Regardez gratuitement et illimité

Inscrivez-vous

Maisons de jardin avec Roger

Pendant les mois d'été, il n'y a rien de plus merveilleux que de pouvoir travailler dans le jardin. Mais n'oublions pas la maison de jardin qui, entre-temps, a peut-être besoin d'être rénovée. Dans cet épisode, nous vous montrons comment faire. Et bien sûr, nous voyons aussi comment vous construisez vous-même une nouvelle maison de jardin.

Transcription 

Durant les mois de printemps et d’été, vous appréciez probablement de vous occuper du jardin. Mais n’oubliez pas non plus l’entretien de votre abri de jardin, car cela occupe quand même une place proéminente. Cet entretien peut aller plus loin que l’application d’une couche de peinture; que pensez-vous d’un autre toit et d’une nouvelle gouttière? Et si vous êtes quand même occupé, pourquoi ne pas renouveler le revêtement de façade et le plancher? Ainsi un ancien abri de jardin est à nouveau entièrement remis à neuf. Et si vous n’avez pas encore d’abri de jardin, c’est le moment d’en construire un. Pour cela, nous comptons à nouveau sur les connaissances et le savoir-faire de Roger.

Si vous avez un jardin, un abri de jardin est un must pour ranger tous vos outils et machines de jardinage. Si vous avez l’intention d’un construire un vous-même, songez au fait qu’un abri de jardin isolé a besoin d’une fondation de béton, afin d’être bien ancré dans le sol. Vous devez donc prévoir un coffrage dans lequel vous pouvez couler le béton.

 


Lors du mesurage, calculez quelques centimètres de moins que la superficie totale de l’abri de jardin, parce que le revêtement de façade sera encore placé plus tard contre la dalle de béton. Pas dessus, car les panneaux de bois ne peuvent pas rester dans l’humidité.

Si vous connaissez les dimensions de superficie, vous enfoncez un fer à béton dans le sol aux bonnes distances dans chaque angle. Tendez une corde de maçon dans cet intervalle. Pour contrôler la perpendicularité, vous pouvez comparer les longueurs des diagonales; celles-ci doivent être égales. Si tel est le cas, les angles sont perpendiculaires.

Puis vous déterminez la hauteur de la dalle de béton. Il n’y a pas encore de gazon, mais la clôture de jardin a déjà été alignée avec le niveau zéro de la maison. La hauteur de la bordure constituera donc le point de référence pour la plaque de béton. Un niveau à fioles est bel et bien le bienvenu maintenant.


En guise de contrôle supplémentaire, vous vérifiez encore par la suite que le niveau d’eau près des angles des diagonales est identique.

Il est temps de réaliser le coffrage. Utilisez de solides chevrons afin de ne pas ployer sous le poids du béton. Pour les planches avec lesquelles vous les maintenez en place, vous pouvez utilisez sans crainte des déchets de bois. Un conseil: en sciant de biais un côté des planches, vous les enfoncerez plus facilement dans le sol tout à l’heure.

Maintenant posez les chevrons contre les fers à béton. Puis vous tapez les planches en guise d’étai contre ceux-ci, dans le sol. Si les chevrons s’enfoncent trop dans le sol, vous rehaussez un peu le fond. Ainsi ils sont certainement bien positionnés quand vous y clouez ou vissez les planches. Là où des raccords sont encore visibles en dessous des chevrons, vous pouvez ajouter de la terre afin que le coffre soit joliment fermé.

En guise de préparation au coulage du béton, vous pouvez encore réaliser une latte d’égalisation. Cela se fait facilement avec un bâton de balai et une planche récupérée, que vous vissez ensemble.


Retirez les fers à béton et la corde de maçon, et prévoyez encore un support plastique que vous posez sur le fond du coffrage avant de couler le béton. Veillez à un chevauchement suffisant aux raccords des bandes. Il faut également un chevauchement sur les bords du coffrage; vous y clouez le plastique contre, tant le long des côtés qu’au-dessus. Collez un ruban adhésif entre les bandes afin que le béton ne puisse pas couler sous le plastique.

