L'ancêtre anglaise 20 - La suspension

L'ancêtre Anglaise - ep. 20 - La suspension

Transcription 

Dans cette série de DIY on Wheels, une Austin Cooper S de 1964 a droit à une restauration body off.

 


Dans l’épisode précédent, le châssis avant et le châssis arrière ont été préparés pour le montage.

 

 


Homme 1
Ce que je vais à présent d’abord monter, c’est le boîtier de direction. Car une fois les châssis dedans, je n’y aurai plus accès. Je l’ai nettoyé complètement et contrôlé. Il n’y a de jeu nulle part. Même pas au niveau des rotules.


Homme 1
Elles tournent très souplement. Et ce n’est pas plié non plus. Cela peut parfois être le cas après un accident ou autre.


Homme 1
Le boîtier de direction fonctionne encore parfaitement. Je vais d’abord le graisser à nouveau et placer de nouveaux manchons. Lors du premier contrôle, j’avais vu qu’ils étaient déchirés. Je vais donc remplacer sur ce boîtier de direction tout ce qui est sensible à l’entretien. Mais en soi, le boîtier de direction est toujours en bon état.
Il peut encore être généreusement doté d’une portion fraîche de graisse de lubrification.

 


Carl répartit bien la graisse à l’intérieur en faisant tourner le boîtier de direction dans un sens et dans l’autre.

 


Un autre avantage, c’est que la graisse ancienne et excédentaire est aussi évacuée.

 


C’est ensuite au tour des nouveaux manchons ou protections contre la poussière. Ici aussi, Carl fait à nouveau tourner le boîtier de direction afin de contrôler le fonctionnement.

 


Mais de l’autre côté, Carl a un petit problème.

 

 


Homme 1
Vous voyez ici que le diamètre ne correspond pas. J’ai, en effet, commandé le mauvais. Le modèle est plus récent, il me faut un modèle plus ancien. Là, le diamètre est un peu plus petit. Ici, on a deux diamètres différents. Cela ne m’empêche toutefois pas de monter le boîtier de direction. Je pourrai encore le changer par la suite.


Homme 1
Je laisse aussi ceci en place. Ainsi, il ne pourra pas y avoir de poussière dans le boîtier de direction.


Homme 1
Je monte aussi déjà temporairement les fusées. Je ne peux cependant pas encore les serrer car l’écartement des roues du véhicule doit d’abord encore être réglé. Cela n’est possible qu’au tout dernier moment, lorsque la voiture roule. Mais elles doivent être montées pour pouvoir tout assembler. Je les mets donc en place provisoirement. Sans régler, donc.


Homme 1
Ce sont d’ailleurs de nouvelles. Cette pièce est, en effet, sensible à l’usure. Et elle présente également un graisseur. J’utilise donc des nouvelles. De l’autre côté aussi, je les monte temporairement. Sans les serrer, juste pour garder le boîtier de direction complet.
Maintenant que le boîtier de direction est prêt, il peut être monté dans la Mini. Comme vous le voyez, il vient derrière le châssis avant. Si le moteur et le châssis étaient déjà en place, ce ne serait pas très facile.

 


Le boîtier de direction est monté avec des colliers, qui sont fixés dans la voiture par l’intérieur. Ici, vous pouvez choisir si vous en faites une Mini à direction à gauche ou à droite. Cette voiture doit correspondre le plus possible à la version d’origine. La direction vient donc bien sûr à gauche.

 

 


Homme 1
Je ne serre encore que légèrement. Car je ne sais pas encore comment le boîtier de direction sera positionné. Cela dépend de la mesure dans laquelle la colonne de direction viendra haut ou bas, vous voyez? Maintenant, elle peut encore bouger. Je vais la serrer légèrement. Mais pas encore complètement, donc.
Ensuite, c’est au tour du châssis arrière.

 

 


Homme 1
Je peux à présent monter le faux châssis dans la Mini.
Carl a sa propre méthode pour cela. On voit qu’il a l’habitude de le faire tout seul.

Il fixe temporairement un côté avec un tournevis à travers les trous de boulon.

Puis, il lève le faux châssis à sa place et fait pareil de l’autre côté.

Ce n’est que quand tout est bien en place qu’il retire les tournevis et monte les boulons.

 

 


Homme 1
Je serre d’abord juste un peu, jusqu’à ce que tout soit en place.


Homme 1
Voilà, et maintenant d’abord ceux de derrière.
Ils passent à travers le coffre.

 

 


Homme 1
Le plus facile, c’est de regarder par l’ouverture pour le réservoir d’essence. Et j’ai de la chance, c’est une Cooper S et il y a donc aussi une ouverture de l’autre côté.


Homme 1
Tous les boulons sont à présent montés. Je vais maintenant bien les serrer, afin que tout soit bien fixé.
Maintenant que tout est bien fixé, les bras de support arrière peuvent également être montés.

 

 


Homme 1
Là, je vais monter le bras de support de droite, tout raccorder. Je commence par la pièce de jonction, avec la rotule dessus. Elle vient ici dedans et là dans la sphère.


Homme 1
Et maintenant le bras de support.


Homme 1
Il est déjà en place.


