Autoconstruction - épisode 60

Jardin: finition de la terrasse et plantation d'arbres et de haies - Ep. 60 - Nous plaçons les dalles en béton jusqu'au dessous de l'abri-garage, mais là il y a aussi la sortie de la fosse septique et de la citerne d'eau de pluie. C'est pourquoi nous finissons avec un couvercle de puits adapté qui s'intègre parfaitement dans notre sol de terrasse. Ensuite, nous plaçons les bordures dans le jardin, ce qui permettra à la tondeuse-robot de tondre proprement les bords de la pelouse. Finalement, nous planterons les arbres et les haies. Pour les arbres, nous utilisons un ancrage à la surface ou souterrain pour qu'ils poussent dans la bonne direction.

Transcription 

Dans l’émission précédente, nous avons commencé l’aménagement de notre jardin.

Nous avons fait les travaux de terrassement nécessaires, puis nous avons pu commencer la construction de notre terrasse. Pour cela, nous avons placé des dalles XXL sur une solide fondation en béton concassé.


Dans cette émission, nous allons encore finir le durcissement de la terrasse. Nous prévoyons un couvercle de regard à hauteur de la fosse septique et de la citerne d’eau de pluie, et plaçons des bordures.

Puis les arbres et les haies seront placées.
Comme ceci était trop difficile à faire soi-même, nous avons fait placer les dalles de terrasse par un homme de métier. Nous lui confions aussi les bordures et les plantations, ainsi nous sommes certains que tout se fait correctement. Ce faisant, nous ne pouvons pas réaliser des économies là-dessus.


Comme les dalles de béton armé XXL de 6 cm d’épaisseur peuvent supporter le poids d‘une voiture légère, nous les faisons se prolonger jusque sous le carport.

Mais là se trouvent aussi les sorties de notre fosse septique et citerne d’eau de pluie…

Afin de pouvoir cacher ceci parfaitement, nous utilisons un couvercle de regard adapté, avec lequel nous pouvons joliment prolonger la terrasse.
Dès que la dalle est bien juxtaposée, nous pouvons joliment finir le trou.
Le couvercle que nous utilisons pour cela comporte 2 parties.

La première partie est placée par-dessus le trou de la fosse et assure un bon positionnement du couvercle.

La seconde est le couvercle proprement dit, qui s’ajuste parfaitement dans le premier élément et referme bien l’ouverture.
Pour pouvoir installer la partie inférieure, la sortie sur le trou devait encore être meulée à la bonne hauteur.

Celle-ci était prévue à une hauteur suffisante initialement parce de nombreuses couches de construction devaient encore se superposer.
Maintenant que nous connaissons le niveau de la terrasse, l’entrepreneur de jardin peut tracer et meuler ceci avec précision. Les cercles sur l’ouverture sont un fil conducteur pratique.

Du reste, lors du tronçonnage, il tient également compte de la hauteur d’encastrement du couvercle de regard, de telle sorte que ceci aboutit à la même hauteur que la terrasse.
Le dessous du couvercle doit maintenant être fixé autour du trou de la fosse avec du stabilisé.

Il est bel et bien important d’utiliser un stabilisé approprié, à savoir 100 kg de ciment par mètre cube.
Un stabilisé normal comprend 150 kg de ciment par mètre cube.

Mais la grande quantité de ciment qu’il comprend pourrait causer des efflorescences calcaires sur nos dalles de béton.

C’est pourquoi une version avec moins de ciment est nécessaire.
Ce support créera une solide base pour notre couvercle de regard car il doit être bien fixé.

Maintenant le mélange est encore mobile, mais une fois durci, tout sera bien coincé.
Lorsque la couche de stabilisé est assez épaisse, l’entrepreneur peut commencer l’installation.

Il veille à un positionnement totalement droit avant de taper prudemment l’élément au niveau souhaité avec un marteau en caoutchouc.
La position est encore contrôlée dans toutes les directions avec un niveau à bulle, de sorte que le couvercle est totalement aligné avec les dalles de terrasse adjacentes.
Autour de ce couvercle de regard, les dalles doivent naturellement se poursuivre, donc il faut encore un peu de travail sur mesure.