Le béton est plus solide s’il contient des fers à béton. Ceux-ci doivent se placer au milieu du béton, donc vous les placez sur une petite rehausse. Cela peut être des espaçateurs de béton mais tout autant d’anciennes dalles ou pierres que vous récupérez. Gardez les fers d’armature à une distance suffisante du bord, afin qu’ils ne percent pas le plastique.

Ensuite le béton peut être coulé dans le coffrage. Comme il s’agit ici d’une surface assez grande, on a loué, comme relevé, une pompe à béton. Mais vous pourriez faire vous-même une petite surface. Utilisez de préférence un produit prêt à l’emploi qu’il vous suffit de mélanger avec de l’eau.

Ici le béton est coulé par l’opérateur de la pompe à béton. Mais il doit encore être réparti avec la pelle. Dès que c’est fait, vous pouvez égaliser. La latte d’égalisation que vous avez fabriquée sert à cela.


Ce travail est achevé et il faut attendre que le béton ait durci. Cela dure environ quatre semaines.

Après cette période de séchage, vous pouvez placer l’abri de jardin. Tout à l’heure nous montrons comment le construire à partir de zéro mais nous survolons d’abord une option plus qu’évidente, à savoir via un kit de montage.


Après la livraison des éléments de l’abri de jardin, attendez environ deux jours avant de commencer à construire car il se peut que le bois se dilate encore. Et s’il s’agit d’un abri de jardin en bois non traité, vous devez encore appliquer le traitement vous-même avant de l’assembler. Ici on a choisi un apprêt incolore qui imprègne le bois et protège contre les insectes, les moisissures et les conditions climatiques. Traitez certainement tous les coins et recoins du bois et appliquez plusieurs couches si nécessaire. La couleur de finition n’est appliquée qu’après l’installation.

Pour construire l’abri de jardin, vous suivez naturellement la notice explicative fournie. Mais en général, le principe est toujours le même: vous commencez par placer les quatre profils d’angle, dans lesquels vous pouvez glisser les panneaux de façade.
Placez le cadre déjà libre sur la dalle de béton pour voir où vous arriverez et si vous travaillez bel et bien perpendiculaire et de niveau. Glissez les panneaux dans les profils pour une disposition provisoire. Ici ils sont pourvus d’un système de rainure et languette; dans ce cas vous devez donc placer la languette vers le haut, afin que l’eau ne puisse pas entrer dans la rainure.

Votre dalle de béton devrait déjà être à niveau mais contrôlez tout de même encore que ceci est aussi le cas près des panneaux de façade. Vous pouvez encore éliminer des différences minimes avec des cales. Vous contrôlez la perpendicularité avec une équerre. Si vous n’en avez pas, comparez les longueurs des diagonales.

Naturellement une porte doit être placée dans l’abri de jardin, donc le côté avant ne sera pas constitué d’une seule longue planche mais de deux courtes planches. Pour les gardez sur une seule ligne droite, fixez provisoirement une planche d’ajustement avec des serre-joints métalliques.

A l’extrémité de chaque planche vous vissez un profil en L qui est ancré dans la dalle de béton avec des chevilles à béton.

Ensuite contrôlez encore que les deux planches sont bel et bien de niveau. Lorsque le cadre de sol complet est perpendiculaire et de niveau, vous pouvez glisser les panneaux dans les profilés. Pour cela, vous devez quand même être à deux. Si c’est un peu laborieux, vous utilisez un marteau en caoutchouc pour aider le panneau à descendre, et une petite planche intermédiaire, afin de ne pas endommager les panneaux en frappant. Le cas échéant, vous appliquez aussi un peu d’huile en aérosol, voire de liquide de vaisselle, afin qu’ils glissent mieux. N’achevez pas paroi par paroi mais placez quatre panneaux par côté et alternez. Après avoir placé un certain nombre de panneaux à l’avant, c’est au tour des profils de porte.


Pré-percez et vissez des deux côtés. Maintenant vous pouvez glisser le reste des panneaux dans les profils. Quelques frappes assurent un positionnement solide.

Vous arrêtez à la hauteur d’une fenêtre. Placez d’abord la fenêtre et remplissez les côtés avec des planches plus courtes.