Homme 1
Et à présent la flotte dessus avec la bague de graissage.
Puis, le collier qui fixe le bras de support au châssis. Ceux-ci sont dotés de laque en poudre, comme le châssis. Ils sont ainsi à nouveau beaux et également bien protégés.

 


Le ressort vient ensuite dessus. Il continue jusqu’au-dessus du logement de roue et est fixé dans le coffre. Il fait en sorte que la suspension ne puisse pas patiner, vu qu’elle est montée ici horizontalement à l’arrière.

 


Lorsque cet élément est bien serré, Carl passe aussi tous les autres boulons en revue. Il s’agit ici de la suspension de la voiture. Tout doit donc absolument être serré correctement.

 

 


Homme 1
Je vais serrer celui-ci à 80 newton-mètres.


Homme 1
Et je vais serrer le reste à 30 newton-mètres.


Homme 1
Voilà, un côté est monté.
On fait pareil de l’autre côté.

 

 


Homme 1
D’abord la rotule; elle est montée avec un petit ressort.


Homme 1
Elle est d’abord montée.


Homme 1
Voilà, c’est prêt aussi.
Et ainsi, la suspension est prête à l’arrière. C’est maintenant au tour de la suspension avant. Comme nous l’avons dit, nous allons monter le châssis à l’avant avec le bloc-moteur. Carl amène donc d’abord le bloc-moteur. Il doit encore y faire quelques petites choses, comme le remplacement des bougies.

 

 


Homme 1
Voilà, le moteur est soigneusement peint. Je vais commencer par le finir. Puis, je vais d’abord monter le moteur sur le châssis et ensuite monter les deux par le dessous de la Mini. Pourquoi? Parce que ce n’est pas facile de monter ce type de moteur par le dessus. Cet élément doit, en effet, venir sous le châssis. De plus, la voiture vient d’être joliment repeinte. Je ne vais donc pas prendre le moindre risque et vais procéder au montage par en dessous avec le châssis.
Outre de nouvelles bougies, un nouveau capteur de température doit aussi encore être placé. Carl le monte avec un peu de bande de téflon pour un résultat bien étanche.

 

 


Homme 1
Et maintenant encore les têtes de cardan.
Elles sont fixées avec un écrou qui doit aussi être serré au bon couple.

 


Avec un grand tournevis, il bloque le cardan. Il peut ainsi le serrer facilement au bon couple.

 


Le couvercle des soupapes n’est pas encore complètement prêt non plus. Des plaquettes, nouvelles mais d’origine, sont placées dessus. La révision du bloc-moteur est ainsi complètement bouclée.

 


Avec des rivets tubulaires, Carl les fixe au couvercle des soupapes. Il le met ensuite de côté afin qu’il ne soit surtout pas endommagé pendant le montage du bloc-moteur.

 


En dernier, les supports de moteur viennent dessus avec les amortisseurs de vibrations. Lorsqu’ils sont montés, Carl peut amener le châssis.

 


Ici, vous voyez maintenant bien que la partie dépassant du moteur doit venir sous le châssis. Ce ne serait donc pas évident si le châssis se trouvait déjà dans la voiture.

 

 


Homme 1
Je peux maintenant fixer le moteur dans son faux châssis.


Homme 1
Je vais fixer les supports mais pas les serrer complètement. Pourquoi? Parce que ce moteur n’est pas encore centré. Je placerai encore par la suite au-dessus un collier, et aussi la commande de la boîte de vitesses. Quand tout est bien en place, je serre bien tout. Cela évitera aussi les vibrations dans le véhicule.
Lorsque tout est fixé, l’ensemble peut être préparé juste devant la voiture.

 


Ensuite, nous levons un peu la carcasse et la faisons passer avec le chariot par-dessus le moteur.

 

 


Homme 1
Voilà, le grand moment. Le moteur et la Mini sont à nouveau réunis.
Maintenant, Carl peut lever l’ensemble depuis le sol jusque dans le compartiment moteur. Il doit bien sûr être très prudent afin de ne rien endommager.

 


Une fois que les conduites de la suspension hydrolastique passent à travers la carcasse, l’ensemble peut être hissé complètement jusqu’en haut.

 


Lorsqu’il est en place, Carl fixe le châssis le plus rapidement possible à la carcasse.

A l’avant, il monte pour cela les boulons également utilisés pour tracter.

 


A l’arrière, de longs boulons sont utilisés, venant juste à côté des conduites hydrolastiques.

Pour les protéger des fuites, des bagues sont d’abord aussi placées. La fixation est assurée avec des boulons serrés jusque dans le châssis.

 


Et le châssis à l’avant est ainsi presque complètement fixé, une étape importante dans la restauration de cette Austin Cooper S.

 


Dans le prochain épisode, la suspension à l’avant sera finie.

 

 

Vous pourrez lire l'intégralité de cet article après vous être enregistré

Répondre

Kleurenschema
Aantal tegels per rij
Beeldverhouding
Weergave
Hoeken afronden
0

Bienvenue chez Dobbit 

Dobbit utilise des cookies pour optimiser et personnaliser votre expérience utilisateur. En utilisant ce site web, vous acceptez La gestion de confidentialité et des cookies.