu’il va se ramifier ici, donc avec le temps, j’imagine que cela doit devenir un grand palmier qui occultera tout cet espace, je pourrai marcher au dessous ou encore mettre ma chaise à l'ombre de ces belles feuilles.

 


Il tient bien le rôle principal ici dans ce parterre avec des feuilles qui retombent, les autres sont des plantes plutôt ordinaires mais qui ont la propriété d’empêcher que de nombreuses mauvaises herbes s’incrustent. La première, on peut encore en voir les feuilles, elle a depuis longtemps fini de fleurir, c'était l'hellébore, qu’on surnomme parfois un pied-de-griffon.

 


Ici aussi vous voyez des feuilles, elles sont du printemps. Une fois mortes, leur rôle sera repris par cette espèce de géranium, vous voyez? Ces deux-là ensemble garantissent que la partie qui se trouve ici, à l'avant du parterre, soit en réalité complètement densifiée.

 


Ici, vous pouvez très bien le remarquer, regardez: c'est complètement envahi par la végétation, toute la masse des feuilles, en dessous tout est bien trop sombre pour les mauvaises herbes. Puis à la fin, il ne reste que quelques hortensias, ce qui complète le parterre contre la serre.

 


Je ne fais presque jamais riendans cette zone, sauf ici; regardez, en voici une, c'est une mauvaise herbe, on la retire, hop, je la tiens déjà. Je l'ai dit à plusieurs reprises, hé, si vous travaillez dans le jardin au printemps, vous aurez beaucoup moins de travail en été et le travail en deviendra allégé, c’est ce qu’on peut déjà constater ici. Un parterre presque sans entretien, couplé à un choix réfléchi de plantes.

 


Hortensias, Tetrapanax, Géraniums, Hellébore Oriental ou Hellébore. Et puis ça, ici, c'est une plante de rocaille; Une campanule et cette plante de rocaille dépendent normalement des roches et de la floraison, mais ici, elles rampent entre les tiges de ces hortensias, ce qui leur confèrent également une très belle touche bleutée.

Une autre tâche estivale, toujours très agréable, consiste à tailler les fleurs. Si vous élaguez les fleurs fanées, la plante commencera à ressentir le besoin de continuer à créer de nouveaux boutons floraux afin de permettre à de nouvelles fleurs de fleurir. Vous pourrez ainsi sensiblement prolonger toute sa saison et rendre naturellement la plante plus jolie.

 


Comme ici avec ce cosmos, c’est vraiment une plante de paysan, hé, ça se sème tout seul. Vous devez regarder, ce sont ici les semis de l'année dernière. Je vais les laisser. Ici nous avons une fleur fanée. Qu'est-ce que je fais avec ça? Il suffit de couper, et ça dégage. Celle-ci aussi est fânée. Parti. Ici aussi.

 


Donc, si vous ôtez les fleurs fanées, cela ne concerne pas seulement cette plante de maison à l'ancienne, cette plante de paysan disons, parce que je me souviens que quand j'étais enfant dans le jardin de ma grand-mère, oui, il y avait des Cosmos parmi les buissons chaque année.

 


Ma grand-mère ne devait plus les semer, la se semait toute seule. C'est une plante très rustique, mais si vous nettoyez les fleurs fanées à chaque fois, c’est juste un petit effort à faire, c'est une tâche estivale très agréable, vous verrez qu'elle fleurira alors abondamment. Un autre avantage du cosmos, c’est que la plante fleurira de différentes couleurs.

