Regardez gratuitement et illimité

Inscrivez-vous

L'ancêtre anglaise 5 - Démontage suspension

L'ancêtre anglaise - Ep. 5 -Démontage suspension

Transcription 

Dans cette série, nous suivons la restauration d’une Austin Cooper S de 1964.

Le démontage se poursuit et dans l’émission précédente, tout a été libéré pour pouvoir retirer le bloc moteur.

Homme 1
Maintenant que le moteur est retiré, vous pouvez bien apercevoir le sous-châssis avant, où est monté la suspension complète. C’est cet élément carré, noir. Le moteur repose dessus et la mécanique y est suspendue. Je le détacherai maintenant de la carrosserie.

Homme 1
D’abord détacher le câble de batterie du châssis.

Homme 1
Voilà, celui-ci ne fait plus obstacle. Je vais commencer par desserrer les vis de boulon avant, où sont également suspendus les crochets de traction afin de remorquer la voiture. Les crochets de remorquage donc.

Puis Carl peut desserrer les vis de boulon arrière dans le bas qui relient le châssis à la carrosserie.

Homme 1
Voilà, le dessous est détaché. Je vais maintenant commencer par détacher les conduites hydrolastiques car celles-ci traversent le châssis.

La conduite flexible de la suspension est reliée par le châssis aux conduites fixes qui rejoignent les roues arrière. Celles-ci doivent être détachées avec prudence pour pouvoir être encore réutilisées plus tard.

Maintenant que celles-ci sont désaccouplées, les vis de boulon qui retiennent encore le châssis dans le haut peuvent également être desserrées.

Mais avant de desserrer la dernière, il prévoit encore un appui.

Homme 1
Ici je vais bel et bien commencer par placer un cric en dessous.

Homme 1
Voilà, le châssis avant est démonté. Dans une phase ultérieure, je lui ferai également subir une révision complète.

Homme 1
Maintenant je vais démonter la colonne de direction complète ainsi que le boîtier de direction qui était monté sous le châssis. Je le fais en desserrant les vis de boulon, la colonne de direction est alors déjà détachée. Celles-ci doivent aussi être desserrées. Et avec ces vis de boulon, je peux détacher le boîtier de direction.

Homme 1
Avant de démonter entièrement la colonne de direction, je commence par débrancher ici l’électricité. Puis je peux détacher le boîtier de direction.

Homme 1
Ici vous pouvez bien voir qu’une Mini peut être aisément transformée d’une conduite à gauche vers une conduite à droite ou inversement. C’est un parfait reflet.

Homme 1
Et voilà.

Homme 1
Et ici vous voyez que le boîtier de direction nécessitera encore un peu d’attention.

Homme 1
Il sera également révisé.

Et ici vous voyez encore la suspension avant: le châssis dans lequel repose le moteur, la suspension gauche et droite qui y est accrochée et également le boîtier de direction.

Pour pouvoir aisément travailler à l’arrière, Carl tourne la Cooper vers lui. Pratique de travailler avec ce chariot!

Homme 1
La prochaine étape consiste à détacher le berceau arrière. Que doit-on faire maintenant? Ici se trouvent deux vis de boulon dans la carrosserie et ici aussi. La conduite de frein doit être détachée, le câble de frein à main également. Les amortisseurs, ou mieux le système d’amortisseurs car c’est simplement un ressort, cela doit être détaché. Mais pour cela, je dois d’abord enlever les deux réservoirs à essence.

Homme 1
C’est une Cooper S, elle possède donc deux réservoirs. Le réservoir de droite fut d’abord une option. Plus tard, il figurait de série mais la Cooper S avait en tout cas deux réservoirs pour pouvoir emporter plus d’essence. La consommation était aussi un peu plus élevée n’est-ce pas?

Homme 1
Maintenant d’abord retirer la batterie et détacher également le câble de batterie car celui-ci doit être enlevé du châssis à travers la carrosserie.

