Regardez gratuitement et illimité

Inscrivez-vous

Coquetiers et portemanteau

C'est Moi Qui L'ai Fait! - Ep. 5 - Coquetiers et portemanteau

Transcription 

Dans ce numéro de ‘C’est moi qui l’ai fait!’, nous voyons à nouveau Thierry à l’œuvre. Cette fois, il montre d’abord comment fabriquer des coquetiers. Il s’attaquera ensuite à un plus gros projet: un portemanteau.
Pour la réalisation des coquetiers, Thierry part de quelques lattes en bois, qu’il raccourcit à la longueur souhaitée. Il les colle à chaque fois par trois et les serre avec des serre-joints pour les laisser sécher. Il obtient ainsi des planches plus épaisses pour fabriquer les coquetiers.
Vu que Thierry n’a pas de dégauchisseuse, il utilise sa raboteuse sur épaisseur pour dégauchir les planches. Pour cela, il nettoie d’abord une grande planche plate, sur laquelle il colle les planches avec de la colle thermofusible. Il fait passer l’ensemble par la machine et obtient ainsi des planches dégauchies.
Thierry détache à présent les planches et commence par les nettoyer. Puis, il les retourne à nouveau sur la planche pour les raboter à la bonne épaisseur.

Un conseil: si vous voulez raboter les planches au moyen d’un ciseau, faites attention à tenir ce dernier d’une manière sûre, afin de ne pas risquer de glisser.

Lorsque tout est raboté à la bonne épaisseur, Thierry détache à nouveau les planches et les nettoie.

Il ponce encore un peu les planches qu’il avait rabotées au ciseau afin d’éliminer les petits défauts.
3 planches sont à présent collées les unes contre les autres pour obtenir de petits blocs carrés. Thierry les serre et les laisse sécher un moment. Il scie déjà un côté droit.
Pour évider le trou pour l’œuf, Thierry teste d’abord avec la scie à micro-chaîne. Il parvient ainsi à faire le trou mais il s’avère plus compliqué d’obtenir une belle forme ronde. Pour les autres blocs, il utilisera donc une mèche de 35 mm, ce qui sera bien plus simple. Le tout se fait bien entendu sous l’œil sévère de cet inspecteur.
Après avoir percé et poncé les cavités, Thierry teste la fraise pour les doter d’une paroi en biais. Il passe ensuite à un rouleau abrasif, ce qui s’avère plus concluant. Pour que l’œuf s’ajuste toujours bien, Thierry fait en sorte que le trou passe progressivement de 35 à 43 mm. Puis, il arrondit les coins et ponce encore un peu les blocs à la main. Ici et là, les côtés ont été entaillés. Il faut donc y accorder une attention particulière lors du ponçage.

Une fois ceci fait, Thierry dépoussière les pièces et les dote d’une couche d’huile. Les coquetiers sont ainsi prêts.
Mais il ne s’arrête pas là; Thierry fabrique également ce portemanteau et nous allons suivre de A à Z comment il s’y prend. Pour commencer, il marque les bonnes dimensions sur des planches en bois. Il les scie alors à la bonne longueur.
Il réunit à chaque fois trois planches pour obtenir une plus grande planche. Il marque dessus où il devra fraiser plus tard les ouvertures pour les lamelles. Il indique également le dessus afin de ne pas se tromper par la suite. Le fraisage même est réalisé avec une fraise à lamelles, aux points que Thierry avait indiqués précédemment. Il encolle toutes les fentes et répartit la colle. Les lamelles sont à présent mises en place, en tapotant légèrement avec un marteau en caoutchouc.
Thierry peut maintenant réunir les planches. Elles doivent sécher un moment mais pour ne pas les abîmer avec les serre-joints, il place des planches entre. Il serre aussi au-dessus, afin que les planches restent au même niveau. Quelques heures plus tard, la colle a séché et il peut retirer les serre-joints. Il élimine les résidus de colle secs avec un ciseau. Il ponce ensuite la planche grossièrement avec un grain 80. Il ponce également les côtés.
Thierry scie à présent les planches sur mesure. Il commence par la première et l’utilise pour marquer les autres. Puis, il arrondit les côtés sur la table de fraisage. Il commence par les petits côtés; si le bois devait un peu s’ouvrir, il pourrait encore y remédier lors du fraisage du côté longitudinal. Au niveau de la planche inférieure et de celle du milieu, il ne fraise pas complètement; tout à l’heure, lors du montage, il gardera ainsi un morceau droit s’ajustant bien sur le côté.
Une fois que tout est scié sur mesure et fraisé, Thierry ponce avec un grain 120. Il perce ensuite les trous pour le montage du portemanteau; il montera celui-ci au moyen d’un assemblage ‘pocket hole’. Ici, on perce en biais dans le bois et les vis restent donc invisibles.
Lorsque tous les trous sont forés, le cadre peut être monté. Les vis sont enfoncées de manière invisible. Les appuis dans lesquels la barre du portemanteau viendra par la suite sont aussi vissés.
Thierry mesure à présent la barre en métal et la scie sur mesure. Il élimine d’abord encore les bavures. Il place les pieds d’appui et les crochets comme bon lui semble.
Après avoir encore tout doté d’une couche d’huile blanche, le portemanteau est fini et prêt à être utilisé.

Vous pourrez lire l'intégralité de cet article après vous être enregistré

Répondre

Kleurenschema
Aantal tegels per rij
Beeldverhouding
Weergave
Hoeken afronden
0

Bienvenue chez Dobbit 

Dobbit utilise des cookies pour optimiser et personnaliser votre expérience utilisateur. En utilisant ce site web, vous acceptez La gestion de confidentialité et des cookies.