Octobre, novembre. Le moment idéal pour mettre un peu d’ordre dans le jardin. On peut tailler les arbustes qui poussent hors des mottes. On peut commencer à désherber entre les plantes vivaces, car tout ce qu’on entretien aujourd’hui cela représente autant de temps économisé au printemps, lorsque les mauvaises herbes recommencent à pousser.
Maintenant, ce qu’on peut déjà régler ici, ce sont deux choses. Ce lilas ici, qui se propage un peu de trop. On va donc l'élaguer un peu. Et puis cette alchémille, qui stagne un peu ici, on va la rajeunir. On va la diviser. Mais on passe d’abord ici avec le sécateur, on va supprimer quelques branches pour que la plante puisse à nouveau profiter de la lumière.
C'est déjà plus aéré. Voila. Encore quelques mauvaises herbes. On est ici en bordure de la plante. Il y a encore quelques lierres terrestres entre les deux, mais il sera bientôt éliminé. Alors que faire à présent? On va ressortir toute la plante mais avec le bon accessoire. Nous allons utiliser une bêche pointue.
Nous allons donc libérer toute cette alchémille. On travaille aussi profondément que possible de tous les côtés… le but, c’est de conserver la partie la plus jeune de cette plante, la partie à l'extérieur.
Et elle est là. Voilà. C’est notre alchémille. Bon, jetons un coup d'œil. Oui, ces longues tiges florales [soupir], je les laisse. Je les laisse aussi pour l'hiver. Vous pouvez ensuite [soupir] au printemps très bien situer où vous l'aviez finalement planté. Je retire encore les mauvaises herbes.
Voila. Pour n’avoir que… une alchémille [soupir]. Et ici, vous distinguez clairement comment - au centre de la plante - comment elle est ici en fait nue. Le centre se rajeunit donc vers l'extérieur. Là on a une partie jeune, ici une partie jeune. Une ici. Et ici aussi. On peut donc en fait obtenir quatre jeunes plantes à partir d’une ancienne plante. Et ça se fait très facilement. On la pose comme ça et puis juste ... en une fois dedans, avec la pelle. Et puis hop, elle est prête à pousser!
Et ce que nous avons maintenant, c'est en fait trois nouvelles jeunes plantes. Quatre, si on veut, mais elle est un peu trop maigre. Mais on voit clairement comment la vieille racine se rajeunit à l’extrémité. Mais en restant un peu à l'intérieur. On le voit ici. C'est une vieille souche de racine et il n'en sortira plus grand-chose. Elle ira dans donc le tas de compost. On la jette. C'est une vieille plante.
C’est si bon, ça. Le contact des mains avec la terre. Ca fait du bien, je trouve. Et l'année prochaine, lorsque de nouvelles feuilles pousseront et qu'il aura plu, toutes ces gouttes de pluie deviendront des perles scintillantes sur les feuilles de l’Alchémille. Ses feuilles sont imperméables. Je l'apprécie déjà, rien qu’à l’idée.
Il y a des arbustes, qui fleurissent de l'été jusqu'à ce qu'il se mette à geler. Et ici, cet arbuste de lavande, on l’appelle l’Irisimum, c'est l'un d'eux. Il fleurit à partir de l'été, dès le début de l'été même. Juin, juillet jusqu'à… jusqu'à maintenant, jusque fin octobre. Regardez. Et ces fleurs, qui commencent ici juste au-dessus des feuilles, et qui montent de plus en plus haut. Mais là, elles ont presque terminés de fleurir. Regardez, il n'y a plus de croissance dans le haut, et les dernières fleurs, elles finiront bientôt par tomber. Donc, pour préparer cet arbuste à affronter l'hiver, je coupe ces tiges fleuries.

