Regardez gratuitement et illimité

Inscrivez-vous

Faites vous-même une maison en paille (p

Dans un épisode précédent de ‘C’est moi qui l’ai fait!’, nous avons vu comment Eddy Mockers entamait la construction de sa maison en ballots de paille, censée être une maison quasiment neutre sur le plan énergétique. Une charpente en bois constituait la base et était ensuite remplie de ballots de paille. En combinaison avec des panneaux d’isolation et une finition en terre argileuse, ces ballots de paille devraient garantir un climat intérieur agréable. Vu qu’Eddy est entrepreneur et avait déjà construit différentes maisons en ballots de paille pour des clients, il a décidé de travailler un maximum seul pour sa propre maison.Quelques mois se sont écoulés et la maison a déjà un tout autre aspect de l’extérieur. A l’intérieur aussi, les travaux ont bien avancé.

Transcription 

VO: Dans un épisode précédent de ‘C’est moi qui l’ai fait!’, nous avons vu comment Eddy Mockers entamait la construction de sa maison en ballots de paille, censée être une maison quasiment neutre sur le plan énergétique. Une charpente en bois constituait la base et était ensuite remplie de ballots de paille. En combinaison avec des panneaux d’isolation et une finition en terre argileuse, ces ballots de paille devraient garantir un climat intérieur agréable. Vu qu’Eddy est entrepreneur et avait déjà construit différentes maisons en ballots de paille pour des clients, il a décidé de travailler un maximum seul pour sa propre maison.

Quelques mois se sont écoulés et la maison a déjà un tout autre aspect de l’extérieur. A l’intérieur aussi, les travaux ont bien avancé.

Homme 1: Après le remplissage avec de la paille, nous avons monté les cloisons intérieures. Nous avons utilisé pour cela du bois SLS, comme vous le voyez ici. Nous avons ensuite posé des panneaux d’OSB contre. Puis, nous avons intégré les éléments techniques, l’électricité et tout. Nous avons, enfin, fini le tout avec du roseau… Celui-ci doit servir pour la fixation de la terre argileuse. Elle adhérera ainsi correctement, et restera bien en place contre les murs. Ici, vous voyez la structure: le SLS avec lequel nous avons pré-monté les murs... L’OSB que nous avons vissé dessus… Le roseau posé contre… Et puis: une première couche de terre argileuse. Vous la voyez de ce côté. Il y a déjà une première couche de terre argileuse dessus, avec une armature. Pour éviter les fissures, bien sûr. Cette couche est maintenant complètement sèche. Une deuxième couche pourra donc être appliquée d’ici peu.

De ce côté, nous avons aussi posé sur l’OSB – vu qu’il s’agit de maisons jumelées à ossature bois – des panneaux de terre argileuse. Comme ceux-ci sont ininflammables, nous créons une bonne sécurité contre les incendies. Ils doivent normalement avoir une résistance au feu de 120 minutes, mais celle-ci est en fait encore bien plus longue. Ce matériau ne brûle tout simplement pas. Nous avons également rempli les cloisons intermédiaires entre cette maison et l’autre de flocons de cellulose, pour la résistance au feu comme pour l’isolation acoustique.

VO: La finition en terre argileuse a donc été choisie non seulement pour son cachet mais également pour l’effet retardateur de flammes. La terre argileuse régule, de plus, l’humidité. Cela signifie concrètement que ce matériau maintient toujours le même taux d’humidité dans la maison en absorbant l’excès d’humidité de l’air et en la libérant à nouveau quand cela s’impose. Cela garantit un climat intérieur sain.

Homme 1: Avec la construction des murs intérieurs, nous nous sommes aussi occupés des éléments techniques… L’électricité, l’eau, les évacuations, le gaz,… J’ai ici aussi recouvert les murs en roseau de panneaux d’OSB afin de pouvoir bien fixer la cuisine contre par la suite.

VO: Après les murs intérieurs, les portes et fenêtres ont été mises en place. Celles-ci doivent encore être finies. La ventilation a été placée aussi. Pour le chauffage, le chauffage par le sol a été prévu ici et là et Eddy a également réalisé en bas un mur chauffant, c’est-à-dire un mur dans lequel se trouvent des tuyaux de chauffage.

Homme 1: Ici, nous avons aussi prévu un chauffage par les murs, sous la terre argileuse donc. Nous avons monté des clips, directement sur la construction en bois. C’est en fait comme pour le chauffage par le sol, mais évidemment contre le mur. Nous avons encore appliqué une couche de terre argileuse par-dessus. Une couche doit encore venir dessus. Nous aurons ainsi un mur épais de 3 à 4 centimètres. La terre argileuse est un conducteur thermique parfait et assure également l’isolation acoustique et la régulation d’humidité. Ce mur restera donc agréablement chaud.

Le chauffage par les murs est tout de même un peu différent du chauffage par le sol. Il suffit de comparer leurs graphiques: dans le cas du chauffage par le sol, vous avez des pics et des creux. Avec le chauffage par les murs, on a, par contre, l’impression de se trouver devant une fenêtre et de sentir le soleil sur soi. C’est le même effet. Cette chaleur rayonnera vers ici.