Le couvercle et sa position exacte sont mesurés et l’ouverture est tracée sur la dalle de béton. Un petit peu de jeu est bel et bien nécessaire, de telle sorte que la dalle s’ajuste par-delà la dalle.
Le meulage proprement dit est bel et bien un petit travail méticuleux. Car les traits de scie doivent être bien droits, de telle sorte que l’ajustement avec les dalles de béton tout autour est tendu.
Les incisions sont pratiquées selon les lignes tracées avec une grande meule avec une lame adaptée pour le béton.
Puis la dalle est retournée avec prudence et les coupes sont prolongées sur le dessous.
Vous devez travailler prudemment, certainement dans les coins, de telle sorte que votre ligne de coupe ne se prolonge pas trop loin et que vous pouvez le voir sur la dalle!
Après avoir retiré la pièce médiane, l’entrepreneur de jardin peaufine encore les bords et les coins avec une petite meule, afin que tout ait bel aspect!
Une fois que la dalle est parfaitement meulée, la fondation à côté du trou est également préparée.

Car tout doit être mis au niveau correct, afin que la dalle soit partout soutenue suffisamment.
Puis la pièce peut être soulevée prudemment sur place avec l‘unité de levage sous vide.

Le déplacement doit être accompagné avec soin, afin que la dalle reste en équilibre durant le transport et ne se heurte nulle part.

Même si la dalle est déjà armée, la bande mince est toutefois sensible à la cassure et nous devons pouvoir tout garder intact!
Autour du couvercle de regard proprement dit, nous ne prévoyons pas du reste une couche de rue en pierre calcaire. Là, la dalle repose sur du stabilisé parce que nous avons besoin d’une base solide pour le couvercle de regard.
Si la pièce médiane est bonne, la seconde partie du couvercle peut encore être positionnée.

Du reste, ceci est réalisé de manière à pouvoir remplir maintenant avec ce que nous voulons. Si vous choisissez du gravier, ou si vous décidez de laisser la dalle se prolonger aussi dans le couvercle, c’est parfaitement possible. La profondeur est de 8 cm, donc là notre dalle de 6 cm d’épaisseur s’ajuste encore parfaitement.
Dès que le couvercle de regard est palé, l’entrepreneur peut poursuivre avec le reste du sol du carport, jusqu’à ce que celui-ci soit entièrement achevé!

Et ce n’est que lorsque notre pompe à eau de pluie est installée que nous pouvons également remplir les couvercles de regard.
Puis il poursuit l’aménagement des bordures car il vaut mieux placer tous les durcissements dans le jardin en un seul mouvement.
Ces bordures sont prévues autour de la pelouse, de telle sorte que la tondeuse robot pourra bien tondre les bords de la pelouse.
Il est aussi nécessaire de prévoir une fondation pour nos bordures, afin qu’elles ne puissent pas s’affaisser.
L’entrepreneur pratique la tranchée un peu plus large que les pierres elles-mêmes, afin d’avoir une solidité suffisante.
Ici une profondeur de 20 à 25 centimètres est en principe suffisante mais si la sous-couche est de la terre retournée, il vaut mieux creuser un peu plus profond jusqu’au support bien ferme.

Car la terre retournée n’est pas partout aussi solide et doit encore un peu se tasser, ce qui peut causer des affaissements…
En réglant le laser de construction au niveau de la terrasse, l’entrepreneur de jardin sait à quelle profondeur il doit creuser.

En principe, une fondation de 20 cm plus la dalle de 6 cm d’épaisseur est suffisante, mais la profondeur peut donc varier en fonction de votre support ferme.
A l’aide de cette hauteur de référence, oh peut à nouveau également tendre une corde directrice.

Ceci montre la ligne que doivent suivre les bordures et la hauteur qu’elle peuvent avoir.
Comme le jardin vers l’arrière est un peu plus étroit, la bordure devra suivre un coude. Avec une seconde corde de maçon, on tend dès lors une ligne supplémentaire qui croise la première.

Là où se situe le croisement, nous devrons réaliser un angle avec les dalles pour pouvoir suivre à partir de là la seconde corde.
Les dalles de béton ont ici une largeur de 20 cm, ce qui est trop mince pour travailler avec la même fondation de béton concassé que pour nos grandes dalles.