La première chose à faire, c'est de soigneusement ôter tout ce qui semble traîner sur le sol. Et j'essaye de faire cela sans entamer l'intérieur de la bordure. Parce qu'il s'agit d'une bordure composée de plantes vivaces, ce qui signifie que durant l'hiver, elles meurent en surface, mais que..oui..durant le printemps, elles repoussent. Et toute cette couche a hiberné durant l'hiver, ce qui est bien, puisqu'elle a formé un bon dortoir pour un tas d'insectes très utiles. Mais on peut à présent s'en séparer. Puisque les plantes qui vont ressurgir..eh bien..elles ont besoin de lumière et d'oxygène. Donc... tout délicatement, je vais commencer par déblayer la couche supérieure. Uniquement tout ce qui est déjà détaché sur le sol, à l'aide de cet outil à deux dents. Vous voyez?
On peut le voir, il y a ici des jonquilles qui poussent. Et puis là je vois des têtes d'allium qui ressortent. C'est bien pour ça qu'il ne faut pas de suite... travailler avec un râteau trop large. Mais..plutôt délicatement tout récupérer. (..) Voilà, et le reste on fera ensuite à la main. Et avec un sécateur.
Regardez, de cette manière, (snif).. le ..(essoufflé) le soleil peut rayonner sur le sol. La surface va se réchauffer plus rapidement. Et en même temps, je peux déjà.. (hh/) me prévenir des mauvaises herbes. Et je l'ai déjà dit, travailler une heure aujourd'hui dans mon jardin, cela va m'épargner trois heures supplémentaires en été. Donc là je vois déjà là un peu de pâturin. Ouïe, et même (..) une petite égopode ici. Oui, on va le retirer. Donc il ne s'agit pas de juste ratisser un peu ici et là.

On va vraiment tout nettoyer et bien préparer (..) pour l'été.
Et voilà, il est temps de couper. Je taille toujours légèrement par-dessus le sol. Vous pourrez alors encore toujours, en imaginant par exemple que vous vouliez recouvrir le sol, (..) ou qu'il neige encore un peu, on ne sait jamais. Avec les giboulées d'avril. On peut alors ... on peut encore voir où se trouvent les plantes. Donc je laisse toujours un bon 10 ou 15 cm.

Pour des herbes comme ici, le plus facile c'est de tout tenir comme ça, avec la jambe par-dessus, bien bloquées. Et .. voilà ! ... C'est suffisant. Et toute cette matière que l'on récupère va pouvoir alimenter (/hhh) le compost.

Si vous préparez un compost, il faut toujours du vert ... et du sec, mélangés ensembles.
Ici, on a mes herbes de fenouil. Déjà de nouvelles pousses. On en mange toute l'année. Tous ces plats de poissons. Mais aussi juste comme ça, dans le jardin. Un sécateur ne doit pas simplement être bien aiguisé, ni le rester, faites bien attention à l'achat, mais c'est aussi bien pratique lorsqu'il est monté sur des bras assez longs, (..) ce qui vous permet de tailler sans devoir trop appuyer, tout en mettant assez de puissance. Et vous pourrez aussi éviter de fatiguer les poignets en taillant, parce qu'il y a ici, voyez, deux petites ..deux petites anti-chocs. Lorsqu'ils se touchent, c'est atténué. Vous voyez? Et par ailleurs, pour..pour se protéger les mains..oui..il y a du gel ici dedans, aux extrémités. C'est donc bien pensé, et du coup, tailler devient un plaisir. Hop là!

Et les jonquilles aussi vont être retirées. Je coupe donc ça bien à hauteur du sol. Ca a bien fait son travail, un bon abri pour (/hh) les insectes utiles. (...) Et puis bien entendu ça a protégé naturellement les plantes durant l'hiver, même avec des hivers rudes, et avec les gels de cette année...ça tombe toujours bien...si le sol est un rien recouvert. Jetons un petit coup d'oeil. C'est beaucoup mieux!

Oui. Et puis de cette manière, je pense aussi un peu à mon voisinage. Ces personnes travaillent en équipe...et ils ne sont pas, à cet instant de la journée, dérangés par le bruit des machines donc.. on y va juste à la main. Et c'est bon pour le physique!
Regardez ! Je vois à présent où les nouvelles plantes vont émerger. Les petits bulbes, les alliums. Ici encore, un groupe de jonquilles... et de narcisses. Voilà. Bien sûr l'avantage, c'est que (..) si vous travaillez avec du bon matériel (..) un seul manche est nécessaire (..) hop.. là je vais me débarrasser du reste. On le fixe dessus. Et on est parti.