Vissez la traverse sur les profils latéraux de la porte. Dans le panneau suivant, vous devez maintenant scier une encoche, afin qu’il s’ajuste par-delà la traverse. Vous le faites avec une scie égoïne. Puis vous ajustez simplement le panneau dans le précédent. Il reste encore un raccord visible au-dessus de la porte mais il vaut mieux le laisser tel quel parce que le bois peut encore se rétracter et se dilater. Puis vous recouvrez cette ouverture avec une latte de couverture.

Poursuivez les parois, jusqu’à ce que vous parveniez au dernier panneau. Son aspect sera un peu différent parce que c’est le panneau final.


Les encoches dans ces panneaux feront en sorte que les chevrons de toit se situent dans une pente. Avec des blocs d’aide, vous compensez l’angle d’inclinaison sous les chevrons afin que la latte de finition puisse être joliment ajustée. Commencez par monter les colliers sur les chevrons car ceux-ci les relient ensemble.


De l’intérieur, vous vissez encore la dernière couche de panneaux.

Avant tout vous pouvez encore installer une protection contre la tempête. Celle-ci est fixée à la latte inférieure, fixée dans le béton. La protection contre la tempête consiste en colliers dans lesquels se place une tige filetée. Un ressort absorbe les tensions éventuelles. Avec une rondelle et un écrou, vous fixez la tige filetée. Puis vous poursuivez la construction du toit.


Les blocs d’aide sont constitués de morceaux de poutre rectangulaires avec de plus petits blocs par-dessus. Visse les éléments les uns aux autres. Puis vous les montez sur les chevrons de toit.

Viennent encore quelques lattes de couverture; celles-ci forment un cadre dans lequel les panneaux de toit seront cachés. Elles sont placées de chaque côté.

Sur les angles, vous placez des moulures décoratives qui masquent les chants en bout des planches. Vous les sciez à l’onglet afin de ne voir quasi plus de raccords aux angles.


Posez un panneau après l’autre sur le toit. Vous les vissez sur les poutres d’appui qui se situent en dessous. Tendez une corde de maçon pour connaître leur position précise. Pré-percez le long des lignes tendues. Dans ce cas-ci, on visse dans un bouchon à vis, afin que la vis soit couverte lors de la fermeture.

Maintenant vous avez achevé entièrement la structure extérieure de l’abri de jardin. Mais naturellement, un plancher doit encore être placé. Vous fixez les planches du sol sur un lattis flottant. Une fois placé, vous calculez comment vos planches seront positionnées et vous les sciez sur mesure. Puis vous les encliquetez ou les vissez ensemble, selon le système. En fait vous procédez ici de la même manière que si vous aménagiez une terrasse. Si vous voulez encore voir comment faire, vous pouvez regarder différentes émissions sur l’aménagement d’une terrasse sur notre site internet.

Maintenant il ne reste qu’une seule chose et c’est la porte. Si vous travaillez avec un kit de montage, celle-ci est fournie normalement, tout comme les fenêtres.

Vous devez encore uniquement déterminer l’emplacement des charnières. Le plus joli est de les aligner avec les panneaux muraux adjacents. Vissez les charnières et montez-les sur les chambranles. Contrôlez certainement que la porte est de niveau. Puis vous pouvez visser la serrure, et aussi la poignée. Une poignée de porte comprend deux parties, dont l’une avec un tenon que vous glissez à travers le trou dans la porte dans l’autre partie. Vous les fixez ensemble par des vis.

Contrôlez que la porte s’ouvre facilement. Si le jeu est suffisant, vous la montez de façon définitive. Si la porte comprend encore des éléments de sécurité supplémentaires, vous les vissez également.

Voilà, cet abri de jardin est enfin achevé. Un kit de montage vous offre le luxe de ne plus tellement devoir mesurer ou scier, et de faciliter le travail. Toutefois vous êtes libre de déterminer vous-même le design de votre abri de jardin, et si vous voulez un autre matériau tel que le métal, c’est également une option. Mais peut-être ne voulez-vous pas utiliser un kit de montage, et préférez concevoir vous-même votre abri de jardin, et le construire à partir de zéro. Nous vous montrons comment faire.


