Regardez gratuitement et illimité

Inscrivez-vous

Etabli pliable

Dr. Mathos - Ep. 5 - Manque d'espace dans votre atelier ou garage? Que pensiez-vous d'un établi pliable? Il est solide lors du travail et au moment opportun, vous pouvez immédiatement le plier.

Transcription 

Vous manquez de place dans votre atelier ou garage? Que diriez-vous d’un établi rabattable? Solide pour y travailler, et pourtant, une fois terminé, on le rabat facilement!
Une bricolage qui va vous demander peu d’outils. Une perceuse-visseuse et des vis, quelques charnières et chevilles pour son ancrage dans le mur; dans notre cas, du béton cellulaire. Assurez-vous bien d’utiliser les plus adéquats!
L’établi repose sur trois plaques d’appui, et grâce à sa conception en triangle, vous obtenez une réalisation très solide.
En ce qui concerne les mesures de votre table d’établi, adaptez-vous simplement à votre espace de travail. Pour ce qui est de la hauteur, 90cm représente une bonne distance pour y travailler.
Placez la plaque en bois à l’endroit où vous prévoyez votre établi. Dans notre cas, un MDF d’une épaisseur de 18mm. Une autre plaque va être ajoutée pour la fixation, donc on doit d’abord préforer.
Les vis font 3.5mm d’épaisseur. On préfore donc avec une mèche de 4mm.
Aposez sur toute la plaque de la colle à bois. On dispose donc d’une plaque plus large et d’une autre plus petite qui se retrouvent l’une contre l’autre. On presse légèrement, pour bien répartir la colle, et on s’assure que tous les côtés soient bien centrés.
Vous pouvez ensuite fixer toutes les vis en série. Reserrer les parties collées serait donc superflu, étant donné que les vis exercent déjà une pression sur les plaques.
On ajoute encore une latte de soutien, contre laquelle les pieds de l’établi viendront plus tard s’appuyer. Sciez la latte sur mesure.
Indiquez la distance à laquelle la latte se trouve. Vous pouvez ensuite forer la partie marquée afin de visser la latte au MDF.
Sans oubliez d’ajouter un peu de colle à bois. Aussi bien sur la latte, que sur le MDF.
Vissez les parties ensemble.
La table de travail repose donc sur trois plaques d’appui. Ces parties doivent donc être solidement fixées dans le mur. Si votre mèche est assez longue, vous pourriez de suite placer les 3 plaquettes les unes contre les autres, et les préforer en une seule fois. Les trous seraient alors partout similaires.
Il est à présent temps de placer les mesures à même le mur. Utilisez une règle assez longue, et un niveau. Notre hauteur sera donc ici de 90cm.
Vous pouvez aussi utiliser un laser pour obtenir une ligne droite. Il vous faudra aussi une règle.
Divisez la ligne en trois parties. Une pour chacunes des trois plaques d’appui.
Les plaques d’appui préforées, vous les utilisez à présent comme gabarit pour forer le béton cellulaire. Et appliquez la même méthode pour les autres plaques d’appui. Et utilisez bien évidemment une lèche à pierre pour percer le mur.
Les chevilles mesurent 8mm, prévoyez du coup une mèche similaire, qui fait elle-même 8mm.
Forer un mur impose un peu plus de puissance. Si possible, passez votre foreuse en mode percussion, et en position 2. Sinon, prévoyez un marteau-perforateur.
Forer un mur, cela créé par ailleurs de la poussière. Durant votre forage, prévoyez un aspirateur pour récupérer une bonne partie de la poussière.
Fixez les chevilles dans le mur. Et si nécessaire, enfoncez les délicatement d’un petit coup de marteau d’établi.
Placez sur votre perceuse-visseuse la tige appropriée, et fixez les plaques d’appui.
On en revient à la table d’établi. Elle doit pouvoir tenir sur des charnières. Fixez les charnières à hauteur des plaques d’appui. Indiquez au préalable les distances.
Assurez-vous d’enfoncer assez profondément les vis dans le bois, mais elles ne doivent cependant pas les dépasser.
Marquez le tout à l’aide d’une équerre. C’est qu’une charnière en biais ne vous servirait à rien.
Poinçonnez permettra à votre vis de plus facilement mordre le MDF. Et vous pouvez alors fixer les charnières avec trois vis.
Placez ensuite l’établi de travail sur les plaques d’appui. Prévoyez un peu de matériel pour soutenir votre table, afin qu’elle ne bascule pas. On place la table à la bonne hauteur, et on vérifie aussi si elle est bien à niveau.
Utilisez une nouvelle fois votre mèche à pierre, parce que les charnières elles aussi sont ancrées avec des chevilles dans le béton cellulaire.
Utilisez une mèche à pierre au diamètre assez fin, afin de d’abord passer au travers des trous déjà préforés, et par la suite vous forez plus largement à l’épaisseur de la cheville.
Et enfoncez les chevilles dans le mur. Il ne s’agit plus qu’à visser, et votre table de travail se retrouve fixée dans le mur.
On va rajouter des pieds à notre table. Un solide montant en bois fera l’affaire. Maintenez la barre à sa place, et indiquez l’angle à biseauter sur le mur à l’aide d’une équerre.
Tracez une ligne avec l’équerre: vous disposez ainsi d’une ligne droite à scier.
Ne vous pressez pas. Laissez bien la scie couper uniformément tout le long de votre ligne crayonnée. Et utilisez bien l’entierté de votre disqueuse.