Avec un balai à feuilles en plastique.. vous allez bien sûr.. beaucoup moins abimer le sol. Et pourtant, je retire encore assez bien...pour voir où se cachent les mauvaises herbes que je vais devoir retirer. Déraciner la touffe des racines de ces mauvaises herbes, comme cet égopode. Et le pâturin. Je vais m'assurer de pouvoir retirer autant de racines que possibles. Les récupérer du sol.. pour en ôter un maximum.
Bon, ranger ce sera pour tout à l'heure. Je vais d'abord m'occuper de cette bordure (...) et je vais ôter à la main, ici et là, l'égopode, les pâturins. Ca va m'épargner 'un paquet' de travail durant l'été, croyez-moi (snif) ! Regardez, ce petit truc sans défense, c'est un égopode. Et bien sûr, je vais y aller avec ma griffe. Et tenter d'attraper une bonne partie de la touffe de racines. Cette touffe ce n'est pas comme une simple racine, c'est une tige qui pousse déjà (..) que je vais tenter de retirer. Regardez ! Je l'ai. Parce que chaque morceau qui reste en terre, ça va faire pousser un égopode. Et cette herbe aux goutteux, c'est comestible. Voyez? Pas mauvais. Une bonne verdure, mais son désavantage c'est surtout que l'égopode prend tellement de place en se répandant, de telle sorte que les autres plantes en dessous en souffrent.

Regardez, ça c'est... c'est une ancolie. Et juste à côté, il y une nouvelle fois un égopode, donc je le retire. Ici une ortie, du pâturin, on vérifie bien d'où il provient. Oui, il est là derrière. (effort__) Je peux essayer de le prendre (..) juste comme ça. Et puis (..) avec ma griffe, (..) j'essaye encore de retirer un peu de pâturin. (/hhh) Encore un égopode ici. Ah. Assurez-vous bien de toujours (..) extraire (..) la partie inférieure. Parce que ça devient une plante gigantesque en seulement une année. Et qui éclôt de chaque côté de certainement 30 ou 40cm. Cette herbe aux goutteux est difficile à éliminer avec des produits chimiques. Il faut presque toujours le retirer à la main. Et si vous vous y maintenez, (/hh) ce sera toujours pour un mieux!

Mais comme on a dit, si elles sont trop grandes, coupez-les! Cuisinez-les comme des épinards. Et euh.. vous avalerez une bombe en vitamines et minéraux. "If you cant beat them, eat them" Ca, ça serait une bonne citation pour l'herbe aux goutteux.

Et puis on se souvient, ici, il y avait ceci, là, cela..C'est comme ça que vit un jardinier. Au fil des saisons. Et avec la nature. C'est justement ça qui est si riche. Evidemment, si vous travaillez sur vos genoux, vous verrez beaucoup mieux... ces petites plantes que vous pouvez..euh.. ôter au printemps. Les mauvaises herbes. Oui, bon "mauvaises herbes"ça veut dire quoi "mauvaises herbes?" Ca n'existe pas. Les mauvaises herbes...ce sont des plantes qui poussent simplement là où la nature les a mises, mais bon, ici, c'est mon jardin, donc c'est moi l'patron !! Et ça ne va pas forcément vous réussir du premier coup. Mais ce n'est pas grave, on ne cesse d'apprendre. Même en jardinant. Ce n'est pas si compliqué.

Maintenant qu'on a ratissé cette euh...couche hivernale, on peut tout voir. Ah oui, et ce sont de belles promesses pour l'été. C'est encourageant de pouvoir déjà les voir maintenant. Ok, on sait que ça doit encore pousser.. que ça va éclore!

Vous pourrez lire l'intégralité de cet article après vous être enregistré

Répondre

 

Kleurenschema
Aantal tegels per rij
Beeldverhouding
Weergave
Hoeken afronden
0

Bienvenue chez Dobbit 

Dobbit utilise des cookies pour optimiser et personnaliser votre expérience utilisateur. En utilisant ce site web, vous acceptez La gestion de confidentialité et des cookies.