L’abri de jardin que Roger construira ici deviendra une annexe, il ne faut donc pas prévoir une dalle de béton. En effet, la structure portante sera ancrée dans la maison à côté. Il s’agit en premier lieu d’ériger cette structure. Bien évidemment il vous faudra une chose et l’autre.


Le but est que l’avant du revêtement de façade affleure plus tard avec la brique de la maison. Aussi tenez déjà compte de cette épaisseur dans la détermination de la structure de bois. Mesurez et notez les dimensions.

La structure portante comprend dans ce cas-ci deux cadres pour les parois, constitués d’une poutre de sol avec par-dessus différentes poutres verticales, entre lesquelles viennent encore des poutres d’appui supplémentaires. Dans le haut, le cadre est encore limité par une seconde poutre horizontale. Ici Roger prend une distance centre à centre de 40 centimètres entre les poutres verticales.

Afin de tout bien mesurer et positionner, vous posez le cadre sur le sol. Sciez les poutres sur mesure et déposez-les selon le plan. Fixez alors la poutre inférieure et la poutre supérieure. Les poutres intermédiaires doivent être équidistantes. Pour garantir cela, vous pouvez utiliser un petit bloc de distance.


Dans un instant, nous poursuivons dans la partie 2 la construction de la structure en bois. Puis nous plaçons le toit, sur lequel sera déposée une couverture végétale. Et nous survolons aussi quelques façons de rénover un ancien abri de jardin, donc continuez certainement de nous regarder.

Dans la partie 1 de cette émission sur la construction des abris de jardin, nous avons déjà survolé comment couler une dalle de béton en guise de fondation pour votre abri de jardin. Puis Roger a montré l’option la plus évidente pour construire un abri de jardin, à savoir via un kit de montage. Il s’agit alors de commencer par placer les quatre profils d’angle verticaux et d’y glisser les panneaux muraux. Vous couvrez le toit avec des chevrons, sur lesquels vous vissez les plaques de toit.

Si vous préférez concevoir vous-même un abri de jardin, vous devez avant tout réaliser la structure au moyen de cadres en bois. Vous les fabriquez avec des poutres. Les espaçateurs renforceront l’ensemble. Le premier cadre est déjà achevé et peut être positionné. Maintenant c’est au tour du second cadre. Veillez naturellement à l’ouverture de porte et aux fenêtres éventuelles.
Assemblez provisoirement deux cadres adjacents avec un serre-joint. Vous pouvez ainsi contrôler la perpendicularité à votre aise et encore adapter la position des cadres si nécessaire. Là où ils sont corrects, vous les vissez ensemble. Après trois vis, ils sont solidement fixés et vous pouvez desserrer le serre-joint.

Près de l’ouverture de porte, la structure de sol bouge encore, donc vous la fixez momentanément avec un serre-joint et une petit planche. Vous pouvez y fixer les poutres dans le sol. A cette fin, Roger utilise des boulons expansibles; ce sont de longs corps de boulon avec une cheville en métal. Cela vous donne un ancrage plus solide qu’avec une cheville ordinaire.


Fixez également de façon permanente les autres éléments sur lesquels des serre-joints sont encore placés. Puis les serre-joints peuvent être retirés. Si le dessous est fermement placé, vous pouvez fixer les parties verticales contre le mur. Tracez d’abord une ligne de niveau en guise de référence. Pré-percez avec une mèche à bois et puis traversez complètement le mur avec une mèche pour la pierre. Pour la fixation, vous utilisez des chevilles à clou. Enfoncez d’abord la cheville dans le mur, et puis insérez le clou.

Lorsque les parois sont prêtes, vous pouvez entamer les préparatifs pour le toit. Ici ce sera un toit plat, il faut donc prévoir une petite pente afin que l’eau de pluie puisse s’écouler vers l’évacuation. Les poutres de toit sont fixés d’un côté contre la structure de bois et de l’autre côté contre le mur. Pour travailler plus facilement, vous commencez par fixer une poutre horizontalement contre le mur, sur laquelle peuvent reposer les fermes.