Homme 1
Vous voyez aussi que le câble de masse est détaché, c’est aussi un problème. Si celui-ci est détaché, il s’oxyde ici en dessous. Le démarrage sera plus compliqué parce que ceci crée une trop grande résistance et le démarrage sera donc plus lent. Je devrai donc veiller à ce qu’il soit bien propre et à ce que la connexion de masse soit bonne.

Homme 1
Ceci est donc le câble de batterie qui doit traverser la carrosserie mais vous voyez que la vis est déjà brûlée ici par un échauffement excessif. Je ne pourrai plus la décoincer et je devrai la changer. Pour la facilité, je vais donc simplement couper le câble.

Homme 1
Maintenant je peux retirer le réservoir d’essence de droite. Je dois bel et bien commencer par détacher la conduite qui part de la droite vers la gauche. Je peux alors également retirer le réservoir de gauche et j’ai alors accès aux vis de boulon qui retiennent le châssis.

Homme 1
Et voilà pour le premier réservoir. Dans une phase ultérieure de la restauration, je vais regarder à l’intérieur avec une petite caméra pour voir si la rouille apparaît quelque part. L’extérieur semble en bon état mais il se peut que de l’eau ou de la condensation a stagné à l’intérieur. Je vais le contrôler avant de remonter le réservoir.

Si nécessaire, l’intérieur du réservoir peut être également traité. Après avoir éliminé la rouille, un nouveau revêtement est apposé à l’intérieur de telle sorte que le réservoir est réutilisable.

Homme 1
Ceci est le dégazage. Et voilà, numéro deux.

Homme 1
Ici vous pouvez voir que le coffre avait déjà été repeint lors d’une précédente restauration, car ils ont également peint les vis de boulon. Ce sont les deux vis de boulon qui retiennent le berceau à l’arrière et elles sont colorées, ce n’est pas possible d’origine. Ici vous pouvez aussi voir que le second réservoir était une option qui a été montée en supplément. Ce sont de petites vis et l’autre côté est soudé. Cette bride a été montée plus tard pour soutenir le réservoir.

Homme 1
Maintenant je dois démonter la pompe à essence car celle-ci est suspendue au berceau.

Homme 1
Et maintenant détacher les conduites de la suspension hydrolastique. D’abord ces deux grands écrous ici.

Homme 1
Maintenant je vais retirer les bavettes parce que celles-ci seront un peu gênantes lors du démontage du châssis. Je vais aussi enlever le petit collier qui protège le graisseur.

Homme 1
Sur les Mini ultérieures, ils n’ont plus placé ceci, Uniquement sur la première génération.

Homme 1
Ici vous voyez maintenant les vis de boulon avec lesquelles le berceau est suspendu à la carrosserie.

Homme 1
Ici j’ai maintenant accès aux deux vis de boulon, vous les voyez bien en place. Celles-ci fixent le berceau à la carrosserie. Et également ici à l’arrière. Une, deux. Ce berceau est en fait suspendu par 8 vis de boulon. Maintenant je dois d’abord détacher le ressort par l’intérieur du coffre.

Homme 1
Maintenant je dois desserrer les vis de boulon avant du berceau.

Homme 1
Celles-ci sont libres, heureusement! Dans la plupart des cas, elles se cassent…

Homme 1
Et maintenant de l’autre côté.

Et ainsi le châssis arrière est totalement désolidarisé de la carrosserie. Ou quand même presque…

Homme 1
Avant de tout faire descendre, je ne peux pas oublier le câble de frein à main.

Homme 1
Voilà: le châssis arrière complet d’une Mini.

Homme 1
Ici vous pouvez également bien voir les dégâts de l’échappement qui a plié le châssis arrière. Il est plié ici et ici, il n’est plus du tout perpendiculaire.

Homme 1
Pour contrôler qu’un châssis est encore droit, le mieux est de mesurer en croix. Je sais que celui-ci est courbé mais je vais quand même mesurer afin de pouvoir constater la différence. Ici je mesure 89 cm.