Maintenez la scie comme si vous mimiez un pistolet de votre main: votre index va ainsi plus naturellement guider la scie.
L’angle biseauté du dessous étant fait, on marque cette fois la partie supérieure qui sera de biais.
Ici aussi, on dessine, et on découpe soigneusement.
Pour obtenir des pieds uniformes, utiliser comme gabarit votre première pièce déjà terminée pour réaliser la seconde.
Pour renforcer les barres, on va rajouter une poutre transversale. Elle disposera de deux encoches au format des deux pieds. Il faut d’abord réaliser une latte sur mesure: marquez-la, puis sciez.
Il est temps de réaliser les encoches au niveau des pieds. Posez les deux barres ensemble, et marquez les deux d’une traite.
Par la suite, vous indiquez la largeur de votre poutre. Marquez une ligne au crayon, et marquez l’autre côté. Ne faites pas une ligne complète, vous ne savez pas si la barre de bois est forcément bien droite. Réalisez la ligne complète à l’aide d’une équerre.
Sciez entre les lignes, non pas par dessus.
On indique aussi la profondeur de la barre. Il sera plus facile de travailler avec une petite pièce de récupération déjà découpée. Une fois toutes les mesures placées, vous segmenterez plus facilement les parties à scier.
Pour le découpage, assurez-vous de toujours bien voir les lignes. Lorsque vous devez scier plus en profondeur, fixez une latte bien rectiligne pour vous guider. Vous serez ainsi certain de couper bien droit.
Et on finit par découper l’encoche à l’aide d’un ciseau. Pour vous faciliter le travail, réaliser encore quelques entailles dans le bois.
Pour éliminer de plus gros morceaux, poinçonnez à l’aide de votre ciseau. Pour ce faire, placez le ciseau de biais. Et exercez simplement quelques accoups sur le manche.
Opérez ainsi jusqu’à parvenir à la ligne crayonnée que vous avez indiquée. Coupez déjà un maximum. Mais ne sortez pas de votre moitié. Vous risqueriez de fragiliser et casser la partie restante. Pour cette raison, tourner simplement la latte, et réitérer l’opération afin d’ôter le bois à l’aide votre ciseau.
Appuyez de la paume de la main sur le manche de votre ciseau. Et travaillez d’abord de biais, pas à plat, au risque sinon de ne pas assez bien contrôler les movuements de votre ciseau.
Et comme dernière tâche, vous aplanissez soigneusement, puisqu’à ce stade-ci, il n’y a plus beaucoup de matière à retirer. Vous pouvez donc utiliser votre ciseau plus à plat. Vérifiez si votre latte s’emboite déjà. Et pour cela, il vaut toujours mieux qu’il y ait un peu de tension, le raccord n’en sera que plus solide.
Et réitérez tote ce bricolage sur le second pied de votre table.
La poutre transversale sera adéquate si les encoches s’emboitent parfaitement.
Ici aussi vous fixez le raccord de la poutre transversale avec de la colle à bois et des vis. On préfore dans la latte de support. On utilise des vis qui vont bien maintenir les lattes en bois, sans toutefois les dépasser. Ajoutez un peu de colle à bois, et vissez. Avant de placez la seconde vis, vérifiez bien si tout est d’équerre.
Pour rabattre votre table, les pieds aussi doivent pouvoir se replier. Placez une charnière. Il s’agit de petites vis, donc poinçonnez, ce qui vous permettra de grandement faciliter une accroche dans le bois.
Rabattre l’établi c’est une chose, mais il faut évidemment que la table reste rabattue contre le mur. Avec un simple verrou, on résout vite ce problème. On commence par fixer une nouvelle plaque d’appui. Et c’est toujours le même procédé: on préfore le bois, et on fore dans le mur.
Ici aussi une nouvelle fois on va d’abord travailler avec un diamètre un peu plus large. Récupérez la poussière, et fixez les chevilles.
Les plaques d’appuis se vissent, et il ne vous suffit plus qu’à fixer le verrou.
Mais n’oubliez pas non plus de fixer les charnières aux pieds, sous la table de travail.
Et puis on n’oublie pas une belle finition. Arrondissez quelque peu les bordures en ponçant. Pas seulement pour le rendu visuel, mais parce qu’aussi, et surtout, cela vous évitera des blessures le long des coupes encore aiguisées du MDF.

Vous pourrez lire l'intégralité de cet article après vous être enregistré

Répondre

Kleurenschema
Aantal tegels per rij
Beeldverhouding
Weergave
Hoeken afronden
0

Bienvenue chez Dobbit 

Dobbit utilise des cookies pour optimiser et personnaliser votre expérience utilisateur. En utilisant ce site web, vous acceptez La gestion de confidentialité et des cookies.