Indiquez la hauteur du toit, compte tenu de la rive et de la couverture. Vous reportez ce point sur le mur, afin de savoir où doit venir la poutre d’appui horizontale.


Vous fixez la poutre horizontale avec une ancre chimique. Pratiquez des trous qui sont plus grands de 2 millimètres que la tige filetée que vous utiliserez. Enlevez la poussière des trous et brossez. Soufflez encore une fois avant d’insérer l’ancre chimique. Après le remplissage des trous, vous enfoncez les tiges filetées. Pendant le processus de séchage, vous enlevez l’excédent de produit. Attendez bel et bien que le durcissement soit complet avant de fixer complètement la poutre d’appui.

De l’autre côté vient encore une autre poutre horizontale, sur laquelle se posent les fermes du toit. Vous les placez sous une pente d’environ 2 degrés. Déterminez l’emplacement de la poutre, sciez-la sur mesure et vissez-la. Maintenant c’est au tour des fermes du toit, qui seront fixés avec un assemblage d’angle à mi-bois.


Quand les fermes sont vissé des deux côtés, votre construction de toit est prête.

Dans une étape suivante, vous fermez les parois. Vous couvrez d’abord l’ossature bois avec une toile perméable à la vapeur, un pare-vapeur donc, que vous fixez de façon provisoire avec des agrafes. Plus tard, vous coupez l’excédent sur le pare-vapeur.


Pour obtenir un creux ventilé entre le pare-vapeur et le revêtement de façade, vous devrez placer un lattis. Vous le fixez contre le cadre de bois.

Vous installez la porte, encore avant de poursuivre le placement du revêtement de façade. Vous pouvez le réaliser vous-même avec des poutres sls. Vous procédez de la même manière que pour la construction de l’abri de jardin; vous réalisez donc un cadre et adoptez une distance centre à centre de 40 centimètres. Placez encore un panneau multiplex contre le verso pour accroître la solidité.


Puis vous achevez la porte comme le mur, avec un pare-vapeur et un lattis par-dessus.

Ensuite vous pouvez placer les panneaux de façade. Vous les réalisez sur mesure, et vous emboîtez la rainure et la languette contre le lattis, puis vous les vissez.

Du reste, le placement d’un nouveau revêtement de façade est aussi une bonne option de rénovation pour votre abri de jardin. Vous trouvez de plus amples informations sur la façon de procéder sur notre site internet. Pour un abri de jardin, vous utilise les mêmes techniques que pour une façade ordinaire mais si, comme Roger, vous avez réalisé ici une porte et voulez que les panneaux de façade se prolongent par-dessus, vous devez accorder un peu plus d’attention à cet endroit.

 


Maintenant il reste naturellement la finition du toit. Pour cela, commencez avec des plaques OSB d’une épaisseur suffisante, afin qu’elles puissent supporter le poids de la couverture qui y sera déposée. Lors de la pose des plaques OSB, vous laissez un petit joint sur les chants.

Prévoyez aussi une bande OSB sur les chants relevés. Idem pour la rive mais veillez à ce que le bord ne touche pas le revêtement de façade en dessous. Ainsi vous gardez la couche d’air ouverte en vue d’une ventilation optimale. Etant donné que la rive est de préférence placée sous une légère pente vers l’intérieur, vous placez quelques blocs en dessous.

Sciez une ouverture pour l’évacuation de la pluie; gardez un peu de distance par rapport à l’angle. Mesurez le rayon de l’évacuation et indiquez le milieu de l’ouverture sur la plaque OSB. Réalisez l’ouverture en pré-perçant et en utilisant ensuite la scie sauteuse.

Dans ce cas-ci, la couverture comporte deux couches; un film comme sous-couche avec par-dessus une couche supérieure en bitume. L’EPDM est aussi une bonne option pour un toit plat; vous travaillez de façon assez similaire, qui est tout aussi bien réalisable par les bricoleurs. Vous pouvez aussi poser des plaques de toit sur un toit plat sans rebord. Tout à l’heure nous survolerons comment le faire pour un toit oblique.