Vo: L’eau pour le sanitaire et le chauffage est chauffée via une pompe à chaleur et des panneaux solaires. Eddy compte aussi placer un gros poêle à base d’argile, au centre de la maison. Il y aura ainsi au total 3 options pour chauffer l’eau. Contre le plafond, ce ne sont pas des plaques de carton-plâtre qui ont été posées mais des plaques de plâtre-cellulose. Ce matériau est bien plus dur que le carton-plâtre.

Homme 1: En un point, une telle plaque peut supporter 50 à 55 kilos. Avec une plaque de carton-plâtre, ce n’est pas possible. Il ne me reste plus qu’à réaliser les raccords. Ces raccords doivent être assemblés d’une manière spéciale. Ils sont en fait collés.

VO: Aux étages supérieurs aussi, les travaux ont bien avancé.

Homme 1: Le but est de placer ici un garde-corps en acier. De ce côté et de ce côté. Et ici viendra encore un garde-corps en acier, du côté ouvert de l’escalier. Il y aura donc aussi un poêle à base d’argile, qui se prolongera plus haut. Ici au-dessus, je prévoirai un siège, sur lequel je pourrai lire mon journal le matin tout en ayant bien chaud. [rires]

Euh… Nous pouvons maintenant monter. Ici, c’est la chambre d’amis. L’escalier fixe arrivera dans l’autre pièce mais pour le moment, nous devons encore monter par l’échelle. Là, nous avons monté le plafond climatisant. Et ici, je fais donc parfois aussi une petite sieste pour reprendre des forces. [rires]

Avant de placer les plaques de plâtre-cellulose, nous avons agrafé un pare-vapeur contre la construction. Nous avons ensuite rempli de cellulose. Comme le mur de séparation. Ici, vous voyez les panneaux de plâtre-cellulose, avec les tuyaux pour le chauffage – ou le rafraîchissement – intégrés dedans. Il y a ici 6 circuits… Ils sont assemblés entre eux ici en dessous, amenée et évacuation… Ils continuent ainsi vers le bas dans la cave. La firme m’a appris par la suite que ma pose n’était pas correcte mais je pensais en toute logique que les tuyaux pouvaient aller à l’extérieur. De l’autre côté, j’ai donc fait placer les panneaux avec les tuyaux par quelqu’un de l’entreprise afin que ce soit directement bon. Personnellement, ça me semblait en fait bon aussi. Par la suite, on ne verra de toute façon plus de quel côté ils se trouvent.

Ici, vous voyez un tel panneau de près. Comme ils sont là, ils sont bien d’après la firme. Mais de ce côté, ils sont donc à l’envers. Vous voyez, les tuyaux sont sortis ici et raccordés ainsi à la plaque suivante et précédente. Le rafraîchissement ou le chauffage passera à travers.

VO: En plus de l’utilisation de terre argileuse, une combinaison de différents matériaux conférera à la salle de bains un cachet naturel.

Homme 1: Il y a ici aussi un peu de chauffage par le sol. Nous avons déjà monté le receveur de douche… Et là un peu plus loin, je m’occupe de la préparation pour le tadelakt.

Le receveur de douche est en pierre naturelle, une pierre dure portugaise. Du Branco de Mos, je pense.

VO: Eddy est un grand amateur de tadelakt, un enduit aux airs méridionaux. Il veut donc utiliser ce matériau pour les lavabos dans la salle de bains.

Homme 1: Je suis parti d’une simple vasque de jardin. J’ai donc acheté une simple vasque de jardin, dans laquelle j’ai percé un trou. Puis, j’ai étalé la chaux d’adhérence dessus et ai ensuite appliqué le tadelakt, en deux couches, en mode humide sur humide. Je polis alors avec une pierre. Quand cela brille bien, j’applique un savon dessus, à base d’huile d’olive. Je l’étale dessus à la main. Il faut alors à nouveau polir avec la pierre, et le savon est alors massé dans la chaux, alors qu’elle n’est pas encore tout à fait sèche. ‘Tadelakt’ vient d’un terme marocain, ‘Delek’, signifiant ‘pétrir’. On pétrit donc en fait le savon dans la chaux. On la rend ainsi étanche à l’eau. La première fois, elle n’est pas encore 100% étanche. Le lendemain, on recommence donc une deuxième fois. Pas avec la pierre cette fois car on ferait des rayures. Après cette deuxième fois, le matériau est complètement étanche à l’eau.

VO: Il est clair qu’Eddy n’est pas resté les bras croisés ces derniers mois. Et les travaux ne sont bien sûr pas encore finis. Lors de notre prochaine visite, la maison en ballots de paille devrait être complètement habitable. Si vous avez envie de voir le résultat, gardez un œil sur notre chaîne. Si vous voulez ne rien manquer de nos programmes, n’oubliez pas non plus de vous inscrire à la lettre d’information en ligne.

Vous pourrez lire l'intégralité de cet article après vous être enregistré

Répondre

Kleurenschema
Aantal tegels per rij
Beeldverhouding
Weergave
Hoeken afronden
0

Bienvenue chez Dobbit 

Dobbit utilise des cookies pour optimiser et personnaliser votre expérience utilisateur. En utilisant ce site web, vous acceptez La gestion de confidentialité et des cookies.