C’est pourquoi nous utilisons le stabilisé, de telle sorte que le support serait suffisamment porteur.
A nouveau il s’agit ici de la variante plus légère avec 100 kg de ciment par mètre cube, pour éviter l’efflorescence sur les bordures en béton.
En ayant tracé notre direction et profondeur, nous pouvons facilement effectuer le placement des dalles proprement dit.

A commencer donc par le remplissage de la fondation dans un stabilisé adapté.
Entre-temps l’emplacement n’est plus accessible avec la petite grue, le matériel doit donc être acheminé manuellement avec une brouette.

La tranchée elle-même est remplie avec une pelle ordinaire.
Sachant que les dalles ont 6 cm d’épaisseur, donc que la sous-couche doit venir jusqu’à environ 6 cm sous la corde de maçon.

En principe vous pouvez le contrôler aisément avec un mètre ordinaire.
Cependant nous remplissons de stabilisé jusqu’à 5 cm sous la corde, afin d’avoir encore une marge de 1 cm pour taper sur la dalle.
Car contrairement à notre béton concassé, nous ne devons pas compacter ici le stabilisé par vibration. Le mélange de sable et de ciment devient compact de lui-même en tapant sur la dalle avec le marteau en caoutchouc.

Lorsque le ciment durcit dans la fondation, il reçoit la solidité nécessaire et la bordure ne s’affaissera plus.
Avec ce marteau en caoutchouc, nous réglons aussi la hauteur de la bordure, de telle sorte que le bord s’ajuste parfaitement à la corde de maçon. Nous utilisons un exemplaire blanc pour ne pas provoquer des lignes sur notre béton.

Bien entendu vous devez toujours contrôler particulièrement avec un niveau à bulle que la pierre est à niveau dans toutes les directions.
Et vous vérifiez encore également la position par rapport à la pierre adjacente, afin que celles-ci soient joliment ajustées l’une à l’autre et situées dans un même plan.
Maintenant les bordures ne s’affaisseront certainement plus, mais pour éviter qu’elles puissent encore se déplacer latéralement, l’entrepreneur de jardin veille aussi à étaler du stabilisé jusque contre le côté.

Ainsi il forme littéralement un petit bac et la pierre ne pourra plus bouger.
Là où doit venir le coude dans notre bord de finition, il devra meuler de biais un morceau de pierre. De cette manière, il peut former l’angle nécessaire pour poursuivre.
Pour cela, il pose la dalle contre la seconde corde et il mesure l’ouverture qui se crée entre les deux pierres.

Maintenant il trace dans le sens inverse sur l’extrémité afin de pouvoir meuler de façon parfaitement correcte.
Et si ce traçage est bon, la pierre réalisée sur mesure devrait s’ajuster parfaitement à la pierre adjacente et la nouvelle corde directrice!
Bien entendu, il reste nécessaire de contrôler et d’ajuster plusieurs fois jusqu’à ce que la pierre soit bien positionnée.
Nous pouvons difficilement conserver le bord conique de la pierre lors du meulage. Mais ceci est résolu en conservant visuellement la même largeur de joint. Ce joint offre en outre un peu de marge supplémentaire contre la dilatation.
Selon ce principe, le contour complet de la pelouse est pourvu d’une bordure de finition.

Bien entendu nous ne pouvons semer le gazon proprement dit que quand la période adéquate est arrivée!
L’étape suivante qui apportera un peu de changement dans notre jardin est la plantation de nos arbres et haies.

Les espèces ont été soigneusement sélectionnées par notre architecte-paysagiste. Compte tenu de l’entretien, de l’espace et de la position dans le jardin.
Les arbres sont livrés avec la motte emballée dans du jute. Ce jute peut aussi rester lors de la plantation, les racines pousseront à travers avec le temps.

Il est bel et bien important d’assurer le transport avec grand soin, afin que la souche et les racines ne soient pas endommagées.
L’architecte-paysagiste a prévu un arbre entre nos 2 parties de terrasse.

Là, nous devons d’abord encore un peu ajouter de la terre car le sol est trop bas à cause de l’évacuation de la terre souillée. Une terre arable propre ordinaire est ici suffisante.
Du reste, nous plantons l’arbre avant de poser la dernière partie de terrasse, afin de pouvoir encore atteindre la partie avec la grue.
Pour obtenir maintenant une base parfaite pour nos arbres, la terre est complétée par du ‘sable pour arbre’. Ce mélange est composé de sable, de compost et d’hydro-granulés.