Ici est maintenant prévue une couverture en bitume. Un apprêt est d’abord appliqué sur les plaques OSB. Appliquez-le avec une brosse sur toutes les parties où sera posée la couverture. Enduisez aussi les deux chants plats de l’évacuation.

Puis vous coupez la sous-couche sur mesure. Lorsque l’apprêt a un peu séché, vous pouvez la placer.


Travaillez joliment jusque dans les coins et appuyez avec un rouleau de compression. Retirez le reste du film de protection et appuyez bien. Vous ajustez la couche suivante et vous continuez de cette manière.


Vous achevez la rive de cette manière mais les murs doivent aussi être recouverts jusqu’à la même hauteur. Puis enlevez le morceau inférieur du film avec un cutter.

Puis vous recouvrez aussi la partie plate du toit. Commencez par le morceau le plus bas, où vient l’évacuation. Quand une bande est bien posée, vous l’enroulez à nouveau à moitié et découpez le film de protection. Retirez-le petit à petit tandis que vous déroulez la bande. Appuyez bien avec le rouleau de compression. Et faites pareil de l’autre côté.

Si vous voulez encore isoler le toit, vous le faites maintenant. Veillez des plaques rigides que vous posez directement sur la sous-couche. Fixez-les avec de longues vis et une petite plaque qui répartit la pression.


Roger n’isolera pas le toit ici et posera donc bel et bien directement la couche supérieure sur la sous- couche.

Découpez l’ouverture de l’évacuation et insérez-y la petite plaque. Indiquez le côté extérieur et découpez le film sur le marquage. Vous appliquez du mastic pour toit dans le bas dans la rainure.

La couche supérieure est composée de bitume et vous commencez aussi à l’appliquer du côté du trou d’évacuation. Découpez le cercle de l’évacuation; prenez une marge de 10 centimètres. Pratiquez l’ouverture avec un cutter. Tracez le côté extérieur du cercle afin de pouvoir enlever le film de protection de la sous-couche jusque là.

Vous avez déjà appliqué un apprêt sur la plaque de couverture de l’évacuation mais pour encore améliorer l’étanchéité à l’eau, vous pouvez encore appliquer du mastic.


Coupez légèrement le film de protection de la couche supérieure et de la sous-couche et enlevez-le. Lors du déroulement, les deux couches collent l’une contre l’autre. Vous appliquez du mastic uniquement là où la couche supérieure se pose sur la pierre concassée. Appuyez sur la couche supérieure jusqu’à ce que le mastic sort des couches supérieures. Passez le rouleau dessus et continuez avec les morceaux suivants. Ici vous achevez donc en premier toutes les parties planes et puis seulement les parties verticales, contrairement à la sous-couche.
Dans la partie 3, nous allons poursuivre dans un instant avec la finition du toit. Puis nous regardons également comment rénover un toit d’un abri de jardin et remplacer la gouttière.

Nous venons de voir dans la partie 2 de cette émission sur les abris de jardin comment construire une structure de base en bois. Un pare-vapeur y est placé contre, et ensuite Roger a placé des panneaux de façade. Le toit a été soutenu par des fermes, qui ont été fixées par un assemblage d’angle à mi-bois. Des plaques OSB ont été déposées par-dessus. Roger y a appliqué un apprêt et puis une sous-couche par-dessus. Puis il a commencé la couche supérieure en bitume. En coupant le film de protection et en déroulant petit à petit la couche supérieure, il a recouvert le toit. Maintenant nous allons poursuivre de la même manière avec la rive; collez la couche de finition sur la sous-couche et passe bien le rouleau par-dessus.
Gardez bel et bien partout les chevauchements les plus courts possibles, et veillez à ce qu’ils se situent à un autre endroit que les chevauchements de la sous-couche.


Là où deux couches supérieures se superposent, vous appliquez, comme indiqué, du mastic pour toit. Et quand tout est enfin pourvu d’une couche supérieure, vous coupez les morceaux trop longs. Vous fermez encore l’ajustement entre le mur et la couverture avec un profil mural, afin que celle-ci reste étanche à l’eau. Pour cela, utilisez les chevilles à clou adéquates. Vous fermez le raccord avec du mastic.