Homme 1
Et ici je mesure 90 cm, une différence de perpendicularité du berceau de 1 cm donc. Ce faisant, les roues sont également de biais, je ne peux donc plus rien en faire. Mais je le savais déjà à cause des dégâts provoqués par l’échappement. Je mesure également le châssis avant. Ainsi je peux voir si la voiture a subi précédemment un accident par exemple.

Homme 1
79 cm.

Homme 1
Et ici aussi 79 cm, celui-ci est donc parfaitement perpendiculaire. Je peux donc le réutiliser, l’arrière peut être jeté.

Homme 1
Maintenant je vais vider entièrement le compartiment moteur. Je démonterai aussi avec le plus grand soin les conduites de la suspension hydrolastique, qui sont suspendues à l’arrière, car vous ne pouvez pas les acheter neuves. Mais je dois d’abord détacher les conduites de frein, afin d’avoir accès aux conduites de la suspension hydrolastique.

Homme 1
Ici se trouvent maintenant les deux sous-châssis que j’ai retirés de la Mini. La carrosserie est désormais séparée et ici les berceaux auxquels la mécanique de la suspension est entièrement montée. J’ai déjà évoqué la suspension hydrolastique et ici vous pouvez bien voir avec la présence des conduites comment fonctionne ce système. Il agit avec deux sphères à ressort, en fait quatre, avant et arrière, gauche et droite. La sphère avant est reliée à la sphère arrière, tant à gauche qu’à droite. Ce sont deux circuits distincts. Si une roue s’enfonce – regardez vous pouvez encore voir que du liquide s’en échappe. Celui-ci est pompé via cette conduite vers la roue arrière, qui rebondit. Et si les deux sont enfoncées? Le liquide ne peut pas être comprimé mais l’azote bel et bien. Donc une telle sphère à ressort comporte de l’azote dans le haut et le liquide dans le bas. Un gaz peut être comprimé, pas un liquide. Et ce faisant, la Mini a une tenue de route très désagréable.

Homme 1
Ici sur cette photo, ceci est ma Mini pendant un rallye, vous voyez bien comment ces roues agissent. Le côté s’enfonce entièrement, ce côté rebondit entièrement. Dès lors la Mini reste toujours bien droite, ce qui vous donne une parfaite tenue de route.

Homme 1
Ce système a été utilisé pour les Mini des années 60. Les Mini ultérieures ainsi que les toutes premières – le système n’était pas prêt pour la production – avaient un autre système. C’était un système pourvu d’une balle en caoutchouc, c‘était la suspension. Elle comportait une ‘trompette’, le tout était inséré dans le bras porteur. Naturellement la conduite était très dure, le confort de la Mini avait disparu. Les Mini qui roulaient en rallye était bel et bien encore adaptées. Comment? Le nouveau système comportait un amortisseur sur ce bras porteur. Il est absent ici mais je vais bel et bien le monter avec également un appui supplémentaire dans la carrosserie. C’était déjà prévu dans cette petite voiture, qui était déjà pourvue de quatre vis de boulon ici, donc il faut simplement monter ici dessus. Ce caoutchouc sera aussi remplacé par un exemplaire plus grand. Ils appellent cela des ‘bumpstops’ - pour encore mieux absorber les chocs. En combinaison avec ces amortisseurs, cela deviendra une Mini très confortable pour rouler en rallye, pour rouler très vite…

Et cela sera donc aussi prévu lors de la transformation rallye de cette Cooper mis vous le verrez dans les prochaines émissions de DIY on Wheels.

Le body sera d’abord entièrement dénudé afin de pouvoir être amené vers la carrosserie.

 

 

Vous pourrez lire l'intégralité de cet article après vous être enregistré

Répondre

Kleurenschema
Aantal tegels per rij
Beeldverhouding
Weergave
Hoeken afronden
0

Bienvenue chez Dobbit 

Dobbit utilise des cookies pour optimiser et personnaliser votre expérience utilisateur. En utilisant ce site web, vous acceptez La gestion de confidentialité et des cookies.