naar top
Menu
Logo Print

TOITURE INCLINÉE

Zadeldak

Une toiture inclinée traditionnelle se compose du revêtement de toiture, de la sous-toiture sur laquelle sont appliqués les liteaux et de la construction de toiture sous-jacente composée de fermes et de chevrons. En dessous, vous pouvez trouver les trois méthodes d'isolation pour une toiture inclinée.

Toiture à fermes

Toiture à chevrons

Toiture sarking

 

 

 Il existe différents types de toiture inclinée. La plus courante est la toiture en bâtière classique, où deux versants posés l'un contre l'autre se rejoignent une niveau de la faîte. Cette toiture inclinée est idéale pour une évacuation rapide de l'eau de pluie. A côté de ça, elle est également très résistante aux violents coups de vent. Autre avantage: elle offre de l'espace de vie ou de rangement supplémentaire.

D'autres toitures inclinées fréquentes sont les toits à pupitre, les toits mansardés et les toits à quatre pans. Un toit à pupitre se compose d'un seul pan, donc d'un seul côté incliné. Avec un toit mansardé, que l'on rencontre souvent dans les habitations classiques, les deux pentes sont brisées. Un toit en pyramide possède quatre pentes égales.

Lessenaarsdak

A côté de ça, il existe de nombreuses variations au pan classique. Avec un toit en dos de chameau, une partie de la toiture est plus haute que l'autre, mais la faîte de toit est ininterrompue. Il existe aussi la toiture conique: une toiture ronde en forme de cône. On la retrouve souvent sur des tourelles. Ou le toit brisé, qui présente une rupture à un certain point, modifiant ainsi la faîte de toit.

 

 

 

 

MÉTHODES D'ISOLATION

 

1. TOITURE À FERMES

Toiture à fermes

Avec cette méthode, les fermes sont disposées verticalement le long du toit et partent de la faîte. En général, on va utiliser ici de la laine de verre. Ces rouleaux sont faciles à découper sur mesure et à mettre en place. Ils se coincent de manière optimale entre les fermes, ce qui évite que le froid ou la chaleur puisse s'échapper. Au-dessus de la laine de verre, on place un écran pare-vapeur qui doit être étanché avec du ruban.

 

 

 

2. TOITURE À CHEVRONS

Toiture à Chevrons

Avec les habitations plus anciennes, les toitures sont souvent composées de chevrons. Mais cette couche n'est pas suffisante. C'est pourquoi on en applique une deuxième. L'idéal est de le faire en croisant afin que les joints et les interstices de la deuxième couche soient bien recouverts. Pour plus de sécurité, vous pouvez fixer des lattes supplémentaires entre les chevrons. Vous créerez ainsi un cadre qui maintiendra encore mieux l'isolant. Ensuite, on applique un écran pare-vapeur par-dessus. Au-dessus de tout ça vient la finition intérieure du toit. Vous pouvez poser l'isolation d'une toiture à chevrons vous-même très facilement. Le gain de chaleur est immédiatement perceptible et vous pouvez éventuellement choisir d'utiliser cet espace comme pièce de vie.

3. TOITURE SARKING

Sarking

Il s'agit d'une méthode où l'on applique l'isolant au-dessus d'une construction de toiture ou structure portante existante. Cette méthode est souvent utilisée pour améliorer l'isolation d'une construction existante. Lors de la pose, l'isolation est directement appliquée sur la sous-toiture, de l'extérieur. Le sarking utilise aussi des panneaux d'isolation durs afin de créer une enveloppe d'isolation sans ponts thermiques. Le principal avantage de cette méthode est qu'elle est très pratique, lorsque la construction de toit est parachevée par l'intérieur. Ou lorsque la maison est déjà habitée.

L’entreprise Techno Pieux existe depuis environ douze ans en Belgique. Leur système n’est pas nouveau, mais fonctionne bien. Le but du système est de trouver un ‘bon’ sol. Celui-ci est nécessaire pour reprendre les charges existantes. Les tubes utilisés sont conçus pour porter la charge, pouvant parfois aller jusqu’à 100 tonnes ou davantage. Les pieux sont munis de vis dans le bas. Ils sont enfoncés dans le sol, jusqu’au ‘bon’ sol. La profondeur est déterminée au préalable. Si nécessaire, différentes rallonges sont soudées les unes aux autres. Tout est alors fixé à la fondation de votre maison proprement dite. Dans le cas d’une maison, plusieurs parties de la fondation peuvent disparaître sous la maison. Ce faisant, la terre sous-jacente s’affaisse, ce qui résulte dans des fractures et des fissures dans la maison. Ces fissures et fractures se retrouvent quasi toujours aux zones les plus faibles de la maison, à savoir les portes et les fenêtres. Dans certains cas, il se peut que l’entrepreneur soit déjà intervenu, par exemple en élargissant les bases de mur saillantes. Mais souvent, ce n’est pas la bonne solution du fait que vous alourdissez ainsi le bâtiment. Avec comme résultat que la charge n’est pas absorbée et que les fissures se sont agrandies.