Pour garantir partout une bonne adhérence et un bon ajustement, vous passez encore le rouleau sur la couche supérieure. Là où le mastic n’est pas ressorti des chevauchements, vous en appliquez sur les bords.

En fait votre toit plat est maintenant achevé et vous pourriez donc le laisser comme tel mais si vous voulez encore une belle finition écologique, une toiture végétale est idéale. Du reste, cela offre certains avantages.


Placez avant tout une crépine dans l’évacuation. Par-dessus vient encore une crépine plus grande, qui est maintenue en place par une dalle. Puis vous pouvez poser les bacs à plantes sur le toit et votre toiture végétale est prête.

Voilà pour la seconde possibilité de construire soi-même son abri de jardin. Si vous avez un abri de jardin qui nécessite simplement une rénovation, Roger vous aide avec quelques idées de rénovation. Avant tout: remplacer le toit.


Démontez l’ancien toit avec un pied de biche, et une pince pour enlever les clous. Si vous doutez quant à la présence d’amiante dans la couverture, cherchez des informations en ligne provenant des services publics sur la façon de le savoir. Si elle contient bel et bien de l’amiante, vous pouvez la retirer vous-même, tant que vous travaillez prudemment et que vous suivez les prescriptions. En tout cas, enfilez une combinaison jetable et portez un masque antipoussière ayant une classe de filtre FFP3. Protégez aussi vos mains et vos yeux. Commencez par humidifier le toit afin que les fibres d’amiante risquent moins de s’échapper. Lorsque vous détachez les plaques, faites le moins de morceaux possible. Dévissez-les donc manuellement. Ecartez les morceaux entiers d’amiante. Dans une certaine mesure, vous pouvez les déposer dans le parc à conteneurs. Protégez-vous bien pendant le transport. Pour de plus grandes surfaces, il vaut mieux recourir à une société spécialisée.

Avant de poser les plaques de toit vient d’abord une nouvelle sous-toiture en OSB. En tout cas, choisissez de l’OSP de type 3 car il résiste aux conditions humides tant qu’il reste protégé. Gardez le côté marqué dans le haut afin que la rainure et la languette glissent l’une dans l’autre. Sciez sur mesure avec une scie égoïne, si nécessaire. Commencez la rangée suivante avec la chute. Après une chute, il vaut mieux placer à nouveau une plaque entière pour la solidité. Si ce n’est pas possible, veillez à ce que le raccord en bout se décale suffisamment. Si les rainures des panneaux sont abîmées ici et là, vous les modifiez un peu avec votre tournevis afin qu’elles glissent à nouveau bien l’une dans l’autre.

Quand les plaques OSB sont posées, c’est au tour de la couverture. Ici Roger utilise des plaques de bitume et des vis spéciales avec un chapeau d’obturation pour l’étanchéité à l’eau.


Vous clouez toujours les plaques au-dessus sur une ondulation. Commencez par le faire dans le bas car dans le haut elles sont quand même fixées à la rangée suivante qui se pose par-dessus. Calculez à l’avance où vous arriverez avec vos plaques, afin de terminer à chaque fois par une ondulation. Vous coupez facilement ce genre de plaques sur mesure avec un cutter. Superposez deux plaques et tracez le long du bord de l’autre plaque. Puis vous pouvez les casser. Vous commencez la rangée suivante avec la chute de la précédente. Vous évitez ainsi d’avoir un chevauchement de quatre panneaux, ce qui serait trop épais.

Si vous devez scier les plaques dans la longueur, vous mesurez d’abord le morceau qui dépasse du toit. Là vous soustrayez 5 centimètres, car la plaque doit se positionner 5 centimètres devant la sous-toiture. Tracez à nouveau le long de l’autre plaque et sciez.