Le composte procure un sol aéré ayant une bonne perméabilité à l’eau. Les hydro-granulés, à leur tour, font en sorte que le sol peut retenir l’eau.
En mélangeant ce sable pour arbre à notre terre arable, nous créons un sol aéré ayant les nutriments et la structure nécessaires pour une jolie croissance.

Car les arbres subissent aussi pas mal de stress en raison de la transplantation et ceci nous permet d’y faire face.
Sur le plan du jardin, l’entrepreneur de jardin peut retrouver la position précise de l’arbre. Là, il creuse un trou pour pouvoir planter l’arbre.
Pour connaître la dimension de ce trou, il doit d’abord encore mesurer la motte.

Ensuite il multiplie ces dimensions par 1,5 de telle sorte que le diamètre du trou est égal à environ une fois et demi le diamètre de la motte.
La profondeur du trou doit bel et bien être adaptée précisément à la motte car le collet de l’arbre – le point où la souche part de la racine – doit toujours rester exposé, autrement il suffoque et meurt.
Il est donc important que l’arbre soit planté un peu plus haut que notre niveau du sol. Il vaut mieux planter un arbre 5 cm trop haut que trop bas!
En gardant un long aplomb par rapport à notre niveau de terrasse, l’entrepreneur de jardin peut déterminer la bonne profondeur du trou.
Dans le sol du trou, il ajoute encore un peu de sable pour arbre et un certain nombre de tablettes d’engrais composé.

Celles-ci se dissoudront lentement dans le sol sous l’influence de l’humidité et libéreront ainsi leurs ingrédients de façon progressive. Par arbre, environ 5 tablettes suffisent.
Celles-ci donnent encore à l’arbre des engrais complémentaires dont il a besoin lors de la transplantation.

Puis il n’a plus besoin de suppléments et ne doit plus être fertilisé.
La base d’une bonne croissance est maintenant présente, l’arbre peut donc être planté à sa place.

Le transport doit s‘effectuer avec une grande prudence pour éviter des dommages.
L’arbre est bien tourné et positionné, afin d’être bien en place sous les différents angles.

Et la position par rapport au niveau de la terrasse est bien entendu encore contrôlée, de telle sorte que le collier ne se situe certainement pas trop profond!
Avant de refermer le trou, l’entrepreneur ajoute encore, pour terminer, des tablettes d’engrais supplémentaires.
Mais… le travail n’est pas encore terminé! Car l’arbre doit encore être ancré.

Il s’agit ici d’un exemplaire multisouches de premier ordre. Celui-ci convient à un jardin plus petit et ses racines ne proliféreront pas et n’attaqueront pas notre terrasse.
Nous devons encore bel et bien renforcer chaque souche. De cette manière, nous faisons en sorte que ces souches soient plus solides et grandissent aussi dans la bonne direction. Cet ancrage doit rester trois ans, jusqu’à ce que l’arbre soit ancré assez solidement dans le sous-sol.
Nous pouvons veiller à la fixation requise avec un piquet de bois à chacune des 3 souches.

Il est bel et bien nécessaire que ces piquets soient enfoncés dans le sol à une profondeur suffisante, afin de supporter la force de traction.
Pour cela, notre entrepreneur de jardin observe où il peut utiliser sa grue pour les enfoncer dans le sol.

Si ceci n’est pas possible, il doit le faire avec le grand marteau de jardinage en bois. Naturellement c’est également possible mais cela dure un peu plus longtemps.
La souche est maintenant fixée au piquet avec une bande d’arbre.

Cette bande en caoutchouc de quelque 5 mm d’épaisseur ne grandira pas dans l’arbre et durera assez longtemps jusqu’à ce que la souche croît dans la bonne position.
La fixation au piquet s’effectue avec des vis en inox, pour qu‘elles ne rouillent pas.
Dans une forme en 8, la bande est enroulée autour de l’arbre et tendue suffisamment fort jusqu’à ce que la souche occupe la position voulue.

Puis la seconde extrémité peut aussi être vissée sur le piquet.
Maintenant il procède de la même façon pour les autres souches, de telle sorte que la dernière partie de terrasse puisse encore être achevée.
Cet ancrage en surface est certainement indiqué pour des arbres multi-souches, afin d’encore un peu ouvrir les souches.