Clouez toujours d’abord la première ondulation, donc ici du côté droit, et puis l’avant-dernière de l’autre côté. Pas la dernière, car là vient encore le panneau suivant par-dessus et le clou serait un obstacle. En faisant d’abord les deux les plus extérieurs et puis les plus intérieurs, le panneau reste bien en place et vous évitez aussi la déformation. N’enfoncez pas les clous trop profonds, afin que la plaque ne se déforme pas.

Au lieu de clouer les plaques, vous pouvez aussi simplement les visser. Dans ce cas, vous choisissez des vis spéciales avec une tête dans la couleur de vos panneaux et une pointe autotaraudante.

Pour achever les bords et éviter que le vent s’immisce en dessous, une bordure de rive est encore placée. Vous la fixez aussi bien sur le haut que sur le côté.


Avec un nouveau toit, votre abri de jardin présente un aspect plus soigné et vous serez du moins certain que la pluie ne traverse pas.

Afin de veiller à ce que l’eau de pluie soit collectée et ne salisse pas les murs de l’abri de jardin, vous placez encore une gouttière. Du reste, une ancienne gouttière endommagée est vite remplacée.

 


Naturellement vous ne devez pas commander les gouttières dans un cois sur mesure; vous pouvez aussi simplement les scier vous-même. Choisissez de préférence des gouttières en métal; celles-ci ont une plus grande portance que le PVC et seront moins vite abîmées par la grêle. Vous pouvez encore laquer les gouttières dans une couleur assortie mais alors vous devez bel et bien commencer par appliquer un apprêt.


Si la latte de gouttière est de niveau, vous pouvez mesurer à partir de là la hauteur des colliers. En l’absence de latte de gouttière ou si celle-ci n’est pas de niveau, prenez un niveau à fioles et déplacez un point de référence d’un côté du toit vers l’autre côté. Le côté écoulement doit bel et bien se situer plus bas, dans ce cas-ci un centimètre et demi.


Indiquez la position des colliers tous les 50 centimètres. Vissez-les directement contre la latte de gouttière, en suivant la hauteur de la corde de référence.


Relevez les languettes de fixation dans le collier afin d’avoir de la place pour les gouttières.


Placez maintenant la gouttière dans les colliers.

Vous préparez la gouttière qui arrive au point le plus bas de la même manière, mais celle-ci doit encore recevoir un trou pour l’écoulement. Veillez bel et bien à éviter l’emplacement d’un collier. Tracez l’ouverture et meulez avec une meuleuse d’angle. Vous éliminez les bavures avec une lime. Naturellement vous pouvez aussi simplement scier des trous avec la perceuse.

 


Pour relier deux gouttières, vous placez un collier d’assemblage. Glissez encore la pièce finale à sa place. Si, comme ici, des joints en caoutchouc sont prévus, vous ne devez pas utiliser de la colle.

Placez le raccord pour l’évacuation.


Vous vissez la première partie du collier pour le tuyau de descente contre l’abri de jardin. La seconde partie est une bande métallique qui entoure le tuyau. Le côté avec l’épaississement doit être orientée vers l’extérieur. Placez le tuyau et pliez la bande tout autour. Fixez-la dans le collier.


Vous pouvez laisser s’écouler l’eau de pluie mais également la collecter dans un tonneau d’eau de pluie afin de l’utiliser pour arroser dans le jardin. En tout cas, elle n’éclaboussera plus et ne souillera plus votre abri de jardin.

Avec les conseils et les possibilités que nous avons survolés dans cette émission, vous pouvez vous mettre au travail et rafraîchir un abri de jardin existant ou en construire un neuf. Comme vous le voyez, ces travaux en valent certainement la peine.

Pour d’autres trucs et informations, vous pouvez naturellement consulter, comme toujours, notre site internet www.dobbit.be. Et songez aussi à notre magazine en ligne gratuit, qui vous tient au courant des tous derniers travaux.

Vous pourrez lire l'intégralité de cet article après vous être enregistré

Répondre

Kleurenschema
Aantal tegels per rij
Beeldverhouding
Weergave
Hoeken afronden
0

Bienvenue chez Dobbit 

Dobbit utilise des cookies pour optimiser et personnaliser votre expérience utilisateur. En utilisant ce site web, vous acceptez La gestion de confidentialité et des cookies.