Mais l’inconvénient est naturellement le fait que les piquets sont visibles…
C’est pourquoi il existe aussi une alternative: l’ancrage de motte enterré.

Ceci est essentiellement utile dans le placement d’arbres par exemple dans une pelouse, ainsi les piquets ne constituent pas un obstacle lors de la tonte.

Cette méthode est essentiellement utilisée pour les arbres mono-souche car vous ne devez pas positionner différentes souches.
La préparation de la plantation d’un arbre mono-souche est identique. Vous veillez à ce que le trou soit adapté à la motte et prévoyez les nutriments nécessaires supplémentaires. Puis vous positionnez correctement l’arbre dans le trou.
Mais avant de refermer celui-ci, vous devez monter l’ancrage.

Des kits sont disponibles pour cet ancrage enfoui. Ceux-ci sont constitués de 3 ancres et 1 bande de serrage. Il vaut encore mieux veiller à disposer d’une lance métallique supplémentaire pour enfoncer les flèches dans le sol.
Dans cette méthode, les 3 ergots sont insérés jusque dans le sol en dessous de la motte de l’arbre.

Il vaut mieux répartir ces points d’ancrage tout autour en vue d’un renforcement de tous les côtés.
Veillez à ce que les flèches soient suffisamment enfoncées, car elles remonteront encore un peu lors du serrage.
A ces ancres est attaché un câble en acier galvanisé avec un anneau.

En faisant passer la sangle comme prescrit à travers les anneaux et autour de l’arbre et en serrant fermement ensuite, les ancres se tirent dans le sol.

Les flèches à l’extrémité sont pourvues de crochets. Lorsque vous tirez sur ce crochet, celui-ci se fixe dans le sol stable sous l’arbre, et vous obtenez un solide ancrage.
Et dès que la saison de plantation est arrivée, nous plantons aussi les haies. En principe cette saison dure de novembre à mars-avril. Mais faites naturellement attention à ce que cela ne soit pas trop mouillé ou que le gel ne soit pas trop important avant de commencer à planter.
Avant de planter la haie en houx persistant, nous devons encore préparer quelque peu le sous-sol. Nous le retournons et ajoutons à nouveau un peu de sable pour arbre et de tourbe au sol. Nous créons ainsi un sol acide aéré, car ceci est idéal pour ce genre de haie.
Avec un râteau à engrais, nous détachons encore tout pour terminer, ainsi le sol est bien fin pour pouvoir placer la haie.
Le but est d’avoir 3 à 4 plantes par mètre courant, nous devons donc réaliser un trou d’environ 30 cm.

La méthode de travail la plus facile est de réaliser le premier trou et de déverser la terre dans votre brouette.
Puis vous insérez la plante de la haie et vous réalisez le second trou.

Vous utilisez la terre de ce second trou pour combler à nouveau le premier trou.

De cette manière, vous économisez un travail superflu et vous travaillez efficacement.
Ce houx peut être planté jusqu’à ce que la motte se trouve juste dessous et nous plaçons aussi dans une ligne ondulée. L’architecte-paysagiste a dessiné une haie en pente, nous créons donc d’emblée cet effet en les plantant comme cela.
Avec nos haies et nos arbres plantés, et les bordures posées, nous nous rapprochons déjà d’un jardin à part entière!


En confiant ces travaux de jardinage à des hommes de métier, nous ne pouvons pas réaliser des économies.

La somme économisée reste donc provisoirement à 72.990 euros.


Dans l’émission suivante, nous plaçons le serre. Celle-ci est pourvue de 2 compartiments, dont 1 pour le potager et 1 qui sert d’espace de rangement.

Puis nous allons encore installer un certain nombre de spots. Ceux-ci sont placés près de nos arbres et créeront une ambiance agréable.

Vous pourrez lire l'intégralité de cet article après vous être enregistré

Répondre

Kleurenschema
Aantal tegels per rij
Beeldverhouding
Weergave
Hoeken afronden
0

Bienvenue chez Dobbit 

Dobbit utilise des cookies pour optimiser et personnaliser votre expérience utilisateur. En utilisant ce site web, vous acceptez La gestion de confidentialité